Des scientifiques hongrois ont accidentellement créé des poissons hybrides jugés « impossibles » par ces derniers. Les chercheurs ont appelé le nouvel animal le « sturddlefish », qui possède un mélange de gènes de l’esturgeon du Danube et du spatulaire américain.

Des scientifiques hongrois ont annoncé dans la revue Genes qu’ils avaient accidentellement créé un hybride des deux espèces en voie de disparition, qu’ils ont surnommé le « sturddlefish ». Selon les chercheurs, cette hybridation n’aurait même pas dû être possible, mais ils l’ont fait : ils ont assisté à la naissance d’un esturgeon du Danube/spatulaire. Il faut savoir qu’il existe environ 100 hybrides en captivité à l’heure actuelle, mais les scientifiques n’ont pas l’intention d’en créer d’autres. « Nous n’avons jamais voulu jouer avec l’hybridation. C’était absolument involontaire », a déclaré Attila Mozsár, chercheur principal à l’Institut de recherche pour les pêches et l’aquaculture en Hongrie.

Les esturgeons du Danube (Acipenser gueldenstaedtii) sont en danger critique d’extinction et sont également importants sur le plan économique : ils sont la source d’une grande partie du caviar du monde. Ces poissons peuvent atteindre plus de 2 mètres de long, et se nourrissent de mollusques et de crustacés.

Les spatulaires (Polyodon spathula), quant à eux, filtrent le zooplancton dans les eaux du bassin du Mississippi, où l’eau du Mississippi et de ses affluents se jette. Ce sont également de grands poissons, pouvant mesurer jusqu’à 2,5 mètres de long. Comme l’esturgeon, son taux de croissance et de développement lent l’expose à un risque de surpêche. Selon le musée de zoologie de l’Université du Michigan, ils ont également perdu leur habitat à cause des barrages du bassin du Mississippi. À noter que, selon les chercheurs, ces deux espèces ont partagé pour la dernière fois un ancêtre commun, il y a environ 184 millions d’années.

Les chercheurs tentaient d’élever des esturgeons en captivité grâce à un processus appelé gynogenèse, un type de reproduction asexuée. Dans la gynogenèse, un spermatozoïde déclenche le développement d’un ovule mais ne parvient pas à fusionner avec le noyau de l’ovule. Cela signifie que son ADN ne fait pas partie de la progéniture résultante, qui se développe uniquement à partir de l’ADN maternel. Les chercheurs utilisaient du sperme de spatulaire pour le processus, mais quelque chose d’inattendu s’est produit. Le sperme et l’ovule ont tout de même fusionné, ce qui a donné une progéniture avec les gènes de l’esturgeon et du spatulaire.

Les poissons robustes qui en résultent ont éclos par centaines, et environ 100 individus vivent actuellement en captivité. La plupart des poissons ont environ 50% de gènes d’esturgeon et 50% de gènes de spatulaires, mais certains d’entre eux ressemblent beaucoup plus à l’esturgeon. Tous sont carnivores et partagent le nez plus émoussé de l’esturgeon, comparé au museau pointu du spatulaire.

Vous aimerez également : Un champignon hybride à l’origine d’infections pulmonaires chez l’Homme

Il faut savoir que la majorité des espèces hybrides, telles que le ligre (un mélange entre un lion et un tigre) et le mulet (un mélange entre un cheval et un âne) ne peuvent pas avoir de progéniture propre, et c’est très certainement le cas du sturddlefish également.

Mozsár et ses collègues prévoient de prendre soin de ces poissons, mais ils affirment qu’ils n’en créeront pas davantage, car le poisson hybride pourrait surpasser l’esturgeon indigène à l’état sauvage et diminuer les chances de survie de l’esturgeon.

Cependant, le fait que des poissons séparés par 184 millions d’années d’évolution puissent à nouveau s’unir, indique qu’ils ne sont pas si différents après tout. « Ces poissons fossiles vivants ont des taux d’évolution extrêmement lents, donc ce qui pourrait nous sembler long n’est pas aussi long pour eux », a déclaré Solomon David, écologiste aquatique à l’Université Nicholls State en Louisiane.

Source : Genes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.