Quel contrat d’électricité choisir ?

choix contrat électricité
| Pixabay
Sponsorisé
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Depuis la complète ouverture à la concurrence des marchés français de l’électricité (et du gaz naturel) le 1er juillet 2007, les consommateurs peuvent quitter EDF et choisir librement leur fournisseur. Si la puissance souscrite est inférieure ou égale à 36 kVA (ce qui est le cas des particuliers), il est possible de résilier son contrat et changer d’offre ou de fournisseur à tout moment, sans frais. Une étude régulière du marché de l’énergie peut ainsi permettre de réaliser des économies significatives.

Il existe aujourd’hui de nombreux fournisseurs d’électricité. La CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) est chargée de veiller au bon fonctionnement du marché de l’énergie depuis 2000 ; elle doit notamment s’assurer que les principes de libre concurrence sont respectés. À savoir qu’il existe deux types de contrats : on distingue les offres de marché, dont les prix sont fixés librement par les fournisseurs, et les contrats à tarif réglementé, fixé par les pouvoirs publics ; ces derniers ne sont proposés que par EDF (et une centaine d’entreprises locales de distribution).

À terme, les tarifs réglementés de l’électricité devraient complètement disparaître. Les professionnels ne peuvent d’ores et déjà plus souscrire à une offre au tarif réglementé (depuis le 1er janvier 2016). Selon la CRE, au 31 mars 2022, environ 72% de la consommation était fournie par des offres de marché, dont 44% auprès d’un fournisseur alternatif. Ces offres, proposées par tous les fournisseurs, existent à prix fixe ou variable. Il existe également des offres dites « vertes », qui comme leur nom l’indique, proposent une électricité issue d’une énergie renouvelable. Choisir un contrat d’électricité nécessite de bien comprendre les caractéristiques de chacun.

À LIRE AUSSI :
Le cours de l’Ethereum chute après un « Merge » réussi. L’enjeu écologique est en suspens

Un choix écologique… ou économique

Le changement de fournisseur d’électricité peut être motivé par le désir de faire des économies par rapport à son offre actuelle. Mais le contexte climatique actuel pousse aussi certaines personnes à faire le choix des énergies renouvelables et donc, à se tourner préférentiellement vers les fournisseurs d’électricité verte. Quelle qu’en soit la raison, la démarche est totalement gratuite et n’occasionne aucune coupure d’électricité. Elle peut être réalisée à n’importe quel moment — et non pas seulement lors de l’emménagement dans un nouveau logement.

EDF, le fournisseur historique du pays, conserve encore aujourd’hui une position dominante sur le marché national. Il propose à la fois des offres au tarif réglementé et des offres de marché. Mais plusieurs fournisseurs alternatifs se sont rapidement fait une place dans le secteur, notamment TotalEnergies, Engie (anciennement GDF), Happ-e (une marque d’Engie), Sowee (une filiale d’EDF), Alpiq, etc. Une quarantaine d’acteurs assurent aujourd’hui la fourniture d’électricité. Certains proposent exclusivement des offres d’électricité verte ; c’est le cas d’ekWateur, d’Aterna, ou encore de Planète Oui.

En dehors de considérations purement écologiques, comparer les offres revient à comparer le coût final pour le consommateur. À noter que chaque contrat d’électricité comporte :

  • un abonnement à prix fixe, indépendant du niveau de consommation,
  • le montant correspondant à votre consommation d’électricité, qui est fonction du prix du kilowattheure défini par le fournisseur,
  • diverses taxes.

En parallèle, les fournisseurs proposent généralement plusieurs options, à commencer par une option heures pleines/heures creuses, lors desquelles le prix du kWh varie (il diminue pendant les heures creuses, soit huit heures par jour, lors desquelles la demande en électricité est généralement moins élevée). À noter que cette option est particulièrement intéressante si vos appareils électriques les plus énergivores (lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge, etc.) sont programmables. Mais notez que dans ce cas, le prix de l’abonnement est généralement plus élevé.

Dans le même esprit, EDF propose une option qui définit un prix au kWh différent selon le jour de l’année. Cette option, baptisée Tempo, a été conçue pour inciter les clients à diminuer leur consommation électrique lors des pics hivernaux — identifiés comme « jours rouges » dans cette option. En dehors de ces jours critiques, le prix de l’électricité est avantageux tout le reste de l’année.

À LIRE AUSSI :
Le cours de l’Ethereum chute après un « Merge » réussi. L’enjeu écologique est en suspens

Les offres « duales » désignent quant à elles les contrats qui englobent à la fois le gaz et l’électricité. Si votre foyer repose sur ces deux énergies, ces offres peuvent s’avérer plus intéressantes que deux contrats souscrits indépendamment.

Prix indexés sur le marché : un choix risqué

Reste à déterminer s’il est préférable d’opter pour une offre aux tarifs réglementés d’EDF ou une offre aux tarifs de marché. Les tarifs réglementés pour l’électricité évoluent généralement une ou deux fois par an. Ils dépendent notamment du prix de l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH), et du coût du complément à la fourniture d’électricité qui inclut la garantie de capacité, les coûts d’acheminement et les coûts de commercialisation.

coûts tarif réglementé électricité
Postes de coûts couverts par la facture au tarif réglementé de vente d’électricité pour un client résidentiel au 31 mars 2022. CTA = Contribution tarifaire d’acheminement, CSPE = Contribution au service public de l’électricité, TCFE = Taxe sur la consommation finale d’électricité. © CRE

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les tarifs réglementés ont augmenté de 4% TTC au 1er février 2022 — une hausse plafonnée dans le cadre du « bouclier tarifaire » mis en place par le gouvernement pour limiter la majoration des factures des consommateurs face à la flambée des prix de l’électricité en Europe. Parce qu’ils sont contrôlés par l’État, les tarifs réglementés peuvent s’avérer plus sûrs dans un contexte économique difficile.

Les offres de marché sont réparties en deux types : les offres de marché à prix fixe, qui demeure inchangé pendant une durée déterminée (de un à trois ans), et les offres de marché à prix indexé. Ce dernier peut être indexé sur les tarifs réglementés — le prix évolue donc comme celui du tarif réglementé — ou sur les marchés de gros ; le prix fluctue alors tous les mois, en fonction des cours de l’électricité sur les marchés de gros (sur la bourse Epex Spot) et est susceptible de subir de fortes variations. De 50 euros/MWh début 2021, le prix de gros est passé à 222 euros/MWh fin 2021 ! En mars 2022, le médiateur national de l’énergie conseillait aux détenteurs d’une offre au prix indexé sur les marchés de changer rapidement de contrat — le contexte étant alors propice à une augmentation notable des prix de l’énergie.

À LIRE AUSSI :
Le cours de l’Ethereum chute après un « Merge » réussi. L’enjeu écologique est en suspens

À savoir, avant de faire votre choix, que la crise énergétique est toujours d’actualité ; les tensions sur les livraisons de gaz russe, auxquels s’ajoutent la faible disponibilité du parc nucléaire français (la moitié des réacteurs nucléaires d’EDF étant à l’arrêt) et l’augmentation de la demande due à la succession des vagues de chaleur dans le pays ne font qu’envenimer la situation. Les experts estiment que les prix de l’électricité pourraient battre des records cet hiver.

Laisser un commentaire