Pourquoi les tueurs en série sont-ils majoritairement des hommes ?

pourquoi les tueurs en serie sont ils majoritairement des hommes couv
Evan Peters dans le rôle de Jeffrey Dahmer. | IMDB
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

La série à succès de cet automne, Dahmer, tirée de l’histoire vraie du tueur en série cannibale Jeffrey Dahmer — qui a tué 17 jeunes hommes entre 1978 et 1991, qui ravive une fascination troublante pour ces meurtriers, dont la majorité sont des hommes. Les femmes tueuses en série font figure d’exceptions. Mais pourquoi les hommes semblent-ils tuer plus que les femmes ?

Le meurtre en série n’est ni un phénomène nouveau, ni uniquement américain. Datant de l’Antiquité, les meurtriers en série ont fait l’objet d’articles dans le monde entier. Dans l’Europe du XIXe siècle, le Dr Richard von Krafft-Ebing a mené certaines des premières recherches documentées sur les délinquants sexuels violents et les crimes qu’ils ont commis.

Le meurtre en série est un événement relativement rare, estimé à moins de 1% de tous les meurtres commis au cours d’une année donnée. Cependant, il existe un intérêt macabre pour le sujet qui dépasse de loin sa portée et a généré d’innombrables articles, livres et films. Cette fascination généralisée du public a commencé à la fin des années 1880, après une série de meurtres de prostituées non résolus dans le quartier de Whitechapel à Londres. Ces meurtres ont été commis par un inconnu qui s’est fait appeler « Jack l’éventreur », qui aurait envoyé des lettres à la police en prétendant être le tueur.

Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :
Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :

Une grande partie des connaissances du grand public concernant les meurtres en série sont le produit de productions hollywoodiennes. Les lignes d’histoire sont créées pour accroître l’intérêt du public, plutôt que pour décrire avec précision le meurtre en série. En se concentrant sur les atrocités infligées aux victimes par des délinquants « dérangés », le public est captivé par les criminels et leurs crimes. Cela ne fait que prêter plus de confusion à la véritable dynamique du meurtre en série. Sans compter que la croyance populaire tend à laisser croire que les tueurs en série sont presque exclusivement des hommes. Est-ce la réalité ? Pourquoi les serial killers seraient-ils majoritairement des hommes ?

Tous les tueurs en série ne sont pas des hommes

En 1998, un ancien profileur du FBI, très apprécié, a déclaré « qu’il n’y a pas de femmes tueuses en série ». Comme mentionné précédemment, les médias d’information et de divertissement perpétuent également les stéréotypes selon lesquels tous les délinquants en série sont des hommes et que les femmes ne se livrent pas à ces horribles actes de violence.

Lorsque la violence et les meurtres commis par une femme sont présentés dans un livre ou un film, elle est le plus souvent dépeinte comme la victime manipulée d’un mâle dominant. Cette image médiatique populaire, mais stéréotypée est cohérente avec les mythes traditionnels du genre dans la société qui prétendent que les hommes sont agressifs par nature tandis que les femmes sont passives. En réalité, l’agressivité et la passivité peuvent être apprises par la socialisation et ne sont pas spécifiques au genre.

Étonnamment, la réalité concernant le sexe des tueurs en série est assez différente du mythe qui l’accompagne. Bien qu’il y ait eu beaucoup plus de tueurs en série masculins que de femmes au cours de l’histoire, la présence de tueuses en série féminines est documentée dans les données sur la criminalité.

En effet, selon le FBI, aux États-Unis, environ 17% (contre 13 à 15% pour la France) de tous les homicides en série sont commis par des femmes. Fait intéressant, seulement 10% du total des meurtres aux États-Unis sont commis par des femmes. Par conséquent, par rapport aux hommes, les femmes représentent un pourcentage plus élevé de meurtres en série que tous les autres cas d’homicide (par des femmes), vérité contre-intuitive pour la croyance populaire du meurtre en série.

Certains chercheurs avancent que le modus operandi des femmes plus « subtil » (comme l’utilisation de poison) et le fait qu’elles manipulent d’autres personnes pour perpétrer leurs actes, pourraient expliquer que les chiffres témoignent d’une majorité relative d’hommes tueurs en série arrêtés, les femmes échappant à ces arrestations.

Qu’est-ce qui différencie les hommes et les femmes dans l’univers du crime ?

Une étude troublante de 2019 a passé en revue 55 tueurs en série et 55 tueuses en série, qui ont commis leurs meurtres entre 1856 et 2009 aux États-Unis. L’objectif était de déterminer si des facteurs particuliers permettent de différencier les hommes et les femmes serial killers et d’expliquer pourquoi les hommes semblent plus enclins à tomber dans ce schéma violent et morbide.

