Les Français face au cambriolage

français cambriolage protection alarme
| Pixabay
Sponsorisé
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Selon l’Observatoire de la sécurité des foyers, composés d’acteurs majeurs de la protection et de la prévention des risques, 249 000 cambriolages ont eu lieu en France en 2017, soit 682 par jour en moyenne — la plupart se produisant en juillet-août, ainsi qu’en fin d’année. Qu’il s’agisse d’un acte opportuniste ou d’un acte prémédité, chaque cambrioleur a sa propre technique, n’hésitant pas à escalader des immeubles et/ou pénétrer dans un logement en présence de ses occupants endormis pour parvenir à ses fins. Le meilleur moyen de se prémunir de ces actes délictuels reste de s’équiper d’un système d’alarme.

D’après les statistiques, une fois le malfaiteur entré dans le logement, il a plus de 8 chances sur 10 de « réussir » son cambriolage. Selon une enquête de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) menée de 2007 à 2014, il semblerait que le type de logement soit déterminant : les victimes de cambriolage vivent généralement dans de grandes agglomérations et avoir un logement de plus de 170 m² accroît de 40% les risques d’être pris pour cible — de surcroît s’il est isolé. De même, les ménages les plus aisés ont un risque majoré de 16% d’être victimes d’une entrée par effraction.

Pour maximiser les chances de réussite, les cambrioleurs doivent réduire le temps d’effraction au minimum ; par conséquent, ils repèrent et ciblent en priorité les logements comportant des points faibles — tels que des portes en bois ou des baies vitrées,qui sont généralement plus faciles à ouvrir. Au mois de décembre, préparation des fêtes de fin d’année (et achat de cadeaux!) oblige, on observe une recrudescence des cambriolages (qui constitue près de 10 % du total annuel). Juste derrière, le mois d’août, durant lequel ont lieu 9 % des cambriolages de l’année. S’équiper d’une alarme qui combine discrétion et efficacité avant les congés estivaux peut donc vous épargner bien des tracas.

À LIRE AUSSI :
Qu’est-ce qu’un surdoué, concrètement ?

Un acte qui cause un important préjudice moral

Près d’un Français sur cinq a déjà subi un cambriolage, tandis que 45% de la population connaît un proche qui en a été victime. Et pour cause, nous sommes très nombreux à adopter de temps à autre des comportements à risque : laisser les fenêtres ouvertes la nuit quand il fait chaud, ne pas fermer la porte d’entrée à clé lorsque l’on se trouve à l’intérieur, laisser des objets traîner dans le jardin/sur la terrasse, faire savoir sur les réseaux sociaux que nous sommes en vacances, etc.

nombre cambriolages annuels
Plus de 249 000 cambriolages effectifs ont eu lieu en France en 2017, soit une hausse de 2,5% par rapport aux années précédentes. © Observatoire de la sécurité des foyers

Les bijoux, pratiques à transporter et à revendre, restent aujourd’hui les objets les plus convoités par les cambrioleurs (ils concernent près de 46% des cas de cambriolage), suivis par le matériel informatique (ordinateurs portables, tablettes, smartphones). Enfin, le matériel hi-fi et l’argent liquide sont eux aussi très recherchés. La plupart des logements étant assurés contre le vol (du moins, jusqu’à une certaine hauteur), la valeur monétaire des objets dérobés n’est généralement pas ce qui affecte le plus les victimes.

Un acte de cambriolage peut cependant avoir un impact psychologique fort et durable sur les victimes, considéré comme un vrai choc traumatique. La perte d’objets irremplaçables à forte valeur sentimentale (typiquement, les photos de famille stockées sur un ordinateur dérobé), de même qu’un sentiment d’insécurité dans son foyer peuvent être source d’un sérieux préjudice moral.

Pour assurer la sécurité de leur domicile, de nombreuses personnes comptent sur la bienveillance de leurs voisins et/ou sur les forces de l’ordre — qui peuvent par exemple effectuer des patrouilles régulières dans le cadre de l’opération « tranquillité vacances ». Mais malgré ces bonnes volontés, le logement n’est pas surveillé 24h/24. Un système d’alarme reste le seul moyen d’assurer un rôle dissuasif en permanence ; combiné à une porte blindée, il réduit de 50% le risque de cambriolage, selon l’ONDRP.

Les vols par effraction, dont la plupart se déroulent en semaine et en pleine journée (typiquement lorsque les occupants du logement sont sur leur lieu de travail), peuvent être facilement évités grâce à ce dispositif de protection, qui peut être à la fois dissuasif et défensif. Les progrès réalisés dans le secteur des objets connectés permettent en effet de disposer aujourd’hui de solutions à toute épreuve.

À LIRE AUSSI :
Codes promos : pourquoi sont-ils si efficaces auprès des consommateurs ?

Détecteurs de mouvement, caméras et fumée

En plus de l’élément central qui permet de gérer le système et d’une sirène, les kits d’alarme contiennent généralement un lot de détecteurs de chocs ou d’ouverture — à installer au niveau des portes et fenêtres — ainsi que des détecteurs de mouvements à installer dans les pièces les plus à risque ; correctement calibrés, notez que ces derniers ne se déclenchent pas en présence d’un animal de compagnie.

La plupart des acteurs du secteur proposent par ailleurs un service de télésurveillance 24h/24 et 7j/7 ; à la moindre alerte, les opérateurs peuvent effectuer une vérification visuelle et audio, puis prévenir immédiatement les forces de l’ordre si nécessaire. Les caméras connectées permettent également aux occupants de garder un œil sur leur domicile à tout moment, généralement via une application pour smartphone.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Il existe également des dispositifs de « brouillard anti-cambriolage », qui comme leur nom l’indique, émettent rapidement une épaisse fumée (non nocive) dans la pièce où ils sont installés dès qu’un cambrioleur est détecté ; gêné dans ses mouvements et dans l’incapacité de s’orienter, ce dernier s’empresse généralement de quitter les lieux.

Certaines sociétés proposent également « le marquage » d’objets de valeurs au moyen de produits chimiques incolores indélébiles, qui permettent d’identifier de manière unique les objets (via une analyse en laboratoire) afin de pouvoir les rendre à leur propriétaire en cas de vol. En effet, si certains objets volés sont parfois retrouvés lorsque des malfaiteurs sont interpellés ou lors de perquisitions, il n’est pas toujours évident de retrouver leur propriétaire…

À LIRE AUSSI :
Pourquoi ne devrions-nous pas avoir peur des requins ?

À noter que ces dernières années, le vol par ruse ou à la fausse qualité s’est largement développé dans l’Hexagone. Dans ce cas, les malfaiteurs s’introduisent dans le logement en se faisant passer pour un agent municipal, un commercial ou un artisan, donc sans la moindre effraction ; ils profitent alors de la naïveté et de l’inattention des occupants du logement pour dérober des objets de valeur se trouvant à portée de main. Les personnes âgées, plus vulnérables, sont les cibles privilégiées de ces usurpations d’identité. Sensibiliser la population à ce type de pratique reste le meilleur moyen de s’en prémunir, car une fois le cambrioleur à l’intérieur du logement, il est souvent trop tard…

Laisser un commentaire