415 Partages

Si dans la plupart des cas la glace apparaît transparente et sans véritable couleur, elle peut revêtir, dans certaines conditions physiques, une teinte bleue. Dans ce cas, elle prend alors naturellement l’appellation de « glace bleue ». Et contrairement à la couleur du ciel, ce phénomène n’est pas dû au processus de diffusion Rayleigh. 

C’est un phénomène bien connu des physiciens, également visible concernant les étendues d’eau. Les petites quantités d’eau apparaissent transparentes, sans couleur véritablement définie. Au contraire, les grandes quantités d’eau apparaissent généralement bleues car elles absorbent les autres couleurs plus efficacement qu’elles n’absorbent le bleu. Ainsi, les longueurs d’onde correspondant au bleu sont majoritairement renvoyées, donnant cette teinte bleutée.

Dès lors, puisque les petites quantités d’eau apparaissent transparentes, cela confère une teinte plus ou moins blanche aux petits volumes de glace. Mais lorsque l’air est expulsée de la glace, la taille et la densité des cristaux de glace augmentent et elle adopte alors une couleur bleue. C’est par exemple le cas lorsque la neige tombe sur un glacier, qu’elle est compressée et s’intègre à celui-ci.

Une couleur bleue liée à l’interaction entre lumière et molécules d’eau

Ce phénomène provient des liens oxygène-hydrogène des molécules d’eau, qui absorbent majoritairement les longueurs d’onde situées à l’extrémité rouge du spectre électromagnétique. Lorsqu’un photon frappe une molécule, celle-ci vibre selon un mode correspondant à la longueur d’onde du photon ; le spectre de vibration de la molécule dépend alors de la transition entre ses différents états. Le mode de vibration des molécules d’eau correspond à une absorption majoritaire des couleurs rouge, orange, jaune et vert.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

C’est pourquoi les grandes étendues d’eau comme les lacs, les mers et les océans apparaissent bleues. La lumière du Soleil pénètre la surface, interagit avec les molécules d’eau qui absorbent la plupart des grandes longueurs d’onde du spectre et renvoient les plus courtes appartenant, au bleu et au violet.

Sur le même sujet : Glace superionique : de l’eau à l’état solide à une température de plusieurs milliers de degrés

glacier glace bleue

Lorsque de grandes quantités de glace sont compressées, les bulles d’air internes sont expulsées et la densité de glace augmente ; les molécules d’eau renvoient alors majoritairement les longueurs d’onde bleues et violettes. Cela peut donner lieu à l’observation de glaciers totalement bleus. Crédits : UpsalaTrip

Le même mécanisme a lieu à l’intérieur de la glace. Lorsque celle-ci est compressée et que l’air expulsé, la densité de la glace augmente, ainsi que le nombre de liens moléculaires oxygène-hydrogène. La glace apparaît alors bleue car elle renvoie majoritairement les longueurs d’onde correspondant à cette couleur. À grande échelle, c’est ce phénomène qui laisse apparaître de grands glaciers entièrement bleus dans des régions comme l’Antarctique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

415 Partages
415 Partages
Partager via
Copier le lien