Elon Musk a créé Neuralink dans le but de développer l’interfaçage cerveau-ordinateur, une technologie destinée, à court terme, à traiter certaines maladies neurologiques et, à plus long terme, à améliorer et perfectionner les capacités cognitives de l’être humain. Mais Neuralink souhaiterait également intégrer une dimension divertissante à sa technologie ; ses puces cérébrales pourraient aussi permettre la diffusion de contenu audio dans le cerveau.

La startup Neuralink travaille sur une interface cerveau-ordinateur qui permettra aux utilisateurs de diffuser de la musique directement dans leur cerveau, selon Elon Musk. Ce dernier est sur le point de révéler de nouvelles informations sur ce projet le mois prochain, mais a lentement publié des détails sur Twitter ces derniers jours.

Répondant à l’informaticien Austin Howard, Musk a confirmé que la technologie de Neuralink permettrait aux gens « d’écouter de la musique directement à partir de nos puces électroniques ». Il a également déclaré que Neuralink « pourrait aider à contrôler les niveaux d’hormones et à les utiliser à notre avantage (capacités et raisonnement améliorés, soulagement de l’anxiété, etc.) ».

Depuis sa création en 2016, Neuralink n’a organisé qu’une seule présentation publique majeure sur le fonctionnement de sa technologie. S’exprimant lors de l’événement de 2019, Musk a déclaré que l’entreprise travaillait sur un appareil de type machine à coudre qui fournirait une connexion directe entre un ordinateur et une puce insérée dans le cerveau.

appareil neuralink

Haut : l’inséreuse robotique d’électrode ; un appareil de type machine à coudre permettant de relier la puce électronique au cortex cérébral. Bas : méthode d’insertion des différents canaux de transfert de données dans le cerveau. Crédits : Neuralink

La technologie pourrait d’abord être utilisée pour aider les personnes souffrant de maladies cérébrales comme la maladie de Parkinson, mais le but ultime de Neuralink est de permettre aux humains de rivaliser avec l’intelligence artificielle avancée. Le processus d’ajustement de la puce sera similaire à la chirurgie oculaire au laser Lasik, selon Musk.

Une partie de celui-ci impliquera un robot neurochirurgical, qui insère des « fils » flexibles dans le cerveau connectés à une minuscule puce informatique implantable. Un document de recherche détaillant le dispositif affirme qu’un seul câble USB-C fournira « un flux de données sur toute la bande passante » au cerveau. Neuralink a 11 offres d’emploi répertoriées sur son site Web, offrant des rôles pour un ingénieur mécanique, un ingénieur logiciel robotique et un « technicien en histologie ».

Sur le même sujet : Elon Musk : Neuralink effectuera des tests d’implants cérébraux sur des humains dans « moins d’une année »

circuit implantation

Haut : image du circuit cérébral ; celui-ci contient des processeurs neuraux ASIC pour un total de 3072 canaux de données. Bas : A) exemple d’implantation des canaux sur le cortex cérébral, et B) implantation in vivo sur une souris. Crédits : Neuralink

Musk a laissé entendre que la puce de Neuralink serait capable de guérir la dépression et la dépendance en « rééduquant » les parties du cerveau responsables de ces troubles. Des essais ont déjà été effectués sur des animaux et des essais sur des humains devaient initialement avoir lieu cette année, bien que les détails ne soient pas encore rendus publics.

Sources : bioRxiv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.