Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Selon des chercheurs, du lithium devrait être ajouté à l’eau potable pour prévenir les suicides

eau lithium
| Shutterstock

Selon une nouvelle étude publiée dans le British Journal of Psychiatry, des scientifiques suggèrent d’ajouter du lithium à l’eau potable, dans le but de prévenir les suicides. En effet, ces derniers ont trouvé un lien entre le lithium dans l’eau potable et la baisse des taux de suicide.

À l’heure actuelle, où le taux de suicide est en hausse générale, en particulier chez les jeunes, une nouvelle étude de la Brighton and Sussex Medical School (BSMS), publiée dans le British Journal of Psychiatry a trouvé un lien fort entre les zones géographiques à hauts niveaux de lithium dans l’eau potable publique et des taux de suicide plus faibles.

C’est dans un communiqué de presse du BSMS que l’auteur principal de l’étude, le professeur Anjum Memon, a déclaré : « Il est prometteur que des niveaux plus élevés de traces de lithium dans l’eau potable puissent exercer un effet anti-suicidaire et avoir le potentiel d’améliorer la santé mentale de la communauté ».

L’étude, qui a en partie été financée par le King’s College de Londres, est une méta-analyse de trois décennies de recherche effectuées en Autriche, en Grèce, en Italie, en Lituanie, au Royaume-Uni, au Japon et aux États-Unis. Memon a ainsi conclu que les capacités « protectrices » du lithium pourraient être davantage testées lors « d’essais communautaires randomisés de supplémentation en lithium dans l’approvisionnement en eau », dans des communautés à forte prévalence de problèmes de santé mentale et à risque de suicide élevé.

eau lithium
Selon les scientifiques, les bénéfices du lithium dans l’eau potable seraient non négligeables dans le domaine de la santé mentale. Crédits : Shutterstock

Le fait de vouloir lier de manière délibérée l’approvisionnement en eau avec un produit chimique psychotrope dans certaines zones géographiques peut sembler être une idée tout droit sortie d’un roman de science-fiction, mais les auteurs de l’étude – ainsi que de nombreux autres scientifiques – pensent que c’est une idée qui vaut la peine d’être expérimentée.

« Ces résultats, qui sont cohérents avec les résultats des essais cliniques selon lesquels le lithium réduit le taux de suicide et les comportements associés chez les personnes souffrant d’un trouble de l’humeur, suggèrent que le lithium présent naturellement dans l’eau potable peut avoir le potentiel de réduire le risque de suicide et éventuellement contribuer à la stabilisation de l’humeur, en particulier dans les populations ayant des taux de suicide relativement élevés et des zones géographiques avec une plus grande plage de concentration de lithium dans l’eau potable », ont déclaré les chercheurs.

À LIRE AUSSI :
La consommation de piment permet-elle de vivre plus longtemps ?

Dans tous les cas, il est difficile de reprocher aux scientifiques de sortir des sentiers battus en matière de prévention du suicide. De plus, en 2020, la santé mentale globale s’est détériorée en raison de la pandémie de coronavirus et des nombreux confinements. À l’heure actuelle, il y a environ 800’000 suicides par an : il s’agit de la deuxième cause de décès chez les 15 à 29 ans dans le monde. Malheureusement, les preuves montrent que l’isolement et le stress économique causés par la pandémie de COVID-19 pourraient bien exacerber cette tendance et entraîner une augmentation des suicides. « En ces temps de pandémie de COVID-19 et en raison de l’augmentation conséquente de l’incidence des problèmes de santé mentale, il est de plus en plus important d’accéder à des moyens d’améliorer la santé mentale de la communauté et de réduire l’incidence de l’anxiété, de la dépression et du suicide », a déclaré Memon.

Pour l’heure, les scientifiques ne savent pas encore exactement comment cet élément métallique naturellement blanc-argenté, présent dans le sol, l’eau de mer et les roches (et donc les légumes, les céréales et les réserves d’eau), modifie l’humeur humaine. Certains scientifiques soupçonnent qu’il permet de stimuler la croissance des cellules nerveuses.

