1.5K Partages

Une équipe de scientifiques a travaillé plus de deux ans pour parvenir à ces résultats : la plus ancienne carotte de glace complète a permis de fournir un instantané fiable de l’atmosphère de notre planète telle qu’elle était il y a près de 2 millions d’années. Et les données présentées ne sont pas ce à quoi nous aurions pu nous attendre.

Nous savons qu’il y a environ un million d’années, le cycle des périodes glaciaires de la Terre a soudainement changé : depuis ce changement, des gels plus profonds et plus longs ne se produisent que tous les 100’000 ans environ, au lieu d’une fois tous les 40’000 ans.

Rien sur notre planète ne pourrait expliquer ce changement « brutal », mieux connu sous le nom de transition du Pléistocène moyen dit MPT (de l’anglais Mid-Pleistocene transition), et avec peu d’autres explications, certains ont émis l’hypothèse d’un déclin à long terme des concentrations de CO2 dans l’atmosphère, refroidissant la planète à un nouveau seuil.

Mais les anciennes bulles d’air emprisonnées dans la banquise de l’Antarctique, ont révélé des informations quelque peu différentes. En effet, datant d’il y a environ 1,5 million d’années, ces infimes quantités de notre atmosphère ancienne révèlent des niveaux de CO2 « incroyablement bas », selon le paléoclimatologue Yige Zhang, de la Texas A&M University, qui n’a pas participé à l’étude et qui a déclaré avoir trouvé les résultats « assez intéressants ».

À savoir qu’il s’agit là des premières observations directes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère avant que les espacements entre les âges glaciaires sur Terre ne commencent à s’allonger. Ces observations suggèrent également qu’autre chose qu’un déclin à long terme du CO2 a été impliqué dans la modification du cycle complet de l’âge glaciaire de notre planète.

antarcique glace carotte gaz atmosphere co2

De la glace bleue, près de la région des collines Allan, en Antarctique. Les conditions environnementales dans cette zone attirent la glace ancienne vers la surface. Les scientifiques ont analysé l’air emprisonné dans un noyau de glace foré dans cette région, pour obtenir les premières mesures directes des niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, datant d’il y a deux millions d’années. Crédits : Sean Mackay

Le plus ancien échantillon de glace que nous ayons pu tester concernant les niveaux de CO2 antérieurs à ce nouveau noyau, ne datait jusqu’à présent que d’il y a 800’000 ans : d’autres estimations basées sur la chimie des sédiments de la Terre ne sont utiles que comme indicateurs indirects des niveaux de gaz à effet de serre, elles ne sont pas inutiles, mais des vérifications supplémentaires sont nécessaires.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Mais la nouvelle analyse de la glace, qui a exploité des mesures plus précises qu’auparavant, a révélé que : « bien que les niveaux de CO2 au cours des glaciations soient restés bien supérieurs aux creux enregistrés dans les profondeurs glaciaires au cours des 800’000 dernières années, les concentrations maximales de CO2 durant les périodes interglaciaires n’ont pas diminué », a explilqué Eric Wolff, scientifique en sciences de la terre à l’Université de Cambridge, qui a rédigé un compte-rendu de la recherche.

« L’un des résultats importants de cette étude montre que le taux de dioxyde de carbone est lié à la température au début de cette période », a déclaré le spécialiste de l’atmosphère Ed Brook, de l’Oregon State University. « C’est une base de référence importante pour comprendre la science du climat et calibrer des modèles prédictifs des changements futurs », a-t-il ajouté.

En d’autres termes, la relation entre les niveaux de CO2 et la température en Antarctique n’a pas beaucoup changé au cours de cette période. Et, selon les scientifiques, les faibles niveaux de CO2 au cours des périodes glaciaires ne sont probablement que la conséquence des périodes glaciaires plus courtes qui se sont produites avant le MPT.

Les auteurs ont également constaté que les niveaux les plus faibles de CO2 ne se sont pas manifestés au cours des 40’000 premières années qui ont suivi la MPT. « Nos résultats semblent être en contradiction avec les hypothèses qui attribuent la transition vers un monde dès 100’000 ans avant un changement, à un déclin à long terme du CO2 atmosphérique, tant interglaciaire que glaciaire », écrivent les chercheurs.

Vous aimerez également : Le réchauffement stratosphérique soudain en Antarctique affecte à présent l’Australie !

Dans son compte-rendu de la recherche, Wolff a félicité les chercheurs pour leurs estimations précises, mais il fait également valoir qu’une « série chronologique complète et non perturbée » est nécessaire pour mettre les niveaux de CO2 en contexte.

Heureusement, l’ancien noyau de glace, découvert dans les collines Allan, en Antarctique, pourrait bientôt avoir de la compagnie. En effet, les chercheurs prédisent que la couche de glace remonte à 2.7 millions d’années, voire plus. « Nous ne connaissons pas la limite d’âge dans ce domaine », a déclaré Brook.

Et, étant donné l’ampleur des déplacements de la glace dans cette région, les nouvelles carottes que les chercheurs analyseront prochainement viendront très probablement en sections discontinues. « Il pourrait y avoir des éléments beaucoup plus vieux à certains endroits. C’est pourquoi nous y retournons. Pousser au-delà de deux millions d’années serait vraiment incroyable », a ajouté Brook. De ce fait, leurs informations futures pourront nous aider à en apprendre davantage sur certains mystères de la planète.

VIDÉO : La glace permet de révéler des informations cruciales sur l’ancienne atmosphère terrestre

Source : Nature

Une réponse

  1. Norah

    Une civilisation prėdéluvienne encevelie sous l’antarctique, et incroyablement préservée.Les ancêtres des égyptiens.Un changement brusque de l’axe de rotation terrestre, et une modification du tilt les a glacé.Des informations qui réecriront l’histoire humaine, et fera passer la civilisation moderne pour des enfants.Oui.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.5K Partages
1.5K Partages
Partager via
Copier le lien