Concrètement, les chercheurs ont utilisé la méthode des médias de masse pour recueillir les données de l’étude. Ils ont analysé minutieusement des sources d’informations fiables et réputées comme l’Associated Press, Reuters, les réseaux de télévision ainsi que les journaux nationaux et locaux pour obtenir des données sur les meurtres en série.

Les tueurs en série masculins et féminins ont tendance à choisir leurs victimes et à commettre leurs crimes de différentes manières, ce qui pourrait être dû à des milliers d’années d’évolution psychologique, à partir de nos ancêtres ayant vécu en tant que chasseurs-cueilleurs pendant environ 95% de l’histoire, selon les chercheurs.

Les chercheurs avancent que les tueurs en série masculins ont tendance à « chasser » leurs victimes, qui leur sont souvent étrangères. Tandis que les tueuses en série ont tendance à « cueillir » leurs victimes — en ciblant des personnes autour d’elles qu’elles connaissent peut-être déjà, souvent pour un gain financier.

Marissa Harrison, professeure agrégée de psychologie à Penn State Harrisburg, auteure principale de l’étude, explique dans un communiqué : « Historiquement, les hommes chassaient les animaux comme proies et les femmes rassemblaient les ressources à proximité, comme les céréales et les plantes, pour se nourrir. En tant que psychologue évolutionniste, je me suis demandé si quelque chose qui restait de ces anciens rôles pouvait affecter la façon dont les tueurs en série hommes et femmes choisissent leurs victimes ».

Après avoir analysé les données, les chercheurs ont découvert que les tueurs en série (masculins) étaient presque six fois plus susceptibles de tuer un étranger, tandis que les tueuses en série étaient presque deux fois plus susceptibles de tuer une personne qu’elles connaissaient déjà. De plus, 65,4% des tueurs en série traquaient leurs victimes, contre 3,6% des tueuses en série.

Harrison explique : « Dans notre échantillon, il y avait deux femmes tueuses en série qui se sont livrées à un comportement de harcèlement pendant leurs crimes. Il est intéressant de noter que des rapports indiquent que des hommes ont également été impliqués dans ces crimes ».

Des médias axés sur les tueurs en série

Parce que les chercheurs recueillaient des informations auprès de sources médiatiques, ils ont également constaté qu’il y avait une différence de traitement dans les médias, notamment dans les surnoms donnés aux tueurs en série.

Sans compter que bien qu’il y ait un intérêt public considérable pour les tueurs en série, il y a eu peu de recherches sur ces crimes, peut-être parce que les tueurs en série sont devenus relativement rares, contrairement à la période des années 1970-2000 aux États-Unis. La médiatisation excessive de certains d’entre eux influence notre objectivité.

Harrison constate : « Les femmes étaient plus susceptibles de recevoir des surnoms indiquant leur sexe, comme ‘Jolly Jane’ ou ‘Tiger Woman’. Alors que les hommes étaient plus susceptibles de recevoir des surnoms suggérant la brutalité de leurs crimes, comme le Kansas City Slasher ».

Harrison espère qu’en plus d’aider les enquêteurs à résoudre des crimes, les résultats pourront aider à créer des programmes de prévention et de traitement pour les délinquants violents. De plus, elle souligne que si la psychologie évolutionniste peut aider à expliquer les différences entre les tueurs en série masculins et féminins, cela ne signifie pas qu’une personne est née pour commettre des crimes.

Elle ajoute : « L’évolution ne signifie pas que vous êtes prédéterminé pour faire certaines choses ou agir d’une certaine manière. Cela signifie qu’il peut être possible de faire des prédictions sur le comportement en fonction de notre passé évolutif. Dans ce cas, je crois que ces comportements rappellent des comportements ou des affectations spécifiques au sexe dans l’environnement ancestral. Et peut-être pouvons-nous mieux comprendre cela à travers une lentille évolutive ».

Un motif violent ancré dans les hormones ?

De manière générale, le principal moteur des tueurs en série masculins est la pulsion sexuelle. Cela ne veut pas dire que tous les meurtriers en série masculins violent leurs victimes. Mais à un certain niveau, il y a généralement un élément sexuel, même si c’est uniquement psychologique. Les serial killers sont souvent contraints de tuer. Un besoin inné les pousse à prendre la vie des autres. Souvent, comme mentionné précédemment, l’identité de la victime n’est même pas si importante.

La plupart des hommes, bien sûr, traversent la vie sans tuer personne. Mais quelque chose dans la combinaison de la biologie masculine et de la socialisation rend les hommes plus enclins à la violence. Cela se retrouve dans presque toutes les cultures du monde.

