Certaines montres intelligentes peuvent détecter la COVID-19 avant les premiers symptômes

montres intelligentes detecter covid-19 avant premiers symptomes
| Pixabay

Trouver des moyens de dépister le plus rapidement possible les infections est crucial dans la lutte contre la pandémie actuelle, étant donné qu’il s’agit du moyen le plus efficace pour empêcher la transmission du virus. Dans cet effort, une équipe de chercheurs de l’école de médecine Icahn du Mount Sinai a constaté que certaines montres intelligentes (Smartwatch) peuvent détecter les symptômes de la COVID-19 avant même l’apparition des premiers symptômes. Sur son site web, l’équipe décrit ses tests effectués sur 297 travailleurs de la santé, en examinant les données de leurs Apple Watch (les montres connectées d’Apple).

L’idée des chercheurs trouve son origine dans l’un des mécanismes de lutte contre les infections du corps humain : l’un des premiers signes d’une infection par le SARS-CoV-2 (et d’autres agents infectieux) est l’inflammation directe des zones infectées. Cependant, lorsque l’inflammation débute, le corps réagit en modifiant légèrement le flux sanguin. Et cette modification du flux sanguin peut être observée par de légères modifications du rythme cardiaque, qui sont notamment détectables par le biais d’une montre intelligente comme celles d’Apple et Samsung.

En mesurant et enregistrant les battements cardiaques d’une personne sur de longues périodes, une montre intelligente peut déterminer un niveau de référence normal. Et lorsqu’un changement soudain et prolongé se produit, comme une variabilité soutenue du rythme cardiaque, l’appareil est également capable de le détecter.

Une semaine avant l’apparition des symptômes

Dans le cadre de leur étude, publiée récemment sur le serveur de préimpression medRxiv, les chercheurs du Mount Sinai ont demandé à des volontaires de porter leur montre intelligente à plein temps et d’installer une application qui recherche spécifiquement les changements durables du rythme cardiaque. En analysant les résultats, ils ont découvert que les montres étaient capables d’identifier les deux tiers des personnes infectées, et ce en moyenne sept jours avant que les volontaires ne remarquent le moindre symptôme.

À LIRE AUSSI :
La suprématie quantique a été atteinte avec un ordinateur quantique plus complexe que lors des essais précédents

La chaîne d’information américaine CBS News a récemment examiné les résultats de l’équipe de Mount Sinai ainsi que ceux d’une autre étude de l’Université de Stanford. Les résultats d’autres sociétés qui étudient si leurs montres intelligentes pourraient fonctionner de la même manière pour détecter la maladie ont également été analysés.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Ils ont ainsi découvert que pour la plupart, la réponse était oui, les montres intelligentes peuvent très souvent détecter une infection COVID-19 jusqu’à une semaine avant l’apparition des symptômes. Ils ont également noté que les ingénieurs peuvent d’ores et déjà développer des applications pour les montres intelligentes afin d’alerter l’utilisateur, qui peut alors se mettre en quarantaine jusqu’à ce qu’il soit testé.

Une nouvelle encourageante, qui vient apporter un nouveau moyen de lutte contre les nouvelles infections. Une fois qu’une ou plusieurs applications validées auront vu le jour, les utilisateurs du monde entier pourront les installer et ainsi détecter l’infection de façon précoce. Un tel déploiement permettra également de lutter contre d’autres pandémies.

« Bien que des études plus approfondies soient nécessaires, (ces dispositifs) pourraient permettre d’identifier l’infection par le SARS-CoV-2 pendant la période présymptomatique, chez les porteurs asymptomatiques et avant le diagnostic par un test PCR nasal. Ces résultats justifient une évaluation plus approfondie de cette approche pour suivre et identifier les infections COVID-19, et éventuellement d’autres types d’infections », concluent les chercheurs dans le document.

À LIRE AUSSI :
Le premier vaccin contre le paludisme a été approuvé et est désormais recommandé par l'OMS
Source : medRxiv

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.