La plupart des vidéos mettant en scène des animaux sauvages ayant des comportements inhabituels avec les humains ne sont jamais ce qu’elles semblent être au premier regard. Plusieurs de ces vidéos ayant fait le buzz au départ se sont vite retrouvées débunkées via des explications bien plus sombres. Et les vidéos récentes montrant un béluga au comportement proche des humains n’y fait pas exception.

En réalité, le béluga en question est peut-être une ancienne baleine espion russe qui se serait évadée. Il évolue maintenant dans les mers en se remettant de la malnutrition dont il a été victime et a désespérément besoin d’être laissé tranquille par les humains.

L’écrivain scientifique Ferris Jabr et plusieurs autres chercheurs ont fait remarquer que le cétacé — qui semble avoir été filmé dans les eaux autour de la Norvège — pourrait être un béluga connu qui a été vu à plusieurs reprises avant d’avoir des interactions inhabituelles avec des humains.

Hvaldimir : une ancienne baleine espion russe rescapée

Plusieurs personnes pensent que la baleine est Hvaldimir, qui s’est présentée pour la première fois plus tôt cette année au large de la côte est de la Norvège. Le béluga, qui a clairement été entraîné par des humains, s’est approché d’un bateau de pêche en avril, portant un harnais avec l’inscription “Equipment of St Petersburg”, ce qui laisse présumer qu’il s’agirait d’une baleine espion russe. Selon The Guardian, la Russie forme des bélugas à la protection des bases navales, voire à la mise à mort d’intrus qui pénètrent dans leurs eaux.

« Nous savons qu’en Russie, il y a des baleines domestiques en captivité et que certaines d’entre elles ont apparemment été relâchées. Ensuite, elles cherchent souvent des bateaux » déclare le professeur Audun Rikardsen de l’Université arctique de Norvège. « Si cette baleine vient de Russie, et il y a de bonnes raisons de le croire, alors ce ne sont pas des scientifiques russes, mais la marine militaire qui en est responsable » ajoute Martin Biuw, de l’Institut de recherche marine.

Un contact avec les humains dangereux pour le bien-être de l’animal

Depuis l’apparition de Hvaldimir, les biologistes marins suivent son poids alors qu’il tente de survivre loin des soins humains et de la captivité. Au début, il ne s’en sortait pas bien. « Je crains que Hvaldimir ne mange que de temps en temps et qu’il ne reçoive pas assez de nourriture. Cela pourrait probablement expliquer sa perte de poids et sa mauvaise forme » déclare Eve Jourdain, biologiste marine. Le cétacé, qui relève maintenant de la Direction des pêches, a considérablement amélioré son état physique.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Today was an amazing day to be able to see first hand the positive evolution of Hvaldimir’s situation. Thanks to the…

Publiée par Hvaldimir Foundation sur Dimanche 27 octobre 2019

Néanmoins, l’Homme doit laisser la baleine seule afin de lui donner les meilleures chances de survie. Par exemple, sa tendance à rechercher des bateaux lui a déjà causé plusieurs blessures d’hélices.

Sur le même sujet : Une « prison à baleines » découverte en Russie témoigne de la réalité du commerce illégal des cétacés

« Ces actions perpétuent l’habituation de la baleine et réduisent ses chances de se nourrir. Elles vont à l’encontre des efforts norvégiens de réhabilitation de la baleine » écrit la biologiste Jackie Hildering. Certains comptes Twitter ont suggéré que l’équipage du bateau était membre du navire de recherche Danah Divers, appartenant au fondateur de l’organisation Save Our Seas, basée en Afrique du Sud, et qu’ils auraient dû savoir comment se comporter avec la baleine.

Des interactions déconseillées par les biologistes marins

D’autres ont cité l’exemple de Luna l’épaulard, qui est décédé après avoir été heurté par une hélice de bateau alors qu’elle tentait de jouer avec l’équipage d’un bateau avec lequel elle avait déjà eu des contacts.

So here you go. Remember that video of the beluga going all over the Internet chasing a football yesterday? Well my…

Publiée par Colleen Gorman sur Vendredi 8 novembre 2019

En attendant, les biologistes marins incitent les équipages de bateaux à laisser l’animal tranquille et à éviter tout contact avec, afin qu’il puisse guérir totalement et retrouver un comportement normal.

Sources : The Guardian

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.