Pour expliquer ce constat, il faut chercher à nouveau dans l’évolution. En effet, les mâles, au cours de centaines de milliers d’années de développement, ont historiquement été récompensés pour leur agression. Une tendance à la violence est observée chez les chimpanzés, le parent primate vivant le plus proche de l’homme. La violence peut engendrer un statut pour les hommes. Biologiquement, pour les mâles, un manque de statut peut signifier manquer la chance de s’accoupler.

De fait, la frustration sexuelle est un thème récurrent chez les serial killers. L’écart entre les sexes peut être biologique : les variations d’un gène appelé MAOA, combinées à des facteurs de stress du développement précoce comme l’abus ou la consommation de drogue, peuvent augmenter le risque de criminalité chez un homme. Les hommes sont également plus susceptibles que les femmes de fonder leurs décisions morales sur des principes abstraits plutôt que sur l’empathie.

Une étude de 2013 a démontré que la maltraitance et la négligence envers les enfants sont des facteurs de risque universels de délinquance, de violence et d’agression ; ce phénomène est connu sous le nom de cycle de la violence. Des facteurs supplémentaires — psychopathie, impulsivité et perturbations de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HHS) — jouent un rôle dans le comportement agressif.

Une autre étude de 2014 évoquait également que ces formes extrêmes de violence peuvent être le résultat d’une interaction très complexe de facteurs biologiques, psychologiques et sociologiques et que, potentiellement, une proportion importante de tueurs en série peut avoir eu des troubles neurodéveloppementaux tels que les troubles du spectre autistique ou une blessure à la tête.

Néanmoins, faisant écho au constat de Harrison mentionné précédemment, il y a un manque d’études rigoureuses et la majorité de la littérature est anecdotique et spéculative.

Cruauté envers les animaux, indicateur des serial killers

En 2003, des chercheurs se sont intéressés à ces lacunes en étudiant le passé des serial killers, comme dans la série Dahmer, qui dès le deuxième épisode se plonge dans l’enfance du tueur. Les chercheurs ont passé en revue cinq études de cas de meurtriers en série, en utilisant la théorie de l’apprentissage social. Ils ont alors démontré l’existence d’un lien entre la cruauté envers les animaux pendant l’enfance et l’agression envers les humains à l’âge adulte. Sans compter que les méthodes d’agression utilisées contre les animaux dans l’enfance reflètent souvent celles utilisées contre les humains à l’âge adulte.

Une conclusion reprise dans un article de la Fondation Droit Animal, Éthique et Sciences, qui explique que dans les années 1960 plusieurs études ont établi le lien entre les violences commises sur les animaux et celles commises sur les humains, notamment aux États-Unis. Neuf études témoignent de corrélations, chez les enfants, entre le fait de maltraiter des animaux et le fait d’être auteur et victimes de harcèlements ou de violences, en milieu scolaire ou au sein de la cellule familiale.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Aux États-Unis, dans chaque État, la cruauté envers les animaux est un crime, nécessitant une réponse et des poursuites judiciaires. De plus, en 2014, le FBI a annoncé qu’il le transformait en crime de classe A. Il est évident que ces crimes sont des indicateurs de violence domestique et d’autres activités criminelles, ainsi que des fenêtres sur la psyché, offrant des opportunités de prévenir de futurs crimes en dirigeant les premiers agresseurs vers des services sociaux appropriés.

Cette origine de la violence peut expliquer la part plus importante des hommes dans la liste des serial killers. En effet, plusieurs études pointent le manque d’empathie voire le désintérêt total de certains hommes concernant le bien-être animal. Par exemple, comme le rapporte le Vancouver Sun, les travaux du professeur Harold Herzog, psychologue à l’Université de Caroline de l’Ouest, ont révélé que « parmi les adultes accusés de cruauté envers les animaux, les hommes sont largement plus nombreux que les femmes à travers la plupart des types d’abus ».

Finalement, il n’existe pas de profil type de tueur en série, même si les hommes semblent plus enclins à tomber dans cette spirale de meurtres. Comme tant d’autres caractéristiques de la psychologie humaine, il existe des variations de personnalité et des nuances de comportement qui violent constamment les hypothèses et les croyances populaires mises sur le devant de la scène par les médias. Il serait beaucoup plus facile d’appréhender les auteurs si nous pouvions simplement déchiffrer un « code secret », mais malheureusement il n’en est rien. La vigilance sur des caractéristiques communes comme la cruauté envers les animaux et des troubles du comportement, est le seul moyen à disposition pour déceler assez tôt des individus à risque.

Laisser un commentaire