La téléconsultation peut-elle devenir l’avenir de la relation médecin-patient ?

teleconsultation medicale avenir relation medecin patient couv
| Getty Images
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Le télétravail dans le domaine médical est porté par la téléconsultation, qui a connu une ascension fulgurante en France et dans le monde durant la pandémie de COVID-19. Du point de vue du patient, les avantages sont nombreux, notamment celui de la disponibilité presque permanente d’un médecin. Mais ce concept séduit également les professionnels de santé, qui y voient de nombreux bénéfices pour leur pratique. Le futur sera surement un équilibre entre consultation réelle et téléconsultation.

De manière globale, la télésanté est l’utilisation des technologies numériques de l’information et de la communication pour accéder à distance aux services de soins de santé et gérer vos soins de santé. Elle s’exerce de plusieurs façons : téléconsultation, téléexpertise, télésurveillance médicale, téléassistance médicale et régulation médicale. Ici, nous nous intéressons à la téléconsultation.

Par définition, il s’agit « d’une consultation réalisée par un médecin (généraliste ou de toute autre spécialité médicale), à distance d’un patient, ce dernier pouvant être assisté ou non par un autre professionnel de santé (médecin, infirmier, pharmacien, etc.) ».

Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :
Soutenez-nous en achetant un poster qui en jette :

Selon la loi française : « Tout médecin peut recourir à la téléconsultation, quels que soient : sa spécialité, son secteur et son lieu d’exercice, en ville ou en établissement de santé (cabinet de ville, maison de santé pluriprofessionnelle, centre de santé, EHPAD, hôpital, clinique, etc.). Elle peut être réalisée partout en France métropolitaine et dans les départements et régions d’outre-mer, ainsi qu’à Mayotte, seulement à condition qu’elle s’intègre dans le parcours de soins du patient ».

Du côté des patients, il n’y aucune contre indication ou patient exclu de ce système, « qu’il soit atteint d’une affection aiguë ou d’une maladie chronique ». En fait cela sera surtout du ressort du médecin de savoir si la patient peut être « vu » en virtuel ou si sa présence physique est obligatoire. La télésanté peut faciliter l’accès aux soins, mais aussi permettre aux médecins de rendre leur actions plus efficaces et mieux coordonnées.

Une meilleure gestion du temps médical et des déplacements

Si les visites à domicile se font de plus en plus rares, par exemple, le temps de trajet du médecin entre les patients peut être un véritable frein à son travail et à la qualité des soins. Avec la téléconsultation, le médecin peut gérer de manière efficace le temps médical en mettant comme prioritaires certaines consultations pour lesquelles le déplacement du patient, ou celle du médecin, est obligatoire et se reporter sur une téléconsultation pour les autres afin de désengorger la salle d’attente. Par ailleurs, cela leur permet d’augmenter leurs revenus sans négliger la qualité des soins.

Les personnes à mobilité réduite ou dans les milieux isolés, loin de tout point santé, peuvent, grâce à la téléconsultation, être en contact avec un médecin. Sans cette alternative, la grande majorité de ces personnes ne consultent aucun professionnel de santé . La téléconsultation est alors une vraie opportunité d’accès aux soins. Outre les problèmes de mobilité, il est également intéressant de souligner le fait que la télésanté peut permettre de consulter des médecins spécialistes pour lesquels les délais en consultation « habituelle » sont trop longs.

Une relation médecin-patient facilitée et durable

Il faut savoir que la téléconsultation permet au patient de s’adresser à son médecin depuis son domicile, donc dans un cadre rassurant. C’est notamment le cas pour les téléconsultations entre les psychiatres et leurs patients. De plus, face au médecin en cabinet médical, un patient peut être plus lent à décrire ses symptômes, perdre ses mots en étant intimidé par le lieu et le médecin lui-même, ce qui ne peut pas arriver en téléconsultation, car le temps de connexion est restreint.

Selon quelques études, une consultation en cabinet médical dure approximativement 16 minutes contre 7 minutes pour une téléconsultation (Medaviz, 2018). Effectivement, sans examen clinique, le professionnel de santé peut se focaliser sur la discussion avec le patient et l’observation. Enfin, les tâches sortant du cadre médical pur (administratif) sont prises en charge par la plateforme de télésanté, lors de la prise de rendez-vous le plus souvent, déchargeant le médecin qui obtient un gain de temps significatif.

Par exemple, Medaviz propose entre autres un logiciel de téléconsultation, de téléexpertise et de télésoins. Ces logiciels de consultation médicale en ligne permettent aux praticiens et aux OTS (organisations territoriales de santé) de développer leur offre de soins grâce aux atouts proposés par la télémédecine, lorsqu’elle est intégrée au parcours de soin.

Sans compter que pour décider d’un diagnostic, le médecin a la possibilité, grâce aux nouvelles technologies, soit d’interagir avec la vidéo (zoom) et d’accompagner le patient pour qu’il s’ausculte lui-même ; soit de recourir à des mesures effectuées par des appareils connectés à la plateforme de télémédecine.

En d’autres termes, la téléconsultation vise à faciliter une communication déjà existante entre un patient et son médecin ou un soignant. De facto, cette pratique permet de raccourcir les délais de prise en charge et d’améliorer l’accès aux soins. Par ailleurs, elle contribue au contrôle des coûts de santé : tarif inférieur à celui d’une consultation réelle, diminution du recours aux urgences et prévention d’éventuelles hospitalisations.

La télémédecine d’urgence, une innovation au service des zones rurales

On dit qu’une image vaut mille mots et qu’en cas d’urgence, chaque seconde compte. Aujourd’hui, les images et les vidéos utilisant la technologie de la télémédecine améliorent les interventions d’urgence dans les services d’urgence des hôpitaux ruraux ou isolés, mais aussi face à des surcharges de passage aux urgences.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

C’est ainsi que l’APTA 78 (plateforme territoriale d’appui), afin de soulager les urgences pédiatriques des hôpitaux de Mantes-la-Jolie et de Poissy-Saint-Germain, teste une solution de télémédecine avec Medaviz, depuis le début de l’année. Ils soulignent dans un communiqué : « Une trentaine de praticiens des Yvelines participent à ce dispositif financé par l’Agence Régionale de Santé Île-de-France, avec un système de garde du lundi au vendredi de 20h à minuit, et le week-end de midi à minuit ».

La télémédecine d’urgence relie les patients et les prestataires d’urgence à partir de deux emplacements ou plus. Les médecins ayant une formation spéciale sont capables d’évaluer les patients à distance, de poser des diagnostics et de fournir un soutien et des recommandations de traitement aux prestataires d’urgence de l’hôpital ou la localité.

À titre d’exemple, aux États-Unis, pour la Mayo Clinic, précurseur dans nombres de domaines médicaux, la télémédecine d’urgence est fréquemment utilisée pour évaluer et traiter les patients qui ont subi un AVC. La télé-AVC augmente la possibilité que ces patients reçoivent des thérapies de dissolution des caillots (thrombolytiques) ou d’autres procédures de récupération des caillots à temps pour réduire l’invalidité et le décès résultant d’un AVC.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.