Les scientifiques ne savent pas exactement comment cet élément métallique naturellement blanc-argenté, présent dans le sol, l’eau de mer et les roches et donc les légumes, les céréales et les réserves d’eau, modifie l’humeur humaine. Le soupçon est qu’il stimule la croissance des cellules nerveuses.

Depuis qu’il a été découvert en 1949 par le psychiatre australien John Cade, le lithium est connu pour être efficace dans le traitement de la manie, et est également devenu un médicament reconnu pour le traitement et la prévention du trouble bipolaire, pour stabiliser l’humeur et réduire le risque de suicide chez les personnes souffrant de troubles de l’humeur. Dans certaines études, il a été démontré qu’il aide à réduire l’agressivité et l’apparition de la démence.

À LIRE AUSSI :
COVID : plus de 80% des patients d'un hôpital espagnol étaient carencés en vitamine D

Avant de devenir un médicament approuvé, au début du XXe siècle, les boissons au lithium, y compris 7 Up (qui a éliminé le lithium en 1949), la bière au lithium, l’eau de Lithia – d’une ancienne source médicinale sacrée amérindienne en Géorgie – ont été promues comme toniques calmants. C’est en raison de ses propriétés électroconductrices que le lithium a depuis été utilisé comme composant dans les batteries et les téléphones portables. À présent, il est disponible sous forme de supplément dans les magasins de santé en ligne pour équilibrer l’humeur, sous forme d’orotate de lithium, bien que son efficacité sous cette forme ne soit pas prouvée.

Vous aimerez également : Un lien entre le lithium dans l’eau potable et le taux de suicide a été établi grâce à une méta-analyse

Et qu’en est-il de la dose ? Est-ce que boire trop d’eau contenant du lithium pourrait être néfaste ? L’étude a noté que, via leur eau potable, les gens recevaient une dose faible mais constante de lithium, potentiellement depuis la naissance. Pourtant, le taux sanguin optimal auquel le lithium exerce un éventuel effet préventif contre le suicide reste encore à confirmer. Dans l’étude, il n’y avait pas non plus l’effet potentiel de traces de lithium dans le corps humain.

Au cours d’un essai contrôlé randomisé, des microdoses de lithium (soit 400 microgrammes par jour) prises par d’anciens toxicomanes ont montré une amélioration de l’humeur par rapport à un placebo, suggérant que des doses de lithium bien inférieures à celles utilisées en psychiatrie pourraient avoir le potentiel d’influencer l’humeur et éventuellement réduire le risque de suicide.

Cependant, l’eau potable n’est qu’un des moyens de consommer du lithium. Même dans les zones à forte concentration de lithium dans l’eau potable, comme certaines parties du Texas (soit avec 340 microgrammes par jour) – où la recherche a révélé que cela réduisait les arrestations liées à des problèmes de cocaïne et d’héroïne, ainsi que les comportements criminels suicidaires et violents –, la quantité de lithium ingérée via l’approvisionnement public en eau est beaucoup moins importante que via la nourriture et l’eau minérale.

Toujours selon l’étude, l’apport quotidien moyen de lithium provenant des aliments chez les adultes aux États-Unis est estimé entre 650 et 3100 microgrammes. Par ailleurs, il est intéressant de noter que l’eau potable en bouteille, selon l’étude, a souvent une teneur en lithium beaucoup plus élevée que l’eau du robinet. Il est également noté que l’association entre l’exposition au lithium via l’eau en bouteille et le taux de suicide n’a pas été étudiée.

Comme Mike Jax, historien en médicaments et auteur de l’étude, a souligné dans sa critique d’un livre sur la découverte du lithium par Cade, l’élément que certains appellent « l’ion magique » a relativement peu été étudié, car en tant que produit chimique naturel, le lithium ne peut pas être breveté.

Source : British Journal of Psychiatry

Plus d'articles
personnalite curieuse explications dopamine
La science d’une personnalité curieuse, créative et/ou entreprenante