Le plus ancien temple du monde a été construit selon un grand plan géométrique 

plan-gobekli-tepe fouilles turquie archeologie temple ancien
À Göbekli Tepe, les archéologues ont découvert une poignée de structures néolithiques circulaires telles que celle-ci (enceinte C), qui se composent de deux piliers en forme de T entourés de piliers tournés vers l'intérieur légèrement plus petits. | Benefits

De nouvelles découvertes archéologiques suggèrent que d’anciens chasseurs-cueilleurs pourraient avoir construit le plus ancien temple connu au monde, nommé Göbekli Tepe, à partir d’un plan géométrique bien précis. Selon les chercheurs, il s’agit de la première « déviation du mode de vie des chasseurs-cueilleurs » connue à ce jour.

Le site préhistorique du néolithique, connu sous le nom de Göbekli Tepe (qui signifie colline en forme de ventre, en turc), est perché au sommet d’une crête de montagne calcaire dans le sud-est de la Turquie, dans la province de Şanlıurfa. Les piliers en forme de T du site, qui sont sculptés de dessins mystiques d’animaux, de symboles abstraits et de mains humaines, sont disposés en cercles géants et ovales et chaque structure est composée de deux grands piliers centraux entourés de petits piliers tournés vers l’intérieur.

Göbekli Tepe a été construit il y a environ 11’000 à 12’000 ans, soit des centaines d’années avant que des preuves d’agriculture ou de domestication animale n’apparaissent sur la planète. Les scientifiques pensent donc que cette entreprise massive était l’œuvre de chasseurs-cueilleurs.

L’impressionnant projet de construction, qui précède Stonehenge de quelque 6000 ans, est une « déviation du mode de vie des chasseurs-cueilleurs », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Avi Gopher, professeur au Département d’archéologie et des civilisations antiques du Proche-Orient, à l’Université de Tel-Aviv.

plan-gobekli-tepe fouilles turquie archeologie temple ancien
Le chantier de fouilles, zone principale, vue aérienne. De bas en haut, les enclos circulaires A, B, C et D du niveau III. Les structures rectangulaires du niveau II sont situées au pourtour, notamment visibles dans la partie haute. Crédits : German Archaeological Institute/E. Kücük

C’est l’archéologue allemand Klaus Schmidt qui a découvert le site, qui semblait être un ancien lieu de culte ou de rassemblement religieux, en 1994 déjà. Cette découverte a alors remis en question une théorie de longue date selon laquelle la religion organisée n’apparaît qu’après que les différents peuples du monde ont commencé à adopter l’agriculture.

Cependant, avec seulement une petite fraction des mégalithes fouillés et des études au sol suggérant qu’au moins 15 autres de ces enceintes circulaires sont encore cachées sous terre à l’heure actuelle, le site et les chasseurs-cueilleurs qui l’ont construit sont encore bien méconnus…

L’un des mystères majeurs réside dans la relation entre ces différentes enceintes circulaires : ont-elles toutes été érigées en même temps où l’une d’elles était construite, puis abandonnée, puis remblayée avant la construction suivante ?

plan-gobekli-tepe fouilles turquie archeologie temple ancien
Le chantier de fouilles, zone principale, vue au sol depuis l’est. Au premier plan, l’enclos C. À droite, l’enclos D. Au second plan, enclos A (gauche) et B (centre), et structures de la phase II. Crédits : Rolfcosar

Une relation triangulaire particulière

Afin de tenter d’élucider ce mystère et d’y répondre, Gopher et le doctorant Gil Haklay, également de l’Université de Tel-Aviv en Israël, ont utilisé un algorithme informatique pour analyser l’architecture sous-jacente du site : le groupe a mesuré les distances à l’intérieur des enceintes et entre les enceintes, dont la plus grande mesure plus de 20 mètres de diamètre.

À LIRE AUSSI :
Découverte d'un grand géoglyphe en forme de chat vieux de 2000 ans dans le désert de Nazca

Puis, ils ont constaté que les deux piliers centraux s’alignaient exactement avec le milieu des structures circulaires. De plus, lorsqu’ils ont dessiné une ligne imaginaire reliant les points centraux de trois des structures, ils ont constaté qu’elle formait un triangle équilatéral presque parfait (soit un triangle avec trois côtés de longueur égale). Cela suggère que ces trois structures ont été planifiées ensemble et construites selon une « conception géométrique », a déclaré Gopher.

gobekli tepe plan
Des chercheurs ont découvert que Göbekli Tepe a été construit selon un plan architectural très précis : si l’on devait tracer des lignes à travers les points centraux de trois de ces structures néolithiques (appelées enceintes), elles formeraient un triangle équilatéral presque parfait. Crédits : Gil Haklay/AFTAU

« La construction de l’une de ces structures est un grand projet, mais planifier les trois ensemble signifie que ces personnes avaient accès à beaucoup de puissance de travail et à beaucoup d’énergie », a déclaré Gopher à Live Science. Pourtant, bien que les trois enceintes aient probablement été planifiées comme un projet unique, les méthodes de datation ne peuvent pas démontrer si elles ont été « construites exactement au même moment, ou peut-être, à quelques mois ou à quelques années d’intervalle », a-t-il déclaré.

