Des palmiers dattiers de Judée cultivés à partir de graines vieilles de 2000 ans

palmiers dattiers
| Robert Harding

Il y a environ 2000 ans, l’Empire romain consommait avec une véritable délectation les dattes de Judée, un fruit au goût loué par de nombreux auteurs et fortement apprécié. Issus de pratiques de sélection agricole élaborées, ces palmiers dattiers particuliers ont été cultivés jusqu’à la fin du 11ème siècle puis ont progressivement été abandonnés jusqu’à disparaître complètement. Mais récemment, des botanistes ont retrouvé certaines graines vieilles d’environ 2000 ans au cœur de ruines et de cavernes et, après les avoir fait germer, sont parvenus à faire renaître ces célèbres palmiers dattiers de Judée.

Cet exploit remarquable confirme la viabilité à long terme de graines autrefois présentes dans les dattes de Judée, un cultivar fruitier perdu depuis des siècles. Les résultats en font un excellent candidat pour étudier la longévité des graines de plantes. À partir de ces pousses de palmier dattier, les chercheurs ont commencé à percer les secrets des pratiques de culture hautement sophistiquées qui ont produit les dates louées par Hérodote, Galien et Pline l’Ancien.

« L’étude actuelle met en lumière les origines du palmier dattier de Judée, suggérant que sa culture, bénéficiant de populations orientales et occidentales génétiquement distinctes, est issue de variétés orientales locales ou introduites, qui n’ont été croisées que plus tard avec des variétés occidentales. Ces résultats sont cohérents avec l’emplacement de la Judée entre les zones de diversification est-ouest du palmier dattier, les anciens centres de culture du palmier dattier et l’impact des voies de dispersion humaine à ce carrefour des continents ».

Préparation et germination des graines de palmier dattier vieilles de 2000 ans

Dans une ancienne forteresse construite par le roi Hérode le Grand et dans des grottes situées dans le sud d’Israël, entre les collines de Judée et la mer Morte, les archéologues ont récupéré des centaines de graines de palmier dattier (Phoenix dactylifera). Ensuite, une équipe de scientifiques, dirigée par Sarah Sallon de l’organisation médicale Hadassah en Israël, a trié cette collecte.

À LIRE AUSSI :
Une météorite tombée au Royaume-Uni pourrait détenir des secrets de la vie sur Terre

Ils ont sélectionné 34 graines qu’ils pensaient être les plus viables. L’une a été séparée comme témoin ; les 33 autres ont été soigneusement imbibées d’eau et d’engrais pour encourager la germination. Après ce processus, une autre a été trouvée endommagée et a ensuite été jetée ; les 32 graines restantes ont été plantées.

germination graines
Après avoir été soigneusement préparées et mises à germer, six des graines ont correctement poussé. Crédits : Sarah Sallon et al. 2020

Parmi celles-ci, six des graines ont germé avec succès. On leur a donné les noms de Jonas, Uriel, Boaz, Judith, Hannah et Adam. (Une précédente tentative de Sallon et ses collègues publiée en 2008 a produit un seul jeune arbre ; il s’appelait Mathusalem). Semis à la main, les chercheurs pouvaient désormais effectuer des tests et des analyses qu’ils ne pouvaient pas réaliser uniquement sur des semences.

Des pratiques de sélection agricole sophistiquées

Tout d’abord, les chercheurs ont recueilli des fragments des coques de graines toujours accrochées aux racines des plantes. Celles-ci étaient parfaites pour la datation au radiocarbone — ce qui a confirmé que les graines remontent à entre 1800 et 2400 ans. Ensuite, les chercheurs ont pu effectuer des analyses génétiques des plantes elles-mêmes, en les comparant à une base de données génétiques des palmiers dattiers actuels.

genetique graines
Les chercheurs ont effectué des analyses génétiques sur les six palmiers dattiers (violet) et les ont comparées aux données sur les palmiers dattiers modernes (Arabie Saoudite/orange clair, Iraq/rouge, Tunisie/bleu, Maroc/vert clair et Egypte/vert foncé). Les résultats ont montré des échanges génétiques caractéristiques de pratiques sophistiquées de sélection agricole. Crédits : Sarah Sallon et al. 2020

Cela a montré des échanges de matériel génétique de palmiers dattiers orientaux du Moyen-Orient et de palmiers dattiers occidentaux d’Afrique du Nord. Cela suggère des pratiques agricoles sophistiquées — une sélection délibérée pour introduire des caractères souhaitables dans les arbres cultivés.

« Décrites par des écrivains classiques tels que Théophraste, Hérodote, Galien, Strabon, Pline l’Ancien et Josephus, ces précieuses plantations ont produit des dattes attribuées avec diverses qualités, notamment de grande taille, des avantages nutritionnels et médicinaux, de la douceur et une longue durée de stockage, leur permettant d’être exportés dans tout l’Empire romain » écrivent les chercheurs.

À LIRE AUSSI :
Les sangliers seraient aussi polluants qu’un million de voitures

Sur le même sujet : Des preuves de consommation de cannabis en Chine il y a plus de 2500 ans ont été découvertes

Des graines aux propriétés remarquables

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

En effet, les chercheurs ont découvert que les graines anciennes étaient jusqu’à 30% plus grosses que les graines de dattes d’aujourd’hui, ce qui signifiait probablement que le fruit était aussi plus gros. La germination effective après tant de siècles est également une propriété remarquable. Si les botanistes peuvent découvrir comment les graines de datte ont conservé leur viabilité pendant si longtemps, cela pourrait avoir des implications importantes pour l’agriculture.

Les bosquets de dattes autrefois riches ont progressivement diminué après la chute de l’Empire romain. Les dattes de Judée auraient pu encore être cultivées au 11ème siècle de notre ère, selon les chercheurs, mais certainement au 19ème siècle, les bosquets avaient complètement disparus.

« À mesure que de nouvelles informations sur des traits spécifiques associés aux gènes (par exemple, la couleur et la texture des fruits) sont trouvées, nous espérons reconstruire les phénotypes de ce palmier dattier historique, identifier les régions génomiques associées aux pressions de sélection au cours de l’histoire évolutive récente et étudier les propriétés des dattes produites en utilisant d’anciens plants mâles pour polliniser les femelles anciennes » conclut l’article.

Sources : Science Advances

Laisser un commentaire