L’impact économique de la pandémie pourrait être bien pire sans confinement ni distanciation sociale

economie confinement
| Getty

Au moment de l’établissement des mesures de confinement dans de nombreux pays, les autorités publiques et acteurs du secteur privé se sont posé la question de l’impact de telles mesures sur l’économie. Plusieurs semaines après le début de ces mesures, certains de ces acteurs demandent un assouplissement, voire une levée, du confinement, dans le but de rétablir l’économie en baisse dans divers pays. Cependant, une nouvelle étude suggère qu’un déconfinement immédiat (ou pas de confinement du tout) ou mal maîtrisé pourrait avoir des conséquences économiques bien plus néfastes. 

De nouvelles recherches de l’Université de Cambridge suggèrent qu’il n’y a pas de compromis absolu entre l’économie et la santé humaine — et que le prix économique de l’inaction pourrait être deux fois plus élevé que celui d’un « confinement structuré ». Un économiste de Cambridge, en collaboration avec des chercheurs du Federal Reserve Board des États-Unis, a combiné la macroéconomie avec des aspects de l’épidémiologie pour développer un modèle sur les conséquences économiques de la distanciation sociale.

Une économie en chute de 30% sans confinement ni distanciation sociale

L’étude utilise des données économiques et démographiques américaines, mais les chercheurs affirment que leurs résultats ont des implications pour la plupart des économies développées. Ils divisent la population active en « travailleurs centraux » — ceux des domaines des soins de santé ainsi que de l’alimentation et des transports, de l’assainissement et de l’approvisionnement énergétique, entre autres — et les autres, et modélisent la propagation du virus si aucune action n’est entreprise.

« Sans restrictions de santé publique, la propagation aléatoire de la maladie frappera inévitablement les secteurs et les industries qui sont essentiels au fonctionnement de l’économie. Les pénuries de main-d’œuvre parmi les travailleurs principaux en particulier impactant plus l’économie. Comme les membres essentiels de l’équipe dans ce secteur principal ne peuvent plus travailler, cela nuit beaucoup plus à la production qu’à la perte de ceux d’autres secteurs de l’économie », déclare Giancarlo Corsetti, de la faculté d’économie de Cambridge.

À LIRE AUSSI :
Des experts débunkent la fake new selon laquelle le nombre de décès dus à la COVID est exagéré
comparaison modeles
Comparaison de l’impact économique entre le modèle ne divisant pas les travailleurs (One-sector Model) et le modèle établissant cette séparation (Two-model sector). Les conséquences économiques sont pires si cette séparation entre travailleurs principaux et non-principaux est éludée. Crédits : Martin Bodenstein et al. 2020

En séparant les travailleurs principaux et non essentiels, l’étude suggère que l’économie diminuerait de 30% ou plus sans confinement et distanciation sociale. « En ignorant cette division de la main-d’œuvre, nous pourrions sous-estimer gravement la véritable ampleur des dommages économiques », indique Corsetti.

Les bénéfices économiques d’un confinement structuré

En utilisant des données de l’US Bureau of Labour Statistics, les chercheurs ont ensuite quantifié la proportion de travailleurs qui pouvaient raisonnablement continuer à effectuer des tâches professionnelles à la maison : 15% de ceux dans les secteurs de base et 40% de tous les autres employés travaillant actuellement — avec 30% de toutes les personnes en âge de travailler, des enfants aux retraités. Cela met un tiers de la population entière en confinement.

Dans ce scénario, la courbe d’infection est lissée grâce à la distanciation sociale et le taux de perte de production économique est d’environ 15%, soit seulement la moitié du niveau des dommages si aucune mesure n’est prise pour empêcher la propagation de la maladie. Les taux de maladie des travailleurs de base seraient les mêmes que ceux du reste de la population, les niveaux élevés de distanciation sociale ailleurs faisant office de bouclier.

avantages confinement
Comparaison des conséquences économiques entre le respect de la distanciation sociale (rouge pointillé) et son absence (bleu). Avec distanciation sociale, la baisse économique est divisée par deux. Crédits : Martin Bodenstein et al. 2020

Sur le même sujet : Un puissant modèle prédictif du MIT évalue la propagation du coronavirus en fonction du confinement

« Cette politique globale aplatit la courbe. Le pic de la part infectée de la population passe de 40% à environ 15%. Cependant, il est encore beaucoup trop élevé compte tenu des capacités des systèmes de santé ». Ainsi, les chercheurs ont également modélisé un scénario dans lequel les taux d’infection sont maintenus à un niveau gérable pour les services de santé de moins de 1.5% de la population pendant 18 mois — le temps moyen pour la mise à disposition d’un vaccin.

Un équilibre nécessaire dans les politiques de confinement

Cela signifierait des parts de confinement de 25% des travailleurs de base, 60% des travailleurs non principaux et 47% des personnes en âge de travailler. Dans ce scénario, l’économie est réduite de 20%. L’étude s’est également penchée sur un confinement très strict — 40% des travailleurs de base et 90% des non-actifs et tous les autres — qui ne dure que trois mois. Un tel scénario retarde simplement les taux d’infection, mais empêche « l’immunité collective », créant une baisse économique comparable à celle de l’inaction.

« Plus nous pouvons cibler des politiques de confinement vers des segments de la population qui ne sont pas actifs sur le marché du travail ou qui travaillent en dehors du secteur principal, plus les avantages pour l’économie sont importants. Ce qui nous semble clair, c’est que l’inaction est inacceptable du point de vue de la santé publique et extrêmement risquée du point de vue économique », expliquent les économistes. Cependant, Corsetti et ses collègues avertissent que les incertitudes persistantes sur la façon dont le coronavirus se propage signifient que leurs scénarios ne sont pas des prévisions, mais devraient être considérés comme un « plan » pour une analyse plus approfondie.

À LIRE AUSSI :
La COVID-19 pourrait entraîner une vague de maladies de Parkinson
Sources : Cambridge INET Institute

Plus d'articles
fuite méthane antarctique menace climat
Une inquiétante fuite sous-marine de méthane détectée en Antarctique