Pour quelles raisons les tortues vivent-elles si longtemps ?

pourquoi tortues vivent aussi longtemps
| Simon Benjamin

Sur l’île de Sainte-Hélène dans l’Atlantique Sud, vit une créature que le Guinness World Records a surnommée le plus vieil animal terrestre du monde. Il s’appelle Jonathan et c’est une tortue géante. Selon le Guinness World Records, Jonathan avait 187 ans en 2019. Né en 1832, sous le règne de la reine Victoria, il avait déjà 80 ans lorsque le Titanic a sombré dans l’Atlantique Nord. Il est alors légitime de se poser la question suivante : pour quelles raisons les tortues vivent-elles si longtemps ?

Jonathan et les autres tortues géantes ne sont pas les seules tortues à vivre longtemps, explique Jordan Donini, professeur de biologie et écologiste des tortues au Florida SouthWestern State College. Les tortues marines peuvent vivre de 50 à 100 ans et les tortues-boîtes (Terrapenes) peuvent vivre plus d’un siècle. En fait, les scientifiques ne connaissent pas la limite supérieure de la durée de vie de nombreuses espèces de tortues, simplement parce que les humains ne vivent pas eux-mêmes assez longtemps pour le découvrir.

Les hypothèses quant à la longue vie des tortues

Alors pourquoi les tortues vivent-elles si longtemps ? Il existe une réponse évolutive et une réponse biologique, selon Lori Neuman-Lee, professeure adjointe de physiologie à l’Arkansas State University qui étudie les tortues et autres reptiles. La réponse évolutive est relativement simple : les animaux tels que les serpents et les ratons laveurs adorent manger des œufs de tortue. Pour transmettre leurs gènes, les tortues doivent vivre longtemps et se reproduire fréquemment, parfois plusieurs fois par an, et pondre beaucoup d’œufs.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs observent des bactéries réparer de l'ADN endommagé en temps réel

Le mécanisme biologique derrière la longévité des tortues est plus compliqué. Un indice de la longévité des tortues réside dans leurs télomères, des structures composées de brins d’ADN non codants qui coiffent les extrémités des chromosomes. Ces structures aident à protéger les chromosomes lorsque les cellules se divisent. Au fil du temps, les télomères se raccourcissent ou se dégradent, ce qui signifie qu’ils ne peuvent plus protéger leurs chromosomes, ce qui entraîne des problèmes de réplication de l’ADN.

Et des erreurs dans la réplication de l’ADN peuvent entraîner des problèmes tels que des tumeurs et la mort cellulaire. Mais les tortues présentent un taux de raccourcissement des télomères inférieur à celui des animaux à durée de vie plus courte. Cela signifie qu’elles sont plus résistantes à certains types de dommages pouvant résulter d’erreurs de réplication de l’ADN.

L’apoptose : elle apporte une protection contre l’accumulation de dommages cellulaires

Les scientifiques n’ont pas confirmé tous les facteurs qui contribuent à la longévité des tortues, mais ils ont proposé quelques idées. Dans un article non évalué par des pairs, une équipe de chercheurs a exploré un certain nombre de mécanismes et de substances qui entraînent des dommages et la mort cellulaires, et a examiné comment les cellules de plusieurs espèces de tortues, y compris d’une tortue géante (comme Jonathan), a répondu.

schema mecanisme apoptose
Schéma expliquant le mécanisme de l’apoptose. © UCQA

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Selon l’article, les tortues géantes et quelques autres espèces de tortues semblent être en mesure de se protéger des effets à long terme des dommages cellulaires. Elles le font en tuant rapidement les cellules endommagées, en utilisant un processus appelé apoptose, ou mort cellulaire programmée.

À LIRE AUSSI :
Une tortue filmée pour la première fois en train de chasser

Une expérience a induit un stress oxydatif, un type de stress qui se produit naturellement dans les cellules vivantes. Le stress oxydatif est causé par les radicaux libres, qui sont des molécules hautement réactives formées naturellement par des processus métaboliques. Lorsqu’elles sont exposées à ce stress, les cellules de tortue ont rapidement subi une apoptose.

En fait, les cellules de toutes les espèces sauf une n’ont pas répondu à l’expérience censée perturber une enzyme appelée ligase, essentielle au processus de réplication de l’ADN. En d’autres termes, la ligase des tortues a continué à fonctionner correctement. Il reste à déterminer si cela signifie que ces tortues sont complètement résistantes aux problèmes de réplication de l’ADN. Mais c’est une réponse possible à la raison pour laquelle les tortues vivent si longtemps.

Laisser un commentaire