1.6K Partages

Si depuis le début de la pandémie les médecins s’accordent à dire que les enfants sont des sujets très peu vulnérables à l’infection par le coronavirus SARS-CoV-2, une récente étude a montré que, passé l’infection initiale, ils pouvaient développer des lésions cardiaques potentiellement mortelles. En effet, les chercheurs ont montré qu’un certain nombre d’enfants, au demeurant en très bonne santé, pouvaient présenter un syndrome inflammatoire post-COVID excessif générant un certain nombre de dommages cardiaques qui, dans le pire des cas, engagent le pronostic vital des patients.

Le syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C), supposé être lié à la COVID-19, endommage le cœur à tel point que certains enfants auront besoin d’une surveillance et d’interventions à vie, déclarent les auteurs d’un article publié dans la revue EClinicalMedicine. Des études de cas montrent également que le MIS-C peut frapper des enfants apparemment en bonne santé sans avertissement, trois ou quatre semaines après des infections asymptomatiques, indique Alvaro Moreira, du centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à San Antonio.

« Selon la littérature, les enfants n’avaient pas besoin de présenter les symptômes classiques des voies respiratoires supérieures de la COVID-19 pour développer le MIS-C, ce qui est effrayant. Les enfants peuvent ne présenter aucun symptôme, personne ne sait qu’ils ont la maladie et quelques semaines plus tard, ils peuvent développer cette inflammation excessive », explique Moreira.

Un syndrome inflammatoire majeur touchant plusieurs organes

L’équipe a examiné 662 cas de MIS-C signalés dans le monde entre le 1er janvier et le 25 juillet. Parmi les résultats :

  • 71% des enfants ont été admis en unité de soins intensifs (USI).
  • 60% ont présenté un choc.
  • La durée moyenne du séjour à l’hôpital était de 7.9 jours.
  • 100% avaient de la fièvre, 73.7% des douleurs abdominales ou de la diarrhée et 68.3% des vomissements.
  • 90% ont subi un échocardiogramme (ECG) et 54% des résultats étaient anormaux.
  • 22.2% des enfants avaient besoin d’une respiration mécanique.
  • 4.4% d’oxygénation extracorporelle par membrane requise (ECMO).
  • 11 enfants sont morts.
symptomes misc

Graphique comparant l’intensité des symptômes entre la COVID-19 et le MIS-C post-COVID. Crédits : Mubbasheer Ahmed et al. 2020

« Il s’agit d’une nouvelle maladie infantile qui serait associée au SRAS-CoV-2. Cela peut être mortel parce qu’elle affecte plusieurs systèmes organiques. Que ce soit le cœur et les poumons, le système gastro-intestinal ou le système neurologique. Elle a tellement de visages différents qu’elle était difficile pour les cliniciens à comprendre au départ ». La quantité d’inflammation dans le MIS-C dépasse deux pathologies pédiatriques similaires, la maladie de Kawasaki et le syndrome de choc toxique.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Des atteintes cardiaques relativement fréquentes post-COVID

La plupart des 662 enfants ont souffert d’une atteinte cardiaque comme indiqué par des marqueurs tels que la troponine, qui est utilisée avec une grande précision chez les adultes pour diagnostiquer les crises cardiaques. Près de 90% des enfants (581) ont subi une échocardiographie parce qu’ils avaient une manifestation cardiaque de la maladie.

Les dommages comprenaient :

  • Dilatation des vaisseaux sanguins coronaires, un phénomène également observé dans la maladie de Kawasaki.
  • Fraction d’éjection déprimée, indiquant une capacité réduite du cœur à pomper le sang oxygéné vers les tissus du corps.
  • Près de 10% des enfants avaient un anévrisme d’un vaisseau coronaire.

Sur le même sujet : La COVID-19 pourrait toucher bien plus d’enfants que prévu

symptomes cardiaques

Graphique indiquant les différents problèmes cardiaques chez les enfants atteints de MIS-C. Crédits : Mubbasheer Ahmed et al. 2020

Les enfants avec un anévrisme sont les plus à risque. « Ce sont des enfants qui vont nécessiter une observation et un suivi importants avec plusieurs échographies pour voir si cela va se résoudre ou si c’est quelque chose qu’ils auront pour le reste de leur vie. Et c’est catastrophique pour un parent qui a eu un enfant auparavant en bonne santé et qui fait partie du très petit pourcentage d’individus qui ont développé le MIS-C après une infection à la COVID-19 », déclare Moreira.

Une autre conclusion des études de cas : près de la moitié des patients qui avaient un MIS-C avaient un trouble médical sous-jacent, et parmi ceux-ci, la moitié des personnes étaient obèses ou en surpoids.  Par rapport à l’infection initiale à la COVID-19, les marqueurs inflammatoires du MIS-C étaient beaucoup plus anormaux.

Par exemple, la troponine, le marqueur utilisé chez les adultes pour diagnostiquer les crises cardiaques, était 50 fois son niveau normal chez les enfants atteints de MIS-C. « Les preuves suggèrent que les enfants atteints de MIS-C développent une inflammation excessive et des lésions tissulaires potentielles au cœur, et nous devrons suivre ces enfants de près pour comprendre quelles implications cela peut avoir à long terme ».

Sources : EClinicalMedicine

misc enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.6K Partages
1.6K Partages
Partager via
Copier le lien