L’artiste anonyme britannique, Banksy, a réalisé un autre exploit qui a attiré l’attention du monde de l’art, mais cette fois aux dépens de son propre travail.

Vendredi dernier, un tableau de Banksy intitulé « La Petite Fille au Ballon » a été vendu aux enchères chez Sotheby’s, à Londres, pour 1.4 million de dollars. L’œuvre, peinte à la bombe et à l’acrylique représentait une petite fille qui tendait le bras vers un ballon rouge en forme de cœur, flottant hors de sa portée. L’enchère a grimpé à 1.4 million de dollars US, et c’est à ce prix-là que l’œuvre a finalement été vendue.

Au moment de la validation de la vente, la toile a commencé à défiler vers le bas, traversant son cadre doré sophistiqué et réapparaissant en dessous, mais cette fois découpée en petites lamelles nettes et verticales. Ce n’est que plus tard que Sotheby’s expliquait qu’une déchiqueteuse était cachée à l’intérieur du cadre. La foule a commencé à s’agiter alors qu’elle réalisait ce qui se passait : le tableau s’autodétruisait littéralement sous leurs yeux ébahis.

petite fille ballon art prank banksy vente encheres auto destruction

La Petite Fille au Ballon. Crédits : Banksy

Le directeur principal de Sotheby, Alex Branczik, a expliqué dans un communiqué que cet « incident » était « la première fois dans l’histoire de la vente aux enchères qu’une œuvre d’art se déchirait automatiquement après être passée sous le marteau ».

Vous aimerez également : 

Déjeuner au sommet d’un gratte-ciel : les 7 secrets d’une photographie culte

L’évènement a suscité de nombreuses questions sur la manière dont Banksy avait réussi son coup, et s’il se trouvait dans la salle au moment de la vente, ou pas. « Nous sommes en train de comprendre ce que cela signifie dans le contexte d’une vente aux enchères », a déclaré Branczik. « Le déchiquetage fait à présent partie de l’œuvre d’art intégrale. Nous n’avions encore jamais connu de situation dans laquelle un tableau s’est spontanément déchiré, réalisant un record pour l’artiste » a-t-il ajouté. Sotheby’s n’a pas divulgué qui avait acheté la pièce. Les représentants de la maison de vente aux enchères n’ont pas immédiatement répondu aux questions samedi.

Samedi, Banksy a publié une vidéo sur Instagram, montrant des images d’un mécanisme de déchiquetage en train d’être intégré dans un cadre pour, vraisemblablement, l’œuvre en question. « Il y a quelques années, j’ai secrètement construit une déchiqueteuse dans un tableau », a-t-il déclaré dans le texte de la vidéo, « au cas où il serait mis aux enchères… ».

La vidéo a ensuite montré des images de la vente aux enchères de vendredi à Sotheby’s, indiquant que Banksy, ou quelqu’un qui travaille avec lui, était là quand c’est arrivé. « L’envie de détruire est aussi une envie créative », a commenté Banksy dans son post Instagram. L’artiste a réussi à garder sa véritable identité secrète pendant des décennies, peignant souvent ses peintures murales sous le couvert de la nuit.

. « The urge to destroy is also a creative urge » – Picasso

Une publication partagée par Banksy (@banksy) le

En 2007, il a peint les mots « UNE NATION SOUS VIDÉOSURVEILLANCE » (ONE NATION UNDER CCTV), sur le côté d’un bâtiment du service postal britannique. Une autre de ses peintures murales, « Travail d’Esclave » (Slave Labor), datant de 2012, montrait un jeune garçon cousant un drapeau du Royaume-Uni, probablement un coup lors des célébrations du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II, qui devait avoir lieu à l’époque.

Selon Forbes, l’artiste a fortement critiqué le commercialisme : notamment lorsque ses toiles ont été vendues dans un magasin éphémère de Central Park à 60 dollars US l’unité. « Afin de garder tout l’art de la rue là où il appartient, j’encourage les gens à ne rien acheter à qui que ce soit, à moins que les œuvres en question aient été créées pour la vente dans un premier temps », expliquait Banksy.

L’irone concernant l’œuvre déchiquetée, est qu’elle pourrait bien avoir pris de la valeur après son auto-destruction. Joey Syer, le cofondateur de MyArtBroker.com, a déclaré à Evening Standard que la peinture aurait pu voir sa valeur augmenter de 50%. « Le résultat de la vente aux enchères ne fera que propulser ce phénomène plus loin et, compte tenu de l’attention médiatique que cet événement a suscité, l’heureux acheteur bénéficierait d’un retour sur investissement considérable pour le 1.4 million de dollars payé la nuit dernière. Cela fait maintenant partie de l’histoire de cette œuvre d’art, à l’état déchiqueté », a déclaré Syer.

Source : The Art Newspaper

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.