L’Islande pourrait être la pointe émergée d’un ancien continent : Islandia

islande pourrait etre pointe emerge ancien continent islandia
| TS. Photography

L’Islande pourrait être le dernier vestige exposé d’un continent presque de la taille du Texas – appelé Islandia – qui a coulé sous l’océan Atlantique Nord il y a environ 10 millions d’années, selon une nouvelle théorie proposée par une équipe internationale de géophysiciens et de géologues. La théorie va à l’encontre des idées de longue date sur la formation de l’Islande et de l’Atlantique Nord, mais les chercheurs disent que la théorie explique à la fois les caractéristiques géologiques du fond océanique et pourquoi la croûte terrestre sous l’Islande est plus épaisse qu’elle ne devrait l’être.

Toutefois, cette théorie ne fait pas majoritairement le consensus. Des experts extérieurs ont déclaré qu’ils étaient sceptiques quant à l’existence d’Islandia sur la base des preuves recueillies jusqu’à présent. Même ainsi, si des études géologiques prouvent la théorie, l’idée radicale d’un continent englouti pourrait avoir des implications sur la propriété de tout combustible trouvé sous le fond marin, qui, en vertu du droit international, appartient à un pays qui peut montrer que sa croûte continentale s’étend aussi loin.

« La région qui contient du matériel continental s’étendait du Groenland à la Scandinavie. Une partie à l’ouest et à l’est a maintenant coulé sous la surface de l’eau, mais elle est toujours plus haute qu’elle ne le devrait. Si le niveau de la mer baissait de 600 mètres, alors nous verrions beaucoup plus de terres au-dessus de la surface de l’océan », a déclaré Gillian Foulger, professeur de géophysique à l’Université de Durham au Royaume-Uni.

La région de l’Atlantique Nord était autrefois une terre entièrement sèche qui constituait le supercontinent de la Pangée il y a environ 335 à 175 millions d’années. Les géologues ont longtemps pensé que le bassin de l’océan Atlantique Nord s’est formé lorsque la Pangée a commencé à se briser il y a 200 millions d’années et que l’Islande s’est formée il y a environ 60 millions d’années au-dessus d’un panache volcanique près du centre de l’océan.

À LIRE AUSSI :
La quasi-totalité du charbon mondial est désormais « inextractible », avertissent des chercheurs

Islandia : le continent résulterait de la fragmentation inégale de la Pangée

Mais Foulger et ses co-auteurs suggèrent une théorie différente : les océans ont commencé à se former à peu près au sud et au nord – mais pas à l’ouest et à l’est – de l’Islande lorsque la Pangée s’est disloquée. Au lieu de cela, les zones à l’ouest et à l’est sont restées connectées à ce qui est maintenant le Groenland et la Scandinavie.

« Les gens ont cette idée très simpliste qu’une plaque tectonique est un peu comme une assiette : elle se divise en deux et se sépare. Mais cela ressemble plus à une pizza ou à une œuvre d’art faite de différents matériaux – du tissu ici et de la céramique là, de sorte que différentes parties ont des résistances différentes », indique Foulger.

carte continent islandia
Carte indiquant la délimitation de l’ancien continent d’Islandia selon les chercheurs. © Gillian Foulger

Selon la nouvelle théorie, la Pangée ne s’est pas séparée proprement et le continent perdu d’Islandia est resté comme une bande ininterrompue de terre sèche d’au moins 300 kilomètres de large qui est restée au-dessus des vagues jusqu’à il y a environ 10 millions d’années. Finalement, les extrémités est et ouest d’Islandia ont également coulé, et seule l’Islande est restée.

Un nouvel éclairage sur les caractéristiques géologiques du fond océanique

La théorie expliquerait pourquoi les roches crustales sous l’Islande moderne ont une épaisseur d’environ 40 km au lieu d’environ 8 km, ce à quoi on s’attendrait si l’Islande s’était formée sur un panache volcanique. « Lorsque nous avons envisagé la possibilité que cette croûte épaisse soit continentale, nos données ont soudain pris tout leur sens. Cela nous a immédiatement amenés à réaliser que la région continentale était beaucoup plus grande que l’Islande elle-même – il y a un continent caché juste là sous la mer ».

