2.7K Partages

Lorsque les conditions de vie habituelles des animaux sont modifiées, ceux-ci montrent d’impressionnantes capacités d’adaptation, allant jusqu’à modifier complètement leur régime alimentaire. C’est le cas de certains groupes de lions de la Skeleton Coast namibienne (une terre extrêmement aride), qui, faute de leurs proies terrestres ordinaires qui se raréfient, ont adopté un régime à base d’animaux majoritairement marins.

Une nouvelle étude explique en détail comment deux groupes de lions du désert du parc national Skeleton Coast se sont adaptés pour chasser et adopter un régime composé presque exclusivement d’otaries à fourrure, de grands flamants roses et d’oiseaux de mer.

Comme indiqué dans le Namibian Journal of Environment, un régime marin constituait environ 86% de la biomasse consommée par les deux groupes sur une période de 18 mois entre 2017 et 2018. Au total, cela comprend au moins deux flamants roses, 60 cormorans et 18 phoques.

Des lions ont également été observés autour des zones intertidales de la côte namibienne, suggérant qu’ils auraient peut-être appris à se nourrir de crustacés, de crabes et de tortues de mer, bien que cela n’ait pas encore été officiellement documenté. Ce coin du nord-ouest de la Namibie n’est pas un endroit facile à vivre pour les grands félins. En plus de son climat extrêmement aride, de grandes étendues sauvages ont été impactées par la lutte pour l’indépendance de la Namibie, qui a duré de 1966 à 1989.

De plus, dans les années 1980, la concurrence entre agriculteurs et lions s’est intensifiée, entraînant un effondrement quasi total de la population de lions sur la Skeleton Coast depuis plus de dix ans. Tout comme les populations de lions de plus en plus fragmentées du monde, elles doivent également lutter contre les activités humaines, le changement climatique et la perte progressive d’habitat.

Un changement de régime alimentaire pour s’adapter

Mais en 2002, les populations de lions ont commencé à renaître de leurs cendres et à se rétablir. Ils ont été aperçus pour la première fois en train de manger des phoques en 2006, ce que les chercheurs avaient initialement supposé être un dernier recours pour les lions, dont les prises habituelles d’autruches et d’oryx faisaient défaut. Cependant, il semble que ce régime marin soit une source d’énergie riche et durable pour la population.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Sur le même sujet : Afrique du Sud : un groupe de lions démembre de présumés braconniers de rhinocéros

lionne cote cormorans

Les lionnes parcourent le rivage de la Skeleton Coast afin d’y chasser des cormorans. Crédits : The Namibian Journal of Environment

Philip Stander, l’un des chercheurs à l’origine de l’étude, note que les ours polaires sont les seuls autres grands carnivores terrestres à avoir été documentés en train de manger des phoques en dehors de la Namibie. Peut-être, suggère-t-il, ce régime inhabituel des lions du désert a été créé à cause des conditions uniques le long du littoral du Namib, où les phoques se reproduisent sur un continent et non sur une île, où vivent également des carnivores.

Cependant, adopter un régime alimentaire à base d’animaux marins lorsque les temps sont durs n’est pas complètement inconnu dans le règne animal, au sens large. Par exemple, des coyotes dans les coins arides de la Basse-Californie ont été observés en train de manger des mammifères marins, des oiseaux de mer et des tortues.

Source : Namibian Journal of Environment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2.7K Partages
2.7K Partages
Partager via
Copier le lien