2.6K Partages

Notre planète va mal, voici ce que l’on entend désormais de plus en plus souvent autour de nous, alors que toujours plus nombreux sont les gens étant sensibilisés aux problématiques liées au climat et à l’environnement. Les rêveurs, mais aussi les scientifiques, pensent qu’il serait peut-être possible, un jour, de coloniser une autre planète habitable. Mais Michel Mayor, un astrophysicien co-récipiendaire du prix ​​Nobel de physique de cette année (pour avoir découvert la première exoplanète en dehors de notre système solaire), en pense tout autrement. Selon lui, il ne s’agit que d’utopie.

« Si nous parlons d’exoplanètes, les choses doivent être claires : nous n’allons pas migrer là-bas », a déclaré Michel Mayor à l’Agence France-Presse (AFP). Il a ensuite ajouté qu’il ressentait le besoin de “contredire” toutes les déclarations ressemblant à : “Nous irons sur une autre planète habitable si un jour la vie n’est plus possible sur Terre”.

Toutes les exoplanètes connues (soit les planètes situées en dehors de notre système solaire), sont trop éloignées pour un voyage réalisable. « Même dans le cas très optimiste d’une planète habitable qui ne serait pas trop éloignée, disons quelques dizaines d’années-lumière, ce qui n’est pas beaucoup (voisinage cosmique), le temps pour s’y rendre est considérable », a-t-il ajouté.

Mayor a partagé la moitié du prix Nobel de cette année avec Didier Queloz, pour la découverte de la première exoplanète en octobre 1995. À l’aide d’instruments novateurs utilisés à l’observatoire de Haute-Provence dans le sud de la France, ils ont détecté une géante gazeuse similaire à Jupiter, qu’ils ont baptisée “51 Pegasi b”. Depuis lors, plus de 4000 autres exoplanètes ont été découvertes au sein de la Voie lactée, mais apparemment, aucune d’elles ne peut être atteinte.

michel mayor colonisation exoplanete impossible

Le prix Nobel Michel Mayor, lors d’une interview avec AFP. Crédits : AFP

L’autre moitié du prix Nobel a été attribuée à James Peebles de l’Université de Princeton, pour ses travaux sur la matière noire et l’énergie noire.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Stephen Kane, professeur d’astrophysique des planètes à l’Université de Californie à Riverside, est d’accord avec Mayor. « La triste réalité est que, à ce stade de l’histoire de l’humanité, toutes les étoiles sont effectivement à une distance beaucoup trop grande pour nous » déclare Kane. « Dites-vous que nous avons déjà des difficultés à atteindre notre propre lune… ».

Nous pourrions peut-être, techniquement, envoyer des explorateurs sur Mars dans les 50 prochaines années, mais Kane précise qu’il serait très surpris que l’humanité atteigne l’orbite de Jupiter dans les prochains siècles.

Puisque la distance à l’étoile la plus proche à l’extérieur de notre système solaire est environ 70’000 fois plus grande que celle nous séparant de Jupiter, “toutes les étoiles sont effectivement hors de portée pour l’Homme”, du moins avec notre compréhension actuelle de la physique.

Cependant, il ne faut pas oublier que les technologies bondissent souvent au moment où nous nous y attendons le moins, et que celles semblant totalement inaccessibles à un moment donné, peuvent devenir réalité quelques décennies plus tard. De nombreux exemples peuvent être cités, comme les vols intercontinentaux, dont le premier fut réalisé seulement 30 ans après le tout premier vol d’un avion (le 17 décembre 1903, avec le Wright Flyer).

Sur le m’eme sujet : Voyages spatiaux lointains : une colonisation spatiale embryonnaire est-elle envisageable ?

Cependant “la physique nécessaire pour atteindre les étoiles, si elle existe, ne nous est pas connue et cela nécessiterait un changement fondamental dans notre compréhension de la relation entre masse, accélération et énergie” ajoute Kane.

« C’est donc ce que nous sommes, fermement sur la Terre, et peu susceptibles de changer avant très longtemps. […] Nous devons prendre soin de notre planète, elle est très belle et reste absolument habitable » conclut Mayor.

Andrew Fraknoi, président émérite du département d’astronomie du Foothill College en Californie, est également d’accord sur le fait que nous ne pourrons pas nous rendre vers ces étoiles dans un avenir proche. « Mais je ne dirais jamais que nous ne pourrons jamais atteindre les étoiles et d’éventuelles planètes habitables », a-t-il déclaré. « Qui sait comment notre technologie évoluera après un million d’années d’évolution ? ».

Est-ce que Mayor a raison de considérer la migration de l’espèce humaine vers un nouveau système solaire comme étant purement utopique ? Seul l’avenir lointain nous le dira…

5 Réponses

  1. yoananda

    Avec notre science (j’ai bien dit science et non pas technologie) actuelle oui c’est utopique d’espérer coloniser des exo-planètes.
    Pour l’instant le mieux qu’on puisse espérer c’est l’exploitation minière du voisinage spatial terrestre. On pourrait imaginer qu’avec quelques décennies et quelques robots en plus ce soit une part plus large du système solaire qui soit exploitée. Exploitée et non colonisée.

    MAIS
    La science a de gros trous actuellement. La fameuse unification de la relativité et de la quantique. Les fameuses énergies et matière noire qui ne sont que pure hypothèses pour l’instant visant à expliquer des grosses anomalies d’observations en astrophysique justement.

    DONC
    il n’est pas impossible que dans 10 ou 100 ans on finisse par percer ces mystères et que finalement on se rendre compte que peut-être que même si la vitesse de la lumière est indépassable, peut être qu’elle peut varier ? ou bien d’autres choses, qui sait.
    Des scientifiques avaient trouvé une relation entre magnétisme et gravitation lors d’une expérience, et il se peut qu’un jour tout ça débouche sur une nouvelle théorie qui nous permettra le voyage sidéral …
    Allez savoir !

    Mais oui, dans l’état actuel des choses, c’est tout bonnement impossible.

    Répondre
  2. Richerd Demensk

    Je ne crois pas une seconde que la vitesse de la lumière soit une limite infranchissable, on pourra trouer l’espace-temps, comme dans StarTrek, le replier comme dans Dune, ou se téléporter, se dupliquer etc…
    Il y a tellement d’inconnues dans notre science limitée, et combien de personnages crédibles ont affirmé des impossibilités, des limites que nous avons toutes dépassées

    Répondre
    • Van Sante

      Entre le cinéma et la réalité, il y a un monde. Nous ne serons jamais capable de nous établir sur Mars. au rythme où la planète se dégrade, dans 30 ans nous serons revenus à l’âge de la pierre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

annee lumiere distance astronomie L'année-lumière est une unité de longueur utilisée pour exprimer des distances astronomiques. Elle est définie par l'Union Astronomique Internationale (UAI) comme la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année julienne (365.25 jours). Elle vaut environ... [...]

Lire la suite

2.6K Partages
2.6K Partages
Partager via
Copier le lien