« La complexité de la conception architecturale a dû exiger un schéma ou un diagramme que les constructeurs ont utilisé comme guide pour reproduire les structures plus grandes », ont écrit les auteurs. Cela signifie que nos anciens ancêtres avaient une « compréhension de la conceptualisation d’un plan d’étage complexe et de sa reproduction à n’importe quelle taille, en utilisant éventuellement des cordes pour mesurer l’emplacement pour ériger chacun des piliers », ont-ils ajouté.

L’idée que ce site a été soigneusement planifié à petite échelle puis construit à taille réelle, signifie probablement qu’il y avait une sorte de « groupe dirigeant au sein de la population des chasseurs-cueilleurs, qui initiait, planifiait et dirigeait ces projets », a déclaré Gopher.

Vous aimerez également : Découverte rare de plusieurs objets vikings le long d’un sentier montagneux en Norvège

Cependant, rien ne garantit que quelques architectes aient planifié les trois structures. Il faudra des fouilles ainsi que des analyses supplémentaires pour le prouver, mais les chercheurs « ont fourni un ensemble de connaissances qui pourraient nous pousser dans cette direction », a déclaré Tristan Carter, expert sur le site et professeur agrégé au Département d’anthropologie de l’Université McMaster au Canada, qui n’a pas fait partie de l’étude. Même si les trois enceintes forment ensemble un triangle théorique, cela ne signifie pas que l’une n’a pas été faite en premier et que les deux autres ont été planifiées en conséquence et construites autour d’elle plus tard. Il est totalement possible de « vous retrouver ensuite avec un triangle équilatéral », a déclaré Carter. « Mais s’ils ont bien raison, alors c’est très excitant et cela pourrait nous donner une idée du fonctionnement de cet endroit », a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSI :
Un temple vieux de 1200 ans dédié à Odin et Thor découvert en Norvège

Des structures gravées avec différents symboles

Certains des mégalithes de Göbekli Tepe, qui peuvent mesurer jusqu’à 5,5 mètres de hauteur et peser jusqu’à 50 tonnes (soit 45 tonnes métriques), sont nus, tandis que d’autres sont recouverts d’impressionnantes sculptures de symboles abstraits et d’animaux tels que des renards, des lions, des taureaux, des serpents et des insectes.

« Chaque zone semble avoir un animal dominant qui a été représenté plusieurs fois », a déclaré Carter. Cela pourrait signifier que différents groupes de chasseurs-cueilleurs (chacun avec leur propre animal représentatif) auraient pu être présents. Les scientifiques pensent que les chasseurs-cueilleurs étaient en grande partie des animistes (croyant que tout, allant des animaux aux plantes, avait un esprit). « Dans les cultures animistes, les représentations des animaux sont généralement liées à des groupes culturels spécifiques », a-t-il déclaré. Mais le plus grand des enclos, appelé enclos D, « possède une grande variété de représentations d’animaux », a-t-il ajouté.

plan-gobekli-tepe fouilles turquie archeologie temple ancien
La structure D. Crédits : Klaus-Peter Simon

De plus, selon l’étude, les deux piliers centraux de l’enceinte D possèdent des sculptures qui pourraient représenter des êtres anthropomorphes. « Ces deux piliers en forme de T, avec la barre transversale horizontale en haut représentant peut-être la tête, tandis que le pilier vertical représente le corps, a des sculptures qui représentent des mains, des bras, une ceinture et un éventuel tissu d’aine », ont écrit les auteurs. Et comme Schmidt l’a suggéré pour la première fois, cela pourrait signifier que cette enceinte est spéciale, ou qu’il s’agit peut-être même de la structure dite principale.

Dans la nouvelle analyse, les chercheurs ont trouvé d’autres preuves du rang spécial de cette enceinte : l’axe principal du triangle théorique (une ligne imaginaire perpendiculaire à une ligne entre les enceintes B et C) passe par le centre de l’enceinte D.

Dans tous les cas, quelle que soit l’origine de l’histoire de Göbekli Tepe, il s’agit d’un « endroit plus que remarquable », a déclaré Carter. « Les gens n’étaient pas censés faire des choses aussi grandes et complexes si tôt ! », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, il est important de noter que durant la période où les architectes de Göbekli Tepe ont vécu, un changement majeur s’est produit. Tandis que certains archéologues ont fait valoir que des changements naturels dans l’environnement ou le climat ont poussé la société vers l’agriculture, d’autres ont soutenu qu’il s’agissait d’un changement de conscience. « C’était une période très agitée, et des choses se passaient dans l’esprit des gens. Les gens changeaient leurs idéologies et leurs relations avec la nature, et ces changements leur ont probablement permis de créer un site comme Göbekli Tepe et finalement de passer à l’agriculture », a déclaré Gopher.

Source : Cambridge Archeological Journal

Plus d'articles
vaccin coronavirus covid-19 nasal spray
Un vaccin COVID-19 expérimental à préparer soi-même est déjà utilisé par une poignée d’individus