Les symptômes du COVID long pourraient être dus à la réactivation du virus d’Epstein-Barr

symptomes long covid pourraient dus reactivation virus ebv
| Shutterstock

Suite à l’infection initiale par le coronavirus SARS-CoV-2, certains patients qui guérissent développent ensuite un éventail de symptômes — incluant notamment une fatigue chronique, des douleurs articulaires et un brouillard mental — entrant dans le cadre de ce que les médecins appellent le COVID long. Et récemment, des chercheurs ont montré que ces symptômes pourraient en réalité être dus à la réactivation du virus d’Epstein-Barr (EBV). Une découverte qui devrait permettre une meilleure prise en charge du COVID long grâce à des thérapies antivirales.

La réactivation du virus d’Epstein-Barr résultant de la réponse inflammatoire à l’infection à coronavirus peut-être à l’origine de symptômes de COVID long auparavant inexpliqués, tels que la fatigue, le brouillard cérébral et les éruptions cutanées, qui surviennent chez environ 30% des patients après la guérison de la COVID. La première preuve liant la réactivation de l’EBV au COVID long, ainsi qu’une analyse de la prévalence du COVID long, sont décrites dans une nouvelle étude publiée dans la revue Pathogens.

« Nous avons effectué des tests d’anticorps EBV sur des patients COVID guéris, en comparant les taux de réactivation de l’EBV de ceux présentant des symptômes COVID long à ceux sans symptômes. La majorité de ceux qui présentaient des symptômes de COVID long étaient positifs pour la réactivation de l’EBV, tandis que seulement 10% des témoins montraient une réactivation », explique l’auteur principal de l’étude Jeffrey E. Gold de l’Organisation mondiale de la santé.

Une réactivation post-COVID du virus d’Epstein-Barr

Les chercheurs ont commencé par enquêter sur 185 patients sélectionnés au hasard guéris de la COVID et ont constaté que 30.3% présentaient des symptômes à long terme compatibles avec le COVID long après la guérison initiale de l’infection par le SARS-CoV-2. Cela comprenait plusieurs patients présentant des cas de COVID initialement asymptomatiques qui ont ensuite développé des symptômes de COVID long.

À LIRE AUSSI :
Une nouvelle molécule thérapeutique éradique rapidement le cancer du sein chez la souris

Les chercheurs ont ensuite découvert, dans un sous-ensemble de 68 patients COVID sélectionnés au hasard parmi les personnes interrogées, que 66.7% des sujets COVID long contre 10% des témoins étaient positifs pour la réactivation de l’EBV sur la base d’une diffusion d’antigène précoce (EA-D) positive à l’EBV ou le titrage d’IgM de l’antigène de capside virale (VCA) IgG de l’EBV. La différence était significative.

graphique symptomes long covid
Graphique montrant les symptômes de COVID long rapportés chez les patients de l’étude testés positifs pour l’EBV. © Jeffrey E. Gold et al. 2021

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Nous avons trouvé des taux similaires de réactivation de l’EBV chez ceux qui présentaient des symptômes de COVID long pendant des mois, comme chez ceux présentant des symptômes qui ont commencé quelques semaines seulement après avoir été testés positifs pour la COVID. Cela nous a indiqué que la réactivation de l’EBV se produit probablement simultanément ou peu après l’infection », indique David J. Hurley, professeur et microbiologiste moléculaire à l’Université de Géorgie.

De nouvelles possibilités de traitement

La relation entre le SARS-CoV-2 et la réactivation de l’EBV décrite dans cette étude ouvre de nouvelles possibilités de diagnostic et de traitement du COVID long. Les chercheurs ont indiqué qu’il peut être prudent de tester les patients nouvellement positifs à la COVID pour des preuves de réactivation de l’EBV indiquées par des tests EBV EA-D IgG, EBV VCA IgM ou sériques d’ADN EBV positifs. Si les patients présentent des signes de réactivation de l’EBV, ils peuvent être traités tôt pour réduire l’intensité et la durée de la réplication de l’EBV, ce qui peut aider à inhiber le développement du COVID long.

À LIRE AUSSI :
Des pesticides responsables de lésions cérébrales chez les enfants

« Alors que les preuves s’accumulent en faveur d’un rôle de la réactivation de l’EBV dans la manifestation clinique de la COVID aiguë, cette étude implique davantage l’EBV dans le développement du COVID long. Si un rôle direct pour la réactivation de l’EBV dans le COVID long est soutenu par d’autres études, cela offrirait des opportunités d’améliorer le diagnostic rationnel de cette maladie et d’envisager la valeur thérapeutique des agents antiviraux tels que l’anti-herpès ganciclovir », conclut Lawrence S. Young, virologue à l’Université de Warwick.

Sources : Pathogens

Laisser un commentaire