1.3K Partages

Le nombre de décès dus au nouveau coronavirus en Italie est grimpé en flèche ces derniers jours. À présent, le pays fait état de 827 décès au total pour 12’462 cas confirmés (situation au jeudi 12 mars). Mais pourquoi ce nombre est-il si élevé ? En dehors de la Chine continentale, l’Italie est le pays qui compte à présent le plus grand nombre de décès liés au COVID-19.

En dehors de la Chine continentale, l’Italie compte désormais le plus grand nombre de décès dans le monde dus au COVID-19, la maladie causée par le coronavirus SARS-CoV-2. Dans le pays, le taux de mortalité est pour le moment calculé à environ 6%, ce qui est actuellement considérablement plus élevé que la moyenne mondiale de 3.4%, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’âge de la population, un facteur important

Selon les scientifiques, l’un des facteurs principaux affectant ce taux de létalité global est l’âge moyen de la population : à savoir que l’Italie a la population la plus âgée d’Europe, avec environ 23% des résidents ayant 65 ans ou plus. L’âge médian dans le pays est de 47.3 ans, contre 41 ans en France et 38.3 aux États-Unis par exemple.

Un grand nombre de décès en Italie a touché des personnes ayant entre 80 et 90 ans, une tranche de la population qui est particulièrement sensible aux complications graves du COVID-19.

coronavirus pandemie covid-19

Des gens se promènent sur la Piazza del Duomo, en face du Duomo, dans le centre de Milan, portant des masques de protection, tandis que la pandémie de coronavirus sévit. Photo datant du 23 février 2020. Crédits : Andrea Diodato/NurPhoto/Getty Images

Selon Aubree Gordon, professeur agrégé d’épidémiologie à l’Université du Michigan, « le taux de mortalité global dépendra toujours de la démographie d’une population ». Et dans ce cas, le taux de mortalité rapporté n’est pas « normalisé selon l’âge, ce qui est un moyen de s’adapter aux données démographiques sous-jacentes d’une population », a-t-elle déclaré.

De ce fait, compte tenu de la population plus âgée de l’Italie, « vous vous attendriez à ce que leur taux de mortalité soit plus élevé en moyenne, toutes choses étant égales par ailleurs, par rapport à un pays avec une population plus jeune », a ajouté Gordon.

De plus, à mesure que les gens vieillissent, les risques de développer au moins une affection qui affaiblit le système immunitaire (comme le cancer ou le diabète) augmentent considérablement. C’est ce qu’a souligné Krys Johnson, épidémiologiste au Temple University College of Public Health. « De telles conditions rendent également les gens plus sensibles aux maladies graves dues aux coronavirus », a-t-elle déclaré.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Le nombre de malades submerge le système médical

Un autre problème peut être le nombre de personnes se situant dans une région donnée et qui aurait besoin de soins médicaux. En effet, compter de nombreuses personnes gravement malades dans une seule région pourrait potentiellement submerger le système de santé.

italie coronavirus

L’ancien hôpital militaire Baggio a réouvert une salle d’hospitalisation pour les patients se rétablissant de la maladie COVID-19. Crédits : Andrea Mantovani/The New York Times

Gordon a également noté que c’était probablement le cas à Wuhan, en Chine, où la flambée de coronavirus a commencé. D’ailleurs, un rapport récent de l’OMS a révélé que le taux de mortalité était de 5.8% à Wuhan, contre 0.7% dans le reste du pays.

Tous les cas ne sont pas découverts

Gordon ajoute également que de plus, le pays ne découvre pas forcément tous les cas de COVID-19 : souvent, tandis que les tests se développent au sein d’une communauté, des cas plus bénins sont détectés, ce qui réduit le taux de mortalité global. Ce fut notamment le cas en Corée du Sud, qui a effectué plus de 140’000 tests et a constaté un taux de mortalité de 0.6%.

Sur le même sujet ; COVID-19: l’OMS déclare officiellement le statut de pandémie

« Nous ne savons très probablement pas exactement combien de personnes ont été infectées. Les individus présentant des symptômes plus bénins ou ceux qui sont plus jeunes ne vont peut-être pas se faire tester », a déclaré Johnson, qui soupçonne que le véritable taux de mortalité en Italie est plus proche du taux de mortalité mondial de 3.4% qu’il n’y parait.

L’Italie aurait effectué un nombre important de tests : plus de 42’000 au samedi 7 mars, cependant, il y a probablement une « flambée assez importante » dans la région de Lombardie, qui nécessiterait davantage de tests pour qu’ils soient identifiés, a ajouté Gordon.

Sources : New York Times, Aljazeera

pourquoi nombre deces coronavirus si eleves italie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.3K Partages
1.3K Partages
Partager via
Copier le lien