815 Partages

Le projet Artemis de la NASA a pour but de renvoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2024. Ce retour signera également la première fois qu’une femme marchera sur la Lune. En effet, l’agence spatiale souhaite qu’une ou plusieurs femmes composent l’équipe d’Artemis. Si les profils ne sont pas encore connus avec exactitude, les candidates seront certainement choisies parmi l’équipe actuelle de 12 astronautes féminines en service actif.

Elles ont entre 40 et 53 ans et sont d’anciennes pilotes militaires, médecins et scientifiques choisies parmi des milliers de candidats depuis la fin des années 1990. Prédire qui rejoindra Neil Armstrong dans les annales de l’histoire n’est pas une science exacte, mais plusieurs anciens astronautes et experts interrogés affirment que la proximité de l’échéance signifie que ce ne sera probablement pas une nouvelle recrue.

« Personnellement, cela ne me dérangerait pas que ce soit une nouvelle recrue qui soit choisie » déclare Eileen Collins, ancienne astronaute, qui a piloté les navettes spatiales dans les années 1990 et 2000. « Mais si vous avez suffisamment d’astronautes qui ont déjà volé, ils savent comment ils réagiront dans l’espace ».

Des astronautes expérimentées, des profils différents

Ken Bowersox, un haut responsable de la NASA, est d’accord. « Je pense qu’il sera préférable d’envoyer des personnes qui ont déjà au moins effectué un vol ». Cet objectif sera facilement réalisable, car il n’y a jamais eu autant de femmes astronautes.

Lorsque la NASA a été créée en 1958, elle ne recrutait que dans l’armée, qui était à l’époque exclusivement masculine. Les 12 astronautes ayant foulé la Lune entre 1969 et 1972 étaient des hommes, et ce n’est qu’en 1983 que Sally Ride est devenue la première femme américaine à être envoyée dans l’espace.

anne mclain

Anne McLain, ancienne pilote d’hélicoptère dans l’armée, restera à bord de l’ISS jusqu’à fin Juin. Crédits : NASA

Les quatre femmes de la 21e session d’astronautes, recrutées en 2013, représentent un mélange équilibré de jeunesse et d’expérience. Actuellement âgées de 40 à 41 ans, elles auront toutes fait leur première incursion dans l’espace d’ici à 2020. Anne McClain, ancienne pilote d’hélicoptère de l’armée, restera dans la Station spatiale internationale (ISS) jusqu’à la fin du mois de juin. Christina Koch, ingénieure et alpiniste passionnée, fait également partie de l’ISS. Elle battra bientôt le record du plus long séjour dans l’espace pour une femme, soit 11 mois.

« Je pense que Christina Koch ou Anne McClain seraient mes deux meilleurs choix » déclare Janet Ivey, la présentatrice d’une émission pour enfants sur l’espace et gouverneur de la National Space Society.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
christina koch

Actuellement à bord de l’ISS, l’astronaute Christina Koch atteindra bientôt le record du plus long séjour féminin dans l’espace, soit 11 mois. Crédits : NASA

Mais leurs deux collègues féminines de la même session, Jessica Meir, une biologiste marine spécialisée dans les manchots, et l’ancienne pilote de chasse F/A-18, Nicole Mann, qui a piloté en Irak et en Afghanistan, sont également hautement qualifiées. Dans une interview de 2016, les quatre se sont déclarées prêtes à aller sur Mars si l’occasion se présentait. Il est donc difficile de les imaginer refuser un voyage sur la Lune.

Une admission large pour un processus opaque

Il n’y a pas de limite d’âge supérieure pour l’espace. L’emblématique John Glenn a effectué son dernier vol à l’âge de 77 ans en tant que sénateur américain. Par conséquent, rien n’exclut la très expérimentée Sunita Williams, qui prépare sa troisième mission dans l’espace et aura 58 ans en 2024. Surtout que la NASA « apprécie depuis longtemps les compétences en leadership acquises par les pilotes d’essais », selon Kent Romninger, ancien chef du bureau des astronautes de 2002 à 2006.

Sur le même sujet : Mission Artemis : voici les sites d’alunissage sélectionnés par la NASA et les entreprises privées

sunita williams

L’astronaute expérimentée, Sunita Williamas, qui aura 58 ans en 2024, s’entraîne actuellement pour son troisième vol consécutif dans l’espace. Crédits : NASA

« Suni », comme elle est appelée, a piloté environ trente avions différents au cours de sa carrière militaire. Deux autres femmes, Serena Aunon-Chancellor et Kate Rubins, ont également volé récemment dans l’espace. Les cinq autres n’ont pas volé depuis 2010 mais restent en service actif. Il y a cinq femmes dans la session 2017, mais elles n’ont pas encore complété leur formation initiale.

Elles ne sont pas encore exclues, mais le calendrier n’est pas de leur côté, d’autant plus que la NASA a tendance à s’en tenir à un cycle d’astronautes une fois leur ordre établi, explique Michael Lopez-Alegria, ancien astronaute qui a passé 20 ans avec l’agence. Cependant, le processus « est assez opaque », a-t-il concédé. À Houston, l’astronaute en chef voudra créer une équipe dont les profils seront complémentaires, un mélange d’anciens milieux militaires et scientifiques et de personnalités différentes.

Sources : NASA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

815 Partages
815 Partages
Partager via
Copier le lien