388 Partages

Le cerveau humain, ainsi que celui de quelques autres animaux, présente une caractéristique anatomique intrigante : il est parsemé de replis. Ces convolutions parsèment le cortex et ont une fonction bien particulière dans le développement cognitif d’une espèce.

Le cortex, ou la surface extérieure du cerveau — communément appelée « matière grise » — se dilate et se plie par la suite au fur et à mesure que notre cerveau se développe dans l’utérus, explique Lisa Ronan, chercheuse au Département de neuropsychiatrie de l’Université de Cambridge. Essentiellement, cette expansion provoque une augmentation de la pression sur cette surface extérieure, qui est ensuite atténuée par repliement.

Imaginez pousser à chaque extrémité d’un morceau de caoutchouc — à un moment donné, la surface se pliera en réponse à la pression croissante. Ces innombrables plis permettent aux humains d’accumuler plus de neurones, ce qui peut à son tour signifier des cerveaux plus avancés avec des capacités cognitives accrues.

Une présence de convolutions multifactorielle

Cependant, les cerveaux pliés ne sont guère omniprésents, car la plupart des cerveaux des animaux ne le sont pas. Par exemple, le cortex des souris et des rats ne se dilate pas suffisamment au cours du développement pour conduire à un pliage, ce qui signifie que leur cerveau est une surface entièrement lisse.

Le repliement a tendance à se produire chez les animaux avec un cerveau plus gros. « Mais ce n’est pas toujours le cas — certains grands mammifères comme le lamantin ont beaucoup moins de plis alors que leur cerveau est considéré de grande taille », indique Ronan. Il y a une bonne raison à cela : la formation d’un pli dépend non seulement de la croissance globale du cortex, mais également des propriétés physiques de cette partie du cortex. Par exemple, les régions plus minces ont tendance à se plier plus facilement que les autres.

Un avantage dans l’évolution des fonctions cognitives

« Vous êtes né avec un cerveau plié. Mais un point clé et intrigant de la gyrification (le processus de formation des plis corticaux) est que le cerveau se replie selon des schémas spécifiques ». Bien que les crêtes et les vallées du cerveau — appelées respectivement gyrus et sulcus — semblent aléatoires, elles sont en fait cohérentes entre les individus, et même entre certaines espèces.

En fin de compte, les propriétés physiques et les modèles de pliage uniques de chaque région du cortex sont liés à sa fonction. « Avoir la plus grande surface en soi ne suffit pas ; il s’agit également de la fonction corticale. Les éléphants ont des cerveaux bien plus grands et plus repliés que les humains. Mais évidemment, nous sommes au sommet de l’arbre évolutif, et ils ne le sont pas ». En d’autres termes, la fonction de notre cortex est plus avancée, du moins à certains égards, que la fonction du cortex d’éléphant, même si le cerveau de ce dernier a plus de plis.

replis cerveau

Une réponse

  1. bidulette

    C’est simple … il n’a pas la place de se déplier ! En fait nous sommes d’origine E.T. et leur crâne est bien plus gros que nous. C’est un petit bug ! Pouarfff !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

388 Partages
388 Partages
Partager via
Copier le lien