Le Bitcoin est actuellement confronté à une révélation choquante qui pourrait potentiellement menacer l’existence même de la crypto-monnaie mondiale. En effet, une analyse de la blockchain Bitcoin, le livre des transactions accessible au public sur lequel le système entier est construit, a révélé que cette énorme quantité de données est irrévocablement contaminée par des liens inamovibles (notamment avec de la pornographie infantile), répartie entre tous les utilisateurs de la monnaie…

Une blockchain, est une technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle : techniquement, il s’agit d’une base de données distribuée, dont les informations envoyées par les utilisateurs et les liens internes à la base sont vérifiés et groupés à intervalles de temps réguliers en blocs, l’ensemble étant sécurisé par cryptographie, et formant ainsi une chaîne.

La récente découverte a mis en lumière des contenus très discutables, voire illégaux, stockés dans la blockchain, rendant techniquement la possession de bitcoins illégale dans presque chaque pays qui possède des lois contre la possession et la distribution de contenu révélant l’abus d’enfants. C’est une équipe de chercheurs allemands, de l’Université RWTH Aachen, qui a réalisé cette découverte lorsqu’elle passait au crible les informations contenues dans la blockchain, afin d’examiner combien de « données arbitraires » elle contenait.

Tandis que le registre ouvert est principalement destiné à stocker des informations financières liées aux transactions Bitcoin, des informations non financières peuvent également être insérées dans la blockchain par des utilisateurs du système, et ce, de manière drastique. En effet, dans leur analyse, les chercheurs ont découvert plus de 1600 fichiers insérés dans la blockchain dont plus de 99% sont des textes ou des images, y compris des liens vers de la pornographie juvénile, des violations de la vie privée, et autre.

La capacité de stockage de données au sein de la blockchain Bitcoin est seulement de 80 octets. Ce n’est pas suffisant pour que des images y soient hébergées, mais de nombreux liens internet, autres éléments de code ou encore des références, peuvent l’être. « Notre analyse montre que certains contenus, tel que la pornographie infantile, peuvent rendre la simple possession d’une blockchain illégale », explique l’équipe de recherche. « Comme toutes les données de la blockchain sont téléchargées et stockées de manière persistante par les utilisateurs, ils sont responsables de tout contenu répréhensible ajouté à la blockchain par d’autres personnes. Par conséquent, il serait donc illégal de participer à un système blockchain dès qu’il contient du contenu illégal », ajoute l’équipe.

Les ramifications potentielles de cette déclaration ne peuvent être assez soulignées : si l’argument des chercheurs est correct, alors les problèmes dévoilés ici, ne se limitent pas uniquement au Bitcoin. En effet, c’est potentiellement toutes les crypto-monnaies ou autres systèmes technologiques basés sur les blockchains manipulables par les utilisateurs, qui pourraient être susceptibles de devenir illégales. Bien qu’il s’agisse d’un territoire neuf juridiquement parlant, il s’agit d’éléments que les avocats, juges et autres législateurs devront aborder.

À l’heure actuelle, et en plus de la nouvelle découverte mise en lumière par les chercheurs allemands, il semble effectivement qu’il y ait d’autres éléments prouvant que la possession de bitcoins enfreint la loi.

Comme le soulignent les chercheurs, 112 pays ont ratifié un protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, qui rend illégal la possession de pornographie juvénile – et l’analyse préliminaire de la loi aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne et en Irlande suggère qu’une possession de bitcoins pourrait déjà constituer une violation de la loi dans ces pays.

D’autres argumentent cependant, que de simples liens vers du contenu illégal ne devrait pas être confondu avec du contenu illégal lui-même. Il s’agit bien entendu de différents points de vues, mais étant donné le sérieux avec lequel les législateurs traitent la pornographie juvénile, le Bitcoin a un réel et très sérieux problème à gérer.

Maintenant que nous avons pu prendre connaissance de ce problème, ce sera aux tribunaux et aux législateurs de déterminer comment réglementer le Bitcoin ainsi que le contenu problématique se trouvant dans sa blockchain. En réalité, Interpol a déjà identifié cette menace de contenu illégal ou dangereux (malware) intégré dans les systèmes de blockchain, en 2015.

Dans leur analyse, les chercheurs n’ont trouvé aucune trace de logiciels malveillants, mais ils ont identifié des preuves de présence de toutes sortes d’informations aléatoires entremêlées dans le dossier public du Bitcoin. Cela inclut des photos de mariage, des e-mails, des discussions (messages en ligne), des clés cryptographiques ainsi que des données WikiLeaks, en plus d’une copie du célèbre papier Bitcoin, dont l’auteur anonyme n’a jamais été formellement identifié.

Nous nous demandons si le mystérieux créateur du Bitcoin avait imaginé la complexité paradoxale de ce cheval de Troie géant. Nous ne connaîtrons probablement jamais la réponse, mais il est certain que nous n’avons pas fini d’entendre parler de ce problème.

Sources : Financial Cryptography and Data Security 2018, Interpol, RWTH Aachen University

Une réponse

  1. Tassis

    Je comprends mieux pourquoi il ne faut pas écrire sur un billet de banque , surtout si il sert à payer une pro.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.