Un satellite capture la 50e éruption de l’Etna depuis le début de l’année

satellite capture 50e eruption etna 2021
| ESA

Depuis le début de l’année, le volcan italien Etna est en période de grande activité, avec déjà plusieurs dizaines d’éruptions à son compte en seulement quelques mois. Il est entré en éruption pour la 50e fois cette année au cours du week-end et le satellite européen Sentinel 2 a capturé la vue impressionnante depuis l’espace. L’Etna, dominant l’île méditerranéenne de la Sicile, a connu une saison chargée cette année et a vu sa dernière éruption dimanche (29 août). Cette scène a été capturée par le satellite Sentinel 2 le 30 août.

La quantité de lave que l’Etna a rejetée depuis le 16 février a ajouté 30 mètres de hauteur au cratère sud-est du volcan. L’un des quatre cratères au sommet de l’Etna, le pic sud-est, culmine maintenant à un peu plus de 3357 mètres, après avoir dépassé le cratère nord-est de 3324 m, qui dominait le volcan pendant quatre décennies.

Selon le volcanologue Boris Behncke, de l’Institut national de géophysique et de volcanologie (INGV), qui exploite un observatoire juste en dessous du géant fumant, les scientifiques savaient que l’Etna préparait quelque chose depuis la fin de 2020, lorsqu’il a commencé à cracher des nuages ​​de cendres et de gaz.

« L’Etna se préparait pour quelque chose de grand (nous craignions une éruption du flanc) avec une activité sismique intense, une déformation du sol et un dégazage. Le 16 février, la véritable série de paroxysmes [éruptions] a commencé, la sismicité s’est arrêtée, la déformation du sol s’est inversée en déflation ».

Un volcan observé depuis l’espace

Depuis, les satellites surveillent l’Etna. L’étude révélant la croissance sans précédent du volcan a utilisé les données de la constellation des Pléiades exploitée par la société aérospatiale européenne Airbus. Les satellites Sentinel du programme d’observation de la Terre Copernicus, géré par l’Union européenne, ont, entre autres, surveillé de près la quantité de dioxyde de soufre dangereux s’échappant de l’Etna.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

À LIRE AUSSI :
Des vaches entraînées à uriner dans des latrines pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

La plate-forme d’analyse des données environnementales ADAM a publié lundi 30 août une image sur Twitter basée sur les données du satellite Copernicus Sentinel 5P, montrant le panache de dioxyde de soufre de la dernière éruption s’étendant sur la Grèce et la Turquie.

Les panaches volcaniques peuvent atteindre des altitudes très élevées et potentiellement avoir un impact sur le trafic aérien. Un panache similaire émis par l’Etna début avril a été détecté à l’altitude de 7000 m. Au niveau du sol, le dioxyde de soufre peut irriter le système respiratoire humain et déclencher des conditions telles que l’asthme chez les personnes sensibles.

On pense que le mont Etna était au départ un volcan sous-marin, qui a lentement grandi au-dessus du niveau de la mer alors qu’il éruptait, à maintes reprises, augmentant progressivement sa hauteur avec de la lave solidifiée, selon l’Observatoire de la Terre de la NASA. Il est maintenant en grande partie recouvert de coulées de lave historiques provenant d’éruptions survenues il y a jusqu’à 300 000 ans.

Laisser un commentaire