415 Partages

Musique et intelligence sont généralement mises en corrélation lorsqu’elles sont abordées. Ainsi, l’adage voulant que les personnes décrites comme intelligentes apprennent plus rapidement à jouer d’un instrument de musique s’est largement répandu. Récemment, une équipe de chercheurs en neurocognition a étudié les liens entre l’intelligence et les prédispositions à jouer du piano dans le cas de débutants. Et les résultats, qui doivent tout de même être considérés avec précaution, semblent confirmer cette relation.

L’intelligence pourrait jouer un rôle, selon une étude de la Michigan State University portant sur les premières étapes de l’apprentissage du piano. La recherche, publiée dans la revue Intelligence, est la première à examiner la relation entre intelligence, aptitude à la musique et l’état d’esprit de croissance chez les pianistes débutants. La mentalité de croissance consiste à déterminer si les élèves croient pouvoir améliorer leurs capacités de base, comme le piano.

« L’intelligence, suivie de l’aptitude à la musique, a été le principal prédicteur de l’acquisition des compétences » déclare Alexander Burgoyne, chercheur en cognition et neuroscience cognitive. « En revanche, la corrélation entre l’état d’esprit de croissance et les performances au piano était proche de zéro ».

Une acquisition des compétences musicales différente selon les profils

Dans le cadre de cette étude, 161 étudiants de premier cycle ont appris à jouer au piano « Joyeux anniversaire » à l’aide d’un guide vidéo. Après la pratique, les élèves ont interprété plusieurs fois la chanson de 25 notes. Trois étudiants diplômés de la MSU ont jugé les performances en fonction de leur précision mélodique et rythmique.

trajectoires competences

Graphique montrant les trajectoires d’acquisition des compétences musicales pour les 161 volontaires. Chaque profil démontre une trajectoire différente, corrélée à la mesure de son intelligence générale (QI). Crédits : Michigan State University

Il y avait des différences frappantes dans les trajectoires d’acquisition des compétences des élèves. Certains ont appris rapidement, obtenant des notes parfaites dans les six minutes qui ont suivi la pratique. D’autres ont eu de piètres résultats au début, mais se sont nettement améliorés par la suite. En comparaison, certains semblaient abandonner comme s’ils avaient perdu leur motivation et d’autres ne s’en sont jamais rendus compte, leur performance ayant été médiocre tout au long de l’étude.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Compétences musicales : l’intelligence générale prévaut, et non les prédispositions ou l’état d’esprit

Alors, pourquoi certains élèves ont-ils échoué alors que d’autres ont réussi ? Pour le savoir, les chercheurs ont soumis aux étudiants des tests d’aptitudes cognitives qui mesuraient notamment la capacité de résolution de problèmes et la vitesse de traitement, ainsi que des tests d’aptitude musicale qui mesuraient, par exemple, la capacité à différencier des rythmes similaires. Ils ont également analysé leur état d’esprit de croissance.

« Les résultats ont été surprenants, car les gens ont prétendu que l’état d’esprit jouait un rôle important lorsque les élèves sont confrontés à des défis, comme essayer d’apprendre un nouvel instrument de musique. Et pourtant, cela ne prédit pas l’acquisition de compétences » déclare Burgoyne.

Sur le même sujet : Les personnes « plus intelligentes » possèdent-elles un cerveau plus stable ?

Des résultats importants en matière d’éducation

Cela dit, les résultats seront probablement différents pour les personnes plus habiles. « Notre étude a examiné l’une des premières étapes de l’acquisition des compétences. Les premières expériences peuvent être formatrices, mais je déconseille de tirer des conclusions sur les musiciens qualifiés sur la base de notre étude des débutants » indique Burgoyne. Mais généralement appliquées, les conclusions de l’étude peuvent être utiles en éducation.

Elle fait suite à une étude récente de la recherche sur les mentalités, qui a révélé une relation faible entre l’état d’esprit de croissance et les résultats scolaires. Plus inquiétant peut-être encore, cette étude a révélé que les interventions conçues pour améliorer les résultats en encourageant les enfants à croire qu’ils peuvent améliorer leurs capacités de base sont vaines. En d’autres termes, lorsque ces interventions ont réussi à modifier l’état d’esprit des étudiants, elles n’ont pas eu d’effet significatif sur les résultats scolaires.

Sources : Intelligence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.
415 Partages
415 Partages
Partager via
Copier le lien