L’invasion de criquets en Afrique de l’Est serait une conséquence directe des activités humaines

essaim criquets
| Reuters

Alors que l’Afrique de l’Est lutte actuellement contre la pandémie à coronavirus SARS-CoV-2 qui touche durement ses populations, cette partie du monde doit également mener parallèlement une bataille sur un autre front : les criquets. En effet, depuis l’année dernière, des essaims de milliers de milliards de criquets apparaissent, et aujourd’hui, ils ravagent les récoltes sur lesquelles les habitants reposent pour survivre. Selon plusieurs entomologistes, cette recrudescence de criquets est l’une des conséquences directes des activités humaines. 

Après l’une des années les plus humides jamais enregistrées, ces insectes voraces rassemblent leurs forces depuis 2019, car les conditions météorologiques leur ont été favorables de manière toujours plus importante. Se déplaçant par essaims de milliards d’individus, ils détruisent de précieux pâturages et cultures dans ce qui est considéré comme la pire peste acridienne régionale depuis des décennies, du Kenya à l’Éthiopie et au Yémen, atteignant des parties du nord de l’Inde.

Alors que beaucoup s’inquiètent à juste titre de la famine et des retombées économiques de ces essaims, l’entomologiste Dino Martins les considère comme un avertissement de la nature. Martins travaille au Centre de recherche de Mpala dans le nord du Kenya, et indique que cela ne fait aucun doute : la dégradation de l’environnement local, le surpâturage, la déforestation et l’expansion des déserts créent des conditions idéales pour que de plus en plus de criquets se reproduisent.

carte criquets
Situation concernant les criquets pour l’été 2020. Crédits : FAO

Les premiers grands essaims sont apparus à la fin de l’année dernière, après un temps exceptionnellement chaud et humide, et ils se chiffraient par centaines de milliards. En avril, la prochaine génération a pris son envol, cette fois dans les milliers de milliards. La troisième génération, encore plus nombreuse, devrait décoller en juillet.

À LIRE AUSSI :
40% des espèces végétales mondiales sont menacées d'extinction

Criquets et pesticides : un désastre pour la biodiversité

Aujourd’hui, ces insectes sont généralement contrôlés à l’aide de pesticides pulvérisés depuis des hélicoptères. Mais cette voie a évidemment des conséquences sur la santé humaine et l’environnement. Le changement climatique, après tout, modifie les conditions météorologiques et apporte plus de pluie dans cette partie du monde, qui ne verra que les criquets prospérer davantage.

Jusqu’à présent, plus d’un demi-million d’hectares de terres dans cette région du monde ont été traités avec des pesticides et, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), cela a permis d’économiser suffisamment de récoltes pour couvrir les besoins céréaliers de base de près de 8 millions de personnes.

Sur le même sujet : République Démocratique du Congo : le pays fait face à une seconde épidémie d’Ebola sur son territoire

À LIRE AUSSI :
Un pays sur cinq menacé par la disparition de ses écosystèmes

Mais le traitement de vastes étendues de terres avec des pesticides est terrible pour la biodiversité. Même si vous ne vous souciez pas des criquets, il y a clairement d’autres animaux à considérer. Alors que les agriculteurs cherchent désespérément à conserver leurs récoltes, un plus grand nombre d’entre eux pulvérisent sans discrimination des pesticides. Bill Hansson, écologiste chimique de l’Institut Max Planck en Allemagne, déclare qu’il craint que nous tuions d’autres insectes cruciaux, tels que les abeilles, dans le processus.

Alors que les fortes pluies continuent de saper les efforts de lutte contre les criquets, le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a récemment demandé du temps et de la coopération. En combinaison avec le COVID-19, Dongyu a averti qu’il pourrait y avoir des conséquences catastrophiques sur les moyens de subsistance locaux et la sécurité alimentaire. À l’autre bout du monde, l’Argentine se bat contre un essaim de criquets pèlerins d’une ampleur considérable qui menace de déborder sur le Paraguay, l’Uruguay et le Brésil. Les experts soupçonnent que cet événement pourrait également être lié au changement climatique.

Plus d'articles
virus pandemie coronavirus sars-cov-2 covid-19
Des chercheurs identifient 6 différents « types » de COVID-19