Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
-50% sur l'abonnement Premium !
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

352 Partages

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie dont la réponse auto-immune entraîne une inflammation de la gaine myélinique (la myéline formant un revêtement protecteur) et finalement sa destruction en divers endroits du système nerveux central (démyélinisation). Récemment, une nouvelle technologie IRM de haute précision appelée « IRM 7 Tesla », s’inscris dans la liste des évolutions technologiques permettant de mieux diagnostiquer et suivre la maladie, afin d’apporter des réponses plus précises aux équipes de médecins.

L’augmentation de l’activité du système immunitaire le long de la surface du cerveau (inflammation des méninges), peut être importante pour comprendre comment la sclérose en plaques (SEP) évolue de sa forme la plus courante et la plus ancienne, connue sous le nom de SEP récurrente-rémittente (SEP-RR), à une forme progressive secondaire.

Les méninges sont des membranes minces et protectrices qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière. L’une des méthodes proposée pour distinguer plus facilement les signes d’inflammation au niveau des méninges, est de chercher une atteinte leptoméningée (LME en anglais, pour « leptomeningeal enhancement ») sur les images d’imagerie par résonance magnétique (IRM).

Ces signes peuvent apparaître tôt dans le cours de la maladie et augmenter à mesure qu’elle progresse, mais la technologie IRM la plus couramment disponible — 3 Tesla (3T) — fournit une vue limitée de ce marqueur.

Sclerose en plaque auto antigene myeline

Chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, les cellules immunitaires (sphères rouges) détruisent la myéline (bleu transparent) qui entoure les fibres nerveuses. Crédits : Scientific animations

L’IRM 7 Tesla, une technologie d’imagerie beaucoup plus puissante et précise

Des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital ont publié les résultats d’une nouvelle étude impliquant l’utilisation de l’IRM 7 Tesla (7T), une technologie d’imagerie beaucoup plus puissante, pour examiner plus en détail les LME chez les patients atteints de SEP.

Avec ce nouvel outil puissant et précis, ils ont découvert que ce marqueur proposé de l’inflammation cérébrale chez les patients atteints de SEP est plus courant que précédemment rapporté, et lié à des lésions dans les régions de matière grise du cerveau. Les résultats ont été publiés dans la revue Multiple Sclerosis Journal.

« Le scanner IRM 7T nous offre de nouvelles façons de visualiser les zones de dommages dans le cadre de maladies neurologiques telles que la SEP, qui n’étaient pas claires en utilisant l’IRM 3T ; Ce scanner révèle des nuances que nous aurions autrement manquées », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Jonathan Zurawski, neurologue au Brigham.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

« Le scanner 7T révèle des marqueurs ou des signatures qui ont été mal caractérisés ou négligés, et peuvent nous permettre de mieux comprendre le processus de la maladie et, finalement, de mieux traiter les patients atteints de SEP. En tant que clinicien, j’entends souvent des patients se plaindre de leur état, même si l’IRM peut révéler un état stable. J’ai toujours pensé qu’il y avait probablement quelque chose à découvrir dans l’histoire de ces patients ; l’IRM 7T nous aide à résoudre ce problème » ajoute-t-il.

L’unité d’IRM 7T du Brigham a été livrée à l’hôpital en 2017 et est la deuxième à avoir été approuvée pour une utilisation clinique aux États-Unis. Depuis lors, elle a été entièrement intégrée au programme d’IRM de l’hôpital. En plus de fournir des soins de pointe aux patients, les enquêteurs du Brigham utilisent le 7T pour faire avancer la recherche.

Des signes de LME détectables grâce à l’IRM 7T

Pour mener leur étude, Zurawski et ses collègues ont convoqué 30 participants souffrant de SEP-RR et 15 sujets témoins sains. Tous les participants ont subi une IRM détaillée 7T pour rechercher des signes de LME et de lésions de matière grise.

L’équipe a constaté que les deux tiers (20/30) des sujets atteints de SEP avaient une LME, tandis qu’un seul des 15 participants sains en montrait une (6.7 %), soit dix fois plus. Des études antérieures sur des patients atteints de SEP progressive, utilisant l’IRM 3T, avaient identifié des signes de LME chez seulement 20 à 50% des sujets.

Les patients atteints de SEP montrant des LME ont également connu une augmentation des lésions corticales thalamiques d’un facteur 4 à 5, des signes révélateurs de lésions de la matière grise observée dans la SEP. Fait intéressant : ces signes étaient indépendants des lésions de la substance blanche, qui sont les indicateurs classiques de la SEP.

Sur le même sujet : Un homme atteint de sclérose en plaques parvient de nouveau à marcher grâce à ses cellules souches

Combler une lacune dans la compréhension de la maladie

L’équipe a choisi d’étudier les patients atteints de SEP-RR pour aider à combler une lacune dans la compréhension actuelle de la maladie. Les chercheurs notent que leur recherche était cependant limitée par la taille faible de l’échantillon.

Bien qu’ils ne puissent pas encore déterminer comment le traitement de la LME peut affecter la progression de la maladie et si leurs résultats peuvent s’appliquer aux patients atteints de la forme évolutive de la sclérose en plaques, des projets sont en cours afin de continuer à suivre les patients de cette étude au fil du temps, pour comprendre comment la LME et les lésions de la matière grise peuvent changer au cours des mois et des années. L’équipe a également élargi la taille de l’échantillon de l’étude, souhaitant inclure davantage de patients à l’avenir.

« Les lésions de la matière grise sont une partie importante de la SEP, qui peut être un facteur clé menant à la progression de la maladie », a déclaré Zurawski. « Notre espoir est qu’en trouvant de nouveaux marqueurs de cette progression, cela puisse offrir la possibilité de développer des traitements pouvant empêcher la progression avant que les lésions ne se généralisent ».

Source : Multiple Sclerosis Journal

IRM 7 Tesla nouvelles perspectives sclérose en plaques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

352 Partages
352 Partages
Partager via
Copier le lien