Découverte inattendue d’organismes non identifiés sous la banquise antarctique

decouverte inattendue organismes sous banquise antarctique
| NPR

Grâce à la découverte des extrémophiles et autres organismes résistants, les biologistes savent depuis des dizaines d’années que la vie peut exister même dans les conditions environnementales les plus extrêmes. Cela n’a pas empêché une équipe de biologistes d’être surpris en découvrant des animaux marins (dont plusieurs non identifiés) à plus de 900 mètres de profondeur sous la banquise antarctique. Cette découverte devrait permettre aux chercheurs d’en apprendre plus sur la façon dont la vie peut émerger, évoluer et persister dans des environnements aussi extrêmes que celui-ci.

La découverte inattendue de vie marine sur un rocher situé sous la banquise antarctique remet en question notre compréhension de la façon dont les organismes peuvent vivre dans des environnements éloignés de la lumière du Soleil. James Smith et Paul Anker du British Antarctic Survey ont foré à travers la plate-forme de glace Filchner-Ronne de 900 mètres d’épaisseur et ont largué une caméra dans le trou, à la recherche de boue sur le fond marin.

À leur grande surprise, elle a révélé un rocher entouré d’animaux. Les images semblent montrer 16 éponges, accompagnées de 22 animaux non identifiés qui pourraient inclure des balanes. C’est la première fois qu’une vie presque figée comme ces créatures est découverte sous une calotte glaciaire antarctique.

Un environnement extrême pour la vie

« Il y a toutes sortes de raisons pour lesquelles ils ne devraient pas être là », déclare Huw Griffiths du British Antarctic Survey, qui a analysé les images. Il pense que les animaux, qui sont probablement des filtreurs, survivent grâce aux nutriments transportés dans l’eau à -2 °C. L’énigme est qu’ils sont loin des sources de nutriments évidentes, étant donné que le rocher est situé à 260 kilomètres de l’eau libre à l’avant de la banquise Filchner-Ronne, où les organismes photosynthétiques peuvent survivre.

À LIRE AUSSI :
Écoutez un canard australien dire « Espèce d'idiot ! » comme un humain
image rocher dimensions animaux
Image du rocher indiquant ses dimensions et les différentes formes de vie qui y sont attachées. © Huw J. Griffiths et al. 2021

De plus, la nourriture des éponges vient probablement d’encore plus loin, indique Griffiths. Compte tenu de ce que nous savons sur les courants océaniques dans la région, la source de lumière solaire la plus proche semble être à 600 kilomètres. On ne sait pas encore si les animaux étreignant le rocher sont nouveaux pour la science, combien de temps ils vivent — certaines éponges antarctiques ont plus de 10’000 ans — ou à quelle fréquence ils se nourrissent, que ce soit une fois par an, une décennie ou un siècle.

Mais les images semblent indiquer que la vie sur ce seul rocher n’est pas unique : la vidéo a également capturé une seule éponge sur un autre rocher à proximité. La découverte est significative, car elle suggère que la vie dans les environnements les plus difficiles de l’Antarctique est plus adaptable et plus diversifiée qu’on ne le pense.

Mieux comprendre l’évolution de la vie aux basses températures

« Nous avons découvert que ce n’est pas un cimetière sur lequel quelques éléments s’accrochent, c’est plus compliqué que nous ne le pensions », explique Griffiths. Alors que les calottes glaciaires s’effondrent dans un monde qui se réchauffe, des espèces telles que celles trouvées sur le rocher peuvent s’avérer incapables de répondre aux changements rapides.

En savoir plus sur la façon dont les organismes se sont adaptés à leur monde glacé loin de la nourriture peut également nous donner des indices sur la façon dont la vie a évolué, notamment durant une période « boule de neige » il y a des centaines de millions d’années, au cours de laquelle la planète était couverte de glace.

À LIRE AUSSI :
Le changement climatique augmente le risque de propagation de virus anciens aux animaux de l'Arctique

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Griffiths veut maintenant étudier les animaux de plus près, mais ce ne sera pas facile dans un endroit aussi éloigné et difficile d’accès. De minuscules véhicules télécommandés (ROV) envoyés dans le trou de forage sont une option.

Vidéo de l’observation effectuée par les chercheurs ; le rocher et les organismes y sont bien visibles :

Sources : Frontiers in Marine Science

Laisser un commentaire