Une structure géante mesurant environ un kilomètre et demi de long a été découverte au sud de Mexico. Les chercheurs affirment qu’elle pourrait bien représenter le monument le plus ancien et le plus grand jamais découvert de l’ancienne civilisation maya.

Le site, appelé Aguada Fénix, est situé dans l’État de Tabasco, au pied du golfe du Mexique. Ce dernier est si vaste pour son âge que la découverte oblige les archéologues à recalibrer leurs chronologies sur les capacités architecturales de la civilisation maya.

Auparavant, le site maya de Seibal (ou Ceibal) était considéré comme le plus ancien centre cérémoniel, datant d’environ 950 avant notre ère. Mais Aguada Fénix, qui mesure plus de 1400 mètres de longueur, dans sa plus grande étendue, date d’une période similaire, avec les chercheurs estimant qu’il a été construit entre 1000 et 800 avant notre ère. Cependant, sa taille et sa portée immenses le rendent différent de tout ce qui a jamais été découvert datant de cette période.

aguada fenix lidar mexico

Image 3D du site d’Aguada Fénix, basée sur LIDAR. Crédits : Takeshi Inomata

« À notre connaissance, il s’agit de la plus ancienne construction monumentale jamais trouvée dans la région maya et la plus grande de toute l’histoire préhispanique de la région », expliquent les chercheurs, dirigés par l’archéologue Takeshi Inomata, de l’Université de l’Arizona.

Et ce qui est encore plus stupéfiant, c’est que cette énorme structure inconnue se cache en réalité depuis des siècles au sud de la ville actuelle de Mexico, et a totalement été submergée par les Mexicains modernes qui ignoraient jusqu’à présent l’existence de ce vaste complexe sous leurs pieds. « Ce domaine est développé. Ce n’est pas la jungle : des gens y vivent. Mais ce site n’était pas connu car il est si plat et si immense. Il ressemble à un paysage naturel », explique Inomata.

aguada fenix lidar mexico maya

Vue aérienne d’Aguada Fénix. Crédits : Takeshi Inomata

Malgré la furtivité d’Aguada Fénix, le site ne peut échapper à des yeux non humains : c’est des levés aériens utilisant la technologie LIDAR qui ont permis de détecter l’anomalie, révélant une plateforme surélevée mesurant 1413 mètres de long (nord-sud) et 399 mètres de large (est-ouest), et s’étendant jusqu’à 15 mètres au-dessus de la zone environnante.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

« Les plateaux artificiels peuvent être caractérisés comme une monumentalité horizontale, ce qui contraste avec les dimensions verticales des pyramides », écrivent les auteurs, notant la disposition d’Aguada Fénix. La disposition du site correspond à ce que les chercheurs ont défini comme le modèle Usumacinta formatif moyen (de l’anglais Middle Formative Usumacinta Pattern, dit MFU), qui se compose d’une grande plate-forme ou caractéristique rectangulaire orientée nord-sud, délimitée par des structures basses, et d’une zone centrale.

Neuf chaussées larges s’étendent de la plate-forme, qui est également entourée d’un certain nombre de structures plus petites, y compris de plus petits complexes MFU et des réservoirs artificiels.

Vous aimerez également : Des dizaines de sites préhistoriques, romains et médiévaux découverts par des archéologues bénévoles travaillant à domicile pendant le confinement

Ce site présente certaines similitudes avec les sites olmèques (les Olmèques sont un ancien peuple précolombien de Mésoamérique s’étant épanoui de 2500 à 500 ans avant notre ère, sur la côte du golfe du Mexique, dans le bassin de Mexico, et le long de la côte Pacifique) connus sous le nom de San Lorenzo et La Venta, dans l’État voisin de Veracruz.

Mais le manque de statues de forme humaine d’Aguada Fénix pourrait fournir un indice sur les anciens Mayas qui habitaient ce complexe, les distinguant des Olmèques. « Contrairement à ces centres olmèques, Aguada Fénix ne présente pas d’indicateurs clairs d’inégalités sociales marquées, comme des sculptures représentant des individus de haut niveau », écrivent les chercheurs. « La seule sculpture en pierre trouvée jusqu’à présent à Aguada Fénix représente un animal », ont ajouté les chercheurs.

Si les chercheurs ont bien raison à ce sujet, alors le site pourrait être extrêmement important pour nous aider à mieux comprendre comment ces sociétés humaines énigmatiques fonctionnaient et s’organisaient, surtout si elles embrassaient une forme communautaire de structure sociétale qui rejetait les formes hiérarchiques. « Ce type de compréhension nous montre des implications importantes sur les capacités humaines et le potentiel des groupes humains », explique Inomata. « Vous n’avez pas nécessairement besoin d’un gouvernement bien organisé pour mener à bien ce genre de projets d’envergure. Les gens peuvent travailler ensemble pour obtenir des résultats incroyables », a ajouté le chercheur.

Source : Nature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.