701 Partages

Un meurtre est défini comme l’action de tuer volontairement un être humain. Mais dans son acception plus générale, il peut être étendu à toutes les espèces d’animaux. Or, si l’Homme est définitivement un animal capable de tuer volontairement ses congénères, le même phénomène existe-t-il chez les autres espèces ? Le meurtre est-il répandu dans le règne animal, ou est-il propre à l’espèce humaine ?

Qu’il s’agisse d’un ours brun attrapant du saumon dans sa bouche ou d’un guépard bondissant sur une antilope, il est courant de voir certains animaux en tuant d’autres. Mais le règne animal regorge de plus que de simples luttes interspécifiques — de nombreuses espèces assassinent régulièrement ou tuent intentionnellement des individus de leur propre espèce.

Parmi les insectes et les arachnides, par exemple, le cannibalisme sexuel — c’est-à-dire une femelle mangeant un mâle avant, pendant ou après l’accouplement — se produit dans un certain nombre d’espèces, y compris la mante chinoise (Tenodera sinensis) et l’araignée veuve noire. Et les embryons de requin sont connus pour cannibaliser leurs compagnons de portée alors qu’ils sont encore dans l’utérus.

Des mises à mort poursuivant différents objectifs

Bien sûr, le meurtre chez les animaux n’implique pas toujours un besoin de manger. Différents types de poissons, tels que les cichlidés et les bettas (poissons de combat siamois), sont très territoriaux à l’âge adulte, et ils attaquent, et parfois tuent, d’autres poissons se trouvant dans leur domaine.

colibris bec

Certaines espèces de colibris ont développé des becs effilés afin de poignarder leurs congénères lors de batailles aériennes. Crédits : NatGeo

Et dans tout le règne animal, les batailles pour les partenaires sont courantes et peuvent parfois se terminer par la mort. Certaines espèces de colibris ont même développé des becs à pointe effilée potentiellement mortels que les mâles utilisent pour se poignarder pendant leurs luttes aériennes.

Dans certains cas, ce n’est pas tant un meurtre, mais une compétition sexuelle, où un animal peut accidentellement tuer un partenaire potentiel. Par exemple, un groupe de crapauds occidentaux mâles peut se presser sur une femelle dans l’eau, la noyant inévitablement.

L’Homme : un meurtrier zélé face à d’autres animaux ?

En 2016, des chercheurs espagnols ont analysé les données de plus de 4 millions de décès sur 1024 espèces de mammifères, y compris les humains. Étant donné qu’il y a eu près de 16’000 meurtres humains aux États-Unis seulement en 2015, selon les données du FBI, et une pléthore de motivations pour commettre un meurtre.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

De la jalousie aux querelles pour l’argent, en passant par la haine envers ceux qui sont différents, il serait facile de penser que l’Homo sapiens serait l’espèce la plus susceptible de s’entretuer. Mais les humains ne se sont même pas classés dans le top 30, car d’autres animaux s’entretuent bien plus souvent — les loups, les lions et les primates non humains, y compris divers singes et lémuriens.

Suricates et primates : des meurtriers en puissance

La recherche a également révélé qu’un certain nombre d’espèces apparemment pacifiques sont étonnamment meurtrières. Les chinchillas à longue queue, les écureuils terrestres et plusieurs espèces d’ongulés — y compris les chevaux sauvages, la gazelle et le cerf — tous classés dans le top 50.

suricates combat

Les suricates sont considérés comme l’espèce animale la plus meurtrière. Crédits : Dominic Cram

Sur le même sujet : Les animaux peuvent-ils être jaloux ?

L’espèce de mammifère la plus meurtrière ? Les suricates — environ 20 pour cent des suricates rencontrent leur fin aux mains (et aux dents) d’autres suricates. Dans l’ensemble, moins de la moitié des espèces étudiées assassinent leur propre espèce.

Et un groupe de mammifères s’est distingué comme étant particulièrement meurtrier : les primates, qui sont huit fois plus susceptibles de tuer des membres de leur propre espèce que les autres types de mammifères. Cependant, l’analyse comporte une mise en garde majeure : les circonstances des meurtres sont assez différentes entre les humains et le reste des mammifères.

Bébés et enfants : la majorité des victimes parmi les mammifères

Autrement dit, la majorité des meurtres des mammifères impliquent l’infanticide ou le meurtre de bébés. Dans la société suricate, par exemple, les femelles dominantes tuent régulièrement les bébés des femelles subordonnées de leur groupe.

Les humains font partie d’un petit groupe d’animaux, qui comprend également des loups, des lions et des hyènes tachetées, qui assassinent régulièrement les adultes de leur espèce. Et parmi ce petit groupe, nous nous démarquons. Comme l’a dit l’anthropologue biologique de Harvard Richard Wrangham, lorsqu’il s’agit de tuer des adultes, « les humains sont vraiment exceptionnels ».

suricates meurtres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

701 Partages
701 Partages
Partager via
Copier le lien