Les étoiles à neutrons représentent un des stades possibles de l’évolution d’une étoile massive lorsque celle-ci, après avoir épuisé son combustible, s’effondre lors d’une supernova. Les étoiles à neutrons peuvent faire partie de systèmes stellaires binaires et, en 2017, les collaborations LIGO et Virgo ont observé la fusion de deux de ces objets via la détection des ondes gravitationnelles générées par l’événement. La formation de systèmes binaires d’étoiles à neutrons est encore mal connue ; toutefois, l’observation inédite d’une supernova inhabituelle pourrait apporter de nouveaux indices sur ce mécanisme de formation.

En octobre 2014, les astrophysiciens découvrent une supernova à effondrement de cœur (Type Ic) dans la périphérie d’une galaxie spirale située à 920 millions d’années-lumière de la Terre. L’événement, nommé iPTF 14gqr (SN 2014ft), a tout de suite attiré l’attention des scientifiques tant ses caractéristiques étaient inhabituelles. Les résultats de l’observation et leur analyse ont été publiés dans la revue Science.

Pour finir en supernova, une étoile doit être suffisamment massive ; les modèles théoriques estiment cette masse minimum aux environs de huit masses solaires. Une fois les réserves de combustible nucléaire épuisées, les réactions thermonucléaires cessent et la pression interne de l’étoile n’est plus suffisante pour s’opposer à la gravité et conserver un équilibre hydrostatique. Dès lors, le cœur de l’étoile s’effondre sur lui-même, générant une onde de choc rebondissant sur ce dernier et dispersant les couches périphériques de matière.

Sur le même sujet :

Cette étoile en fin de vie a explosé en supernova, plusieurs fois

Donc lorsque la supernova se produit, plusieurs masses solaires de matière sont éjectées dans l’espace. Néanmoins, ce n’est pas ce qui a été observé pour iPTF 14gqr. Seule une quantité de matière d’environ un cinquième de masse solaire a été dispersée. L’explosion et l’onde de choc résultante ont donc été particulièrement faibles.

« Nous avons vu l’effondrement du cœur de cette étoile massive, mais n’avons observé que très peu de masse éjectée » explique Mansi Kasliwal, astrophysicien au Caltech. « Nous appelons ceci une enveloppe de supernova ultra-dispersée, phénomène prédit depuis longtemps déjà. Cependant, c’est la première fois que nous observons clairement l’effondrement du cœur d’une étoile massive avec si peu de matière ».

supernova formation etoile neutrons binaire

Clichés d’observation de la supernova iPTF 14gqr. L’image de gauche a été prise avant la supernova ; l’image du centre pendant la supernova ; l’image de droite après la supernova. L’objet résultant est une étoile à neutrons formant un système binaire d’étoiles à neutrons qui finiront par fusionner. Crédits : NASA/JPL-Caltech/R. Hurt

Toutefois, l’étoile n’a pas toujours été privée de matière, puisqu’elle devait tout de même être suffisamment massive pour donner lieu à une supernova de Type Ic. Cela signifie donc que cette matière lui a été enlevée d’une autre manière. En se basant sur la puissance de la supernova, les astrophysiciens ont suggéré que l’étoile à neutrons devait avoir un compagnon — naine blanche, trou noir ou une autre étoile à neutrons — qui lui aurait subtilisé de la matière par accrétion avant la supernova.

Les auteurs ont modélisé ce scénario avec un système binaire étoile à hélium-étoile à neutrons. Et, en analysant les données d’observation, ils ont effectivement détecté une enveloppe étendue riche en hélium autour de l’étoile, ainsi qu’un défaut d’hélium dans la matière éjectée par l’étoile lors de sa mort. Cela signifie que le compagnon binaire a dépouillé l’étoile de la quasi-totalité de sa couche d’hélium superficielle, qui a été éjectée avant la supernova, puis soufflée et dispersée dans l’espace au cours de l’explosion.

Ce phénomène constitue donc l’un des mécanismes possibles de formation des systèmes binaires d’étoiles à neutrons. Bien que cette observation d’une supernova à enveloppe ultra-dispersée soit la première, ces événements sont réputés être plutôt communs. La raison pour laquelle aucun n’a été détecté jusqu’à maintenant,  est qu’ils se produisent extrêmement rapidement.

« Ces explosions représentent probablement le seul moyen pour former des systèmes étoile à neutrons-étoile à neutrons ou étoile à neutrons-trou noir suffisamment compacts pour fusionner et produire des signaux observationnels joignant ondes gravitationnelles et rayonnements électromagnétiques. Sachant que seule une fraction des systèmes issus de ces explosions fusionnera en un temps acceptable, le taux de supernovas ultra-dispersées doit être supérieur à celui de leurs fusions » conclut l’étude.

Source : Science

Une réponse

  1. Nicolas

    La supernova de la naine blanche /étoile a neutrons / trou noir compagnon n’aurait pas dû éjecter SN 2014ft?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

definition galaxie grande structure Une galaxie est une grande structure cosmique composée d'un assemblage d'étoiles, de gaz et de poussières. Il en existe plusieurs types, classés selon leur masse et leur morphologie, formées à différentes... [...]

Lire la suite

annee lumiere distance astronomieL'année-lumière est une unité de longueur utilisée pour exprimer des distances astronomiques. Elle est définie par l'Union Astronomique Internationale (UAI) comme la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année julienne (365.25 jours). Elle vaut environ... [...]

Lire la suite

trou noir supermassifUn trou noir est un objet compact au champ gravitationnel si intense qu'aucune matière ni aucun rayonnement ne peut s'en échapper. Puisque ces astres n'émettent aucune lumière, ils ne peuvent être... [...]

Lire la suite

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.