Foulger et ses collègues ont estimé qu’Islandia s’étendait autrefois sur plus de 600 000 kilomètres carrés de terres arides entre le Groenland et la Scandinavie – une zone un peu plus petite que le Texas. (Aujourd’hui, l’Islande fait environ 103 000 km carrés). Ils ont suggéré qu’il y avait aussi une région adjacente de taille similaire, constituant la « Grande Islandia », à l’ouest de ce qui est maintenant la Grande-Bretagne et l’Irlande. Mais cette région aussi a sombré sous les vagues.

À LIRE AUSSI :
Un satellite capture la 50e éruption de l'Etna depuis le début de l'année

Des preuves fossiles ont montré que certaines plantes qui se propagent en laissant tomber des graines sont identiques au Groenland et en Scandinavie. Cette découverte renforce l’idée qu’une large bande de terre aride reliait autrefois les deux régions. Cependant, les géologues ne sont au courant d’aucune preuve fossile d’animaux sur le continent perdu.

De potentielles implications sur les propriétés des ressources océaniques

Le géographe Philip Steinberg, directeur du Centre de recherche sur les frontières de l’Université de Durham, indique que la nouvelle théorie d’Islandia pourrait avoir des implications pour la propriété des combustibles fossiles sous le fond marin ; en vertu du droit international, les pays peuvent revendiquer ces combustibles fossiles si les preuves prouvent que les ressources résident sous le plateau continental de ce pays – une région relativement peu profonde du fond marin qui peut s’étendre sur des centaines de kilomètres au-delà de la côte.

Steinberg rappelle que les pays du monde entier dépensent de grosses sommes d’argent dans la recherche géologique qui pourrait leur permettre de revendiquer des droits miniers exclusifs sous leurs plateaux continentaux. « Des recherches comme celles du professeur Foulger, qui nous obligent à repenser la relation entre les fonds marins et la géologie continentale, peuvent avoir un impact considérable pour les pays qui tentent de déterminer quelle zone des fonds marins est leur domaine exclusif ».

Une théorie soulevant des critiques

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Le concept d’Islandia va à l’encontre des théories dominantes sur la formation de la région de l’Atlantique Nord, et plusieurs géologues et géophysiciens éminents critiquent cette idée. Ian Dalziel, géologue à l’Université du Texas à Austin, qui a remporté le mois dernier la médaille Penrose pour ses travaux sur la géographie ancienne et les supercontinents passés, déclare qu’il ne voit pas grand-chose pour justifier la proposition.

À LIRE AUSSI :
La première usine de captage direct du CO2 de l'air est opérationnelle !

Contrairement au continent englouti de Zealandia, par exemple, dont les géologues ont établi qu’il était composé d’une croûte continentale qui s’est séparée de l’Antarctique puis a coulé, il n’y avait pas assez de matière de croûte continentale dans la région de l’Atlantique Nord pour former Islandia, explique Dalziel.

Les géophysiciens Carmen Gaina, directrice du Center for Earth Evolution and Dynamics à Oslo, et Alexander Minakov de l’Université d’Oslo déclarent que la proposition est une affirmation audacieuse qui pose plusieurs problèmes et que l’existence d’Islandia est peu probable. Par exemple, les relevés magnétiques du fond marin de la région montrent des « rayures » qui indiquent quand des couches successives de croûte fondue se sont déposées sur le fond marin de l’Atlantique Nord alors que le champ magnétique terrestre changeait de polarité au cours de millions d’années — un signe clair de croûte également observée dans les grands plateaux océaniques de l’océan Pacifique.

Sources : GeoScienceWorld

Laisser un commentaire