Une immense zone hypoxique dans l’océan Pacifique inquiète les biologistes marins

immense zone hypoxique ocean pacifique inquiete biologistes marins
| OSU

Bien qu’elles ne soient pas rares, les zones océaniques hypoxiques — encore appelées zones de mort — présentent tout de même des conséquences préoccupantes pour les écosystèmes. Dans ces zones, l’oxygène est si pauvre que cela entraîne la raréfaction de la faune et de la flore marine qui y résident habituellement. Et lorsque l’oxygène a totalement disparu, les espèces résidentes manquant de mobilité meurent en masse. Une telle zone est en train de prendre de l’ampleur dans l’océan Pacifique et commence à inquiéter sérieusement les biologistes, notamment au regard des conséquences dévastatrices qu’elle pourrait entraîner sur les populations de crabes incapables de fuir.

Alors que les eaux de l’océan Pacifique baignaient le rivage accidenté de l’Oregon, Nick Edwards, un pêcheur professionnel chevronné, n’en croyait pas ses yeux. S’étendant sur au moins 100 mètres, se trouvaient les carcasses de centaines de crabes empilés dans le sable d’une plage au sud du cap Perpetua. Les restes de ces animaux sont le sous-produit le plus visible d’un processus qui passe généralement inaperçu pour la plupart des habitants de la plage : l’hypoxie ou l’émergence de zones pauvres en oxygène dans les eaux marines.

Une immense zone hypoxique susceptible de se transformer en zone morte

Les chercheurs ont découvert que les zones hypoxiques de l’Oregon ont fait surface chaque été depuis leur premier enregistrement en 2002, ce qui a conduit les scientifiques à déterminer une « saison hypoxique » récurrente, semblable à celle des incendies de forêt et des ouragans. Cependant, le changement climatique a exacerbé ses effets, indique Francis Chan, directeur du Cooperative Institute for Marine Resources Studies à l’Oregon State University, entraînant des zones hypoxiques de plus en plus fréquentes et étendues qui peuvent se transformer en zones mortes, où l’absence totale de l’oxygène tue les espèces qui ne peuvent pas nager, comme les crabes.

À LIRE AUSSI :
TEPCo va construire un tunnel sous-marin pour éloigner l’eau radioactive de Fukushima

« C’est l’un des vecteurs du changement climatique dans la mer. Et c’est parce que l’eau que nous obtenons contient moins d’oxygène dissous qu’auparavant ». Cette année, une croisière scientifique parrainée par la NOAA a découvert une vaste zone hypoxique au large des côtes du nord de Washington et à travers l’Oregon, à seulement 9 km du rivage. Son apparition est survenue prématurément, les niveaux d’oxygène ayant chuté dès avril.

carte niveaux oxygene ocean pacifique
Ce graphique représente les concentrations d’oxygène dissous dans un transect d’ouest en est depuis la rupture du plateau continental sur la côte de Washington jusqu’à la région littorale près de Copalis, WA. La fine ligne bleue indique la limite supérieure des concentrations d’oxygène inférieures à 62 µmol/kg dans la colonne d’eau entre 60 et 10 km sur le plateau qui sont des eaux hypoxiques nocives pour de nombreuses espèces de poissons et de crustacés. © Ryan McCabe/CICOES

Avec des mois avant que la température ne se refroidisse, les experts et les pêcheurs craignent qu’elle ne se transforme en une vaste zone morte, gonflant au-dessus de sa surface actuellement détectée de 12 700 km². « Nous essayons toujours de déterminer à quel point cela va être important car l’impact majeur se produit fin août, début septembre. Pour le moment, nous prévoyons qu’il pourrait y avoir des impacts sur les crabes et les poissons qui vivent au fond », explique Richard Feely, chercheur au Laboratoire de l’environnement marin du Pacifique de la NOAA.

Un phénomène partiellement naturel exacerbé par le changement climatique

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Ce phénomène est en partie stimulé par des événements naturels. Au printemps et en été, des vents forts poussent les eaux du fond vers le rivage, fournissant un flot de nutriments qui « alimentent la productivité du phytoplancton ». Lorsque ces créatures marines meurent, elles coulent au fond et se décomposent — un processus qui consomme de l’oxygène et, à son tour, provoque une hypoxie.

À LIRE AUSSI :
Groenland : six surprenantes structures cachées sous sa calotte glaciaire

Le problème vient quand un climat changeant est ajouté à la situation. Au fur et à mesure que le dioxyde de carbone est libéré dans l’atmosphère, l’océan devient un puits, et absorbe les émissions. Le résultat est l’acidification de l’eau, qui peut provoquer la dissolution des coquilles et des squelettes de certaines de créatures marines. Cet événement, associé à l’hypoxie, devient une double conséquence de l’atmosphère et de l’océan auquel les côtes de l’Oregon et de Washington sont particulièrement sensibles.

La hausse des températures est un autre sujet de préoccupation exacerbant l’hypoxie. « Lorsque la surface de l’océan est vraiment chaude, elle agit comme une couverture qui étouffe et empêche l’intérieur de l’océan de se rafraîchir. Bien que ces événements climatiques se soient renforcés depuis le début du millénaire, leurs effets sont souvent difficiles à cerner », explique Chan. Les pêcheurs commerciaux ont joué un rôle fondamental dans la compréhension de l’hypoxie depuis le début. En fait, c’est l’appel d’un crabier détaillant des crabes morts et des poulpes rampant sur les lignes de pêche qui a inspiré les recherches de Chan.

Laisser un commentaire