565 Partages

Des chercheurs ont démontré une corrélation entre la moyenne du niveau de lithium présent dans l’eau buvable et une amélioration des troubles de l’humeur ainsi qu’un faible taux de suicide. Néanmoins, ils estiment que de nombreux autres facteurs n’ayant pas été pris en compte doivent être examinés pour confirmer les conclusions.

Présent un peu partout dans les roches sur Terre et plus particulièrement dans des gisements sud-américains, le lithium est l’élément solide le plus léger. Connu pour être l’un des matériaux principaux dans la fabrication de batteries rechargeables, des traces sont identifiables dans l’eau et certains aliments, mais ses fonctions biologiques sont incertaines. Officiellement, le lithium est considéré comme un oligo-élément non essentiel, mais des études tendent à montrer qu’il pourrait être plus important qu’on ne le pense pour l’organisme.

Administré depuis plusieurs décennies pour traiter les troubles de l’humeur souvent d’ordre bipolaire, il a réduit avec succès les probabilités de suicide chez les personnes à haut risque. Les psychiatres recommandent à leurs patients une dose journalière d’au moins 200 milligrammes par jour, une quantité qui peut sembler effarante comparée aux autres oligoéléments (d’où une surveillance constante des malades pour éviter l’apparition d’effets secondaires). Mais des investigations ont prouvé que des microdoses de 400 microgrammes (μg) par jour suffisent pour réguler l’humeur.

Depuis les années 90, des études sur les effets du lithium présent dans l’eau potable au sein d’une population locale (taux de suicide, de violence et de démence) ont été réalisées dans différentes régions du globe. La majorité a montré une relation entre un haut niveau de lithium et un faible taux de suicide ainsi qu’une amélioration de la santé mentale.

Cependant, les résultats obtenus des différentes investigations n’avaient jamais été comparés. Une équipe de scientifiques du Royaume-Uni a voulu être la première à effectuer une méta-analyse, dans le but de confirmer les corrélations. Ils ont sélectionné, sur la quantité considérable d’études sur le sujet, quinze rapports pour une synthèse de données qualitative et en ont finalement gardé neuf.

Au total, plus de 1286 localités dans sept pays (États-Unis, Lituanie, Autriche, Italie, Grèce, Japon et Royaume-Uni) avaient été analysées dans au moins une des neuf études. La concentration moyenne de lithium dans les sources d’eau potable se situait entre 3.8 microgrammes par litre (μg/L) et 46.3 μg/L, avec certaines régions qui pouvaient monter jusqu’à 80 μg/L. Une sélection approfondie de ces niveaux par le groupe démontre effectivement un lien entre une haute concentration de lithium et un faible taux de suicide.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

« Il est prometteur que des niveaux plus élevés de lithium dans l’eau potable puissent exercer un effet anti-suicidaire et avoir le potentiel d’améliorer la santé mentale de la communauté », déclare l’épidémiologiste et auteur principal de l’étude, Anjum Memon.

Des résultats à prendre avec des pincettes

Malgré les conclusions de leur méta-analyse, les chercheurs mettent en garde sur les effets bénéfiques du lithium. En effet, ils soulignent que ces études écologiques avaient été effectuées dans le but de générer des hypothèses et non des réponses.

Ils écrivent : « Ces études sont sujettes à confusion, car les informations sur les facteurs de confusion potentiels peuvent ne pas être disponibles et les associations au niveau de la population ne représentent pas nécessairement des associations au niveau individuel ».

En d’autres termes, plusieurs variables comme la classe sociale, la prévalence de troubles mentaux dans une population, ou bien encore les personnes qui changent leur lieu de résidence, peuvent fausser les résultats observationnels. De plus, aucune des recherches sélectionnées n’avait pris en compte la présence de lithium dans la nourriture.

Vous allez aussi aimer : Compléments alimentaires ; sont-ils réellement utiles ? Comment les utiliser ?

L’origine de l’eau est aussi un facteur important. Celle en bouteille (naturelle de source, traitée, ou encore de composition minérale modifiée) est souvent plus riche en lithium que l’eau du robinet, et une comparaison entre ces deux formes n’a jamais été réalisée. Les chercheurs recommandent à l’avenir des études randomisées de supplémentation en lithium dans l’eau potable chez différentes communautés, et d’en faire de même avec les aliments contenant l’oligo-élément. Ils préconisent tout de même avant la mise en place de tels essais, l’obtention d’un plus grand nombre de données pour éviter des risques comme l’intoxication.

Les scientifiques espèrent qu’une explication claire du probable rôle du lithium sur l’humeur pourra un jour être proposée. Une étude où plusieurs variables au niveau de chaque individu sont prises en compte ainsi que des essais de supplémentations dans les différentes sources naturelles de lithium, permettra certainement d’avoir enfin au moins une réponse et non une hypothèse.

Source : The British Journal of Psychiatry

lithium eau trouble mentaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

565 Partages
565 Partages
Partager via
Copier le lien