Il existe un problème profond et important impactant les domaines de l’astronomie et de l’astrophysique : en effet, nous manquons toujours de cohérence logique dans la manière dont nous mesurons les distances et phénomènes dans l’espace.

Keith Atkin, professeur de physique à la retraite, de l’Université de Sheffield, explique en écrivant pour la revue Astronomy & Geophysics, que notre « système » mondial actuel – si l’on peut même l’appeler ainsi – est un « désordre total ». « Une grande partie des unités utilisées par les astronomes pratiquants constituent une confusion malheureuse de nombreux éléments. Il y a également un certain nombre d’unités entièrement redondantes propres à l’astronomie », écrit-il.

La majorité de la population mondiale à tendance à utiliser le SI (système international d’unités) ou les unités métriques pour la vie quotidienne (litres, grammes, mètres, degrés Celsius, Kelvin). Cependant, les États-Unis utilisent toujours le système impérial d’unités, comme les onces, les onces liquides, les pieds, les miles et les degrés Fahrenheit. Atkin note que « les États-Unis représentent environ 4% de la population mondiale ».

Le Royaume-Uni est également problématique : le pays subit une conversion longue et lente vers le SI, ce qui signifie que même si les écoles l’enseignent, le système impérial est encore couramment utilisé dans la pratique. « Les étudiants qui ont appris leur physique en utilisant les unités du SI et commencent à s’intéresser à l’astronomie, tombent souvent sur des cas qui décrivent des télescopes de six pouces, ou sur des descriptions de vaisseaux spatiaux voyageant à des milliers de kilomètres par heure », explique Atkin.

« Les astronomes professionnels ne sont pas non plus à l’abri de cette confusion car l’unité astronomique, l’année-lumière et le parsec sont largement considérés comme respectables et utiles. En réalité, ces unités sont redondantes et ne servent à rien : ma bête noire est le megaparsec – une fusion maladroite d’un préfixe SI et d’une unité non-SI », continue Atkin.

Cela signifie qu’il faut fournir un important effort mental pour essayer de penser et de mener des expériences dans un autre système, ou d’apprendre à convertir toutes les données – un effort qui pourrait être mieux exploité, en le focalisant sur d’autres buts. Mais cela peut également causer d’autres problèmes : pour chaque nouveau calcul introduit dans une étude ou une recherche, il y a une possibilité supplémentaire de faire une erreur, aussi simple que soit le calcul.

Et si de l’équipement est également impliqué, les conséquences peuvent être très coûteuses. Cela a été spectaculairement démontré en 1999, lorsque la NASA a perdu un orbiteur martien de 125 millions de dollars, en partie à cause d’un problème de conversion, en utilisant des mesures impériales alors l’équipe d’ingénierie ayant construit le vaisseau spatial avait utilisé les mesures SI.

Atkin propose que nous nous efforcions de baser toutes les mesures de distance astronomiques sur le mètre, en utilisant le système de préfixe SI, et de mesurer la vitesse en kilomètres par seconde. Bien entendu, comme avec tous les changements de ce type, cela pourrait s’avérer difficile à mettre en œuvre et certainement très long.

« Comme l’a récemment observé un collègue : « Andromède sera beaucoup plus proche du Système solaire qu’elle ne l’est maintenant, avant que nous lisions sa distance en zettamètres (1021 mètres)« . Cependant, même si seulement quelques-uns de ces changements pouvaient être faits, alors cela permettrait de favoriser la compréhension et la communication au sein de la communauté astronomique et entre l’astronomie et les sciences connexes », explique Atkin.

Source : Astronomy & Geophysics

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share