L’un des grands désavantages du vieillissement, est indéniablement le fait que la vision peut commencer à diminuer, parfois drastiquement. Heureusement, un nouvel implant rétinien pourrait bientôt aider à traiter une cause fréquente de perte de vision liée à l’âge.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge non-néovasculaire (également connue sous le nom de DMLA « sèche ») provoque une zone floue au milieu de la ligne de vision d’une personne, qui peut se développer à mesure que la maladie progresse. Parfois, l’endroit précédemment flou devient simplement vide. En bref, cela peut être débilitant, ce qui rend très difficile de mener une vie normale. Après tout, vous devez pouvoir être en mesure de voir ce qui se passe en face de vous, si vous souhaitez faire des actions du quotidien comme conduire, ou simplement cuisiner.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de traitement pour les stades avancés de la DMLA « sèche », mais une équipe de recherche dirigée par Amir Kashani, professeur adjoint d’ophtalmologie clinique à l’Université de Californie du Sud (USC), espère changer cela. La DMLA « sèche » commence probablement avec la décomposition des cellules dans une membrane dans l’œil appelé l’épithélium pigmentaire rétinien (EPR). Kashani et son équipe ont conçu un implant pour imiter la fonction de cette membrane : l’implant s’adapte sur la rétine et est constitué de cellules souches embryonnaires humaines, placées sur un matériau de base.

L’équipe avait déjà testé une version de l’implant sur des rongeurs, l’étape suivante était donc tout naturellement de le tester sur l’être humain. Ainsi, les chercheurs ont placé leur implant dans les yeux de quatre personnes atteintes d’une DMLA « sèche » avancée. Puis, ils ont surveillé ces personnes sur une période allant de quatre à douze mois. Selon l’étude des chercheurs, publiée dans Science Translational Medicine, aucun des quatre participants n’a eu d’effets secondaires négatifs ou graves dus à l’implant rétinien, et n’a subi aucune perte de vision au cours de l’essai. Un participant a même « démontré une amélioration observable » de sa vision.

Lorsque l’équipe a analysé les images post-opératoires des yeux des patients, ils ont constaté que les cellules souches s’étaient parfaitement mélangées avec le tissu rétinien existant. Bien entendu, il s’agit là d’un échantillon exceptionnellement petit, mais qui a tout de même démontré des résultats prometteurs.

Pour les chercheurs, la prochaine étape consistera donc à tester l’implant sur un plus grand groupe de patients. Si l’implant fonctionne comme les chercheurs l’espèrent, alors cela pourrait un jour changer la vie des milliers de personnes âgées ayant une déficience visuelle.

Source : Science Translational Medicine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.