Un futur télescope de la NASA pourrait repérer de la végétation sur des exoplanètes lointaines

nasa telescope lentille gravitationnelle solaire
Vue d'artiste : image simulée provenant d'un télescope à lentille gravitationnelle solaire (SGL). | Slava Turyshev

Un futur télescope de la NASA pourrait repérer de la végétation sur des exoplanètes lointaines. En effet, l’agence spatiale affirme qu’elle pourrait repérer différentes caractéristiques de surface, voire même des signes d’habitabilité sur des exoplanètes lointaines, grâce à un nouveau télescope à lentille gravitationnelle solaire.

La NASA est en train de financer la recherche d’un télescope conceptuel appelé « lentille gravitationnelle solaire » (SGL, de l’anglais solar gravitational lens) qui pourrait nous permettre d’observer des exoplanètes lointaines avec une résolution sans précédent. Selon l’agence spatiale, il s’agit d’un projet qui pourrait bien nous aider à découvrir s’il y a de la vie ailleurs dans l’Univers.

Ce projet est financé par la NASA dans le cadre du programme NIAC (Nasa Innovative Advanced Concepts) de l’agence spatiale. Le programme vise à nourrir les idées visionnaires qui pourraient transformer les futures missions de la NASA avec la création des concepts aérospatiaux radicalement meilleurs ou entièrement nouveaux, tout en engageant les innovateurs et les entrepreneurs (américains) en tant que partenaires.

Selon une description du projet du télescope SGL, le but serait de « directement imager une exoplanète semblable à la Terre dans notre voisinage stellaire ». L’agence explique qu’après 6 mois d’observation, « nous pourrions obtenir une résolution d’environ 25 km, ce qui est assez pour distinguer les caractéristiques de surface et les signes d’habitabilité », a expliqué la NASA.

nasa telescope lentille gravitationnelle solaire
Vision d’artiste (simulation) démontrant une image qui pourrait être fournie par un télescope à lentille gravitationnelle solaire (SGL). Crédits : Slava Turyshev

Utiliser une lentille gravitationnelle solaire, un défi de taille

Albert Einstein a prédit pour la première fois il y a 84 ans que les rayons de lumière contournant les bords du Soleil convergent vers une lentille à environ 550 unités astronomiques (soit à environ 82 milliards de kilomètres) de distance de la Terre.

Sur le même thème : L’étude des galaxies satellites de la Voie lactée permet de mieux comprendre les halos de matière noire

À LIRE AUSSI :
Détection de rayons X persistant plusieurs années après la première détection d'une collision d'étoiles à neutrons

Slava Turyshev, physicien au Jet Propulsion Laboratory de la NASA et auteur principal d’une étude connexe, suggère que le phénomène pourrait nous permettre d’obtenir des images étonnamment détaillées de planètes lointaines semblables à la Terre. « Dans la puissante région d’interférence de la SGL, la lumière est fortement amplifiée, formant l’anneau d’Einstein autour du Soleil et représentant une image déformée de la source étendue », explique-t-il.

Cependant, il y a un obstacle important à surmonter : « Nous devrions transporter le télescope avec un coronographe solaire à une distance extraordinaire du Soleil », explique Turyshev. Et pour mettre les choses en perspective, il faut savoir que Voyager I (la sonde spatiale lancée en 1977)  n’est actuellement qu’à environ 123 unités astronomiques de la Terre, ayant atteint les bords du système solaire en 2012, et c’est là le plus loin que nous ayons jamais envoyé un objet artificiel. Un défi de taille pour le télescope à lentille gravitationnelle solaire.

kepler
Kepler-186f a été la première planète rocheuse à être découverte dans la zone habitable (la région autour de l’étoile hôte où la température est optimale pour abriter de l’eau liquide). À noter que cette planète est également très proche de la taille de la Terre. Et même si nous ne saurons pas de sitôt ce qui se passe à la surface de cette dernière, il s’agit d’un rappel de la raison pour laquelle de nouvelles technologies sont développées : ces dernières permettront aux scientifiques de regarder de plus près des mondes lointains. Crédits : NASA Ames/SETI Institute/JPL-Caltech

Dans le but de maintenir des coûts bas ainsi qu’une faisabilité aussi élevée que possible, Turyshev suggère la mise en place d’une « architecture d’essaim de petits satellites », possédant des voiles solaires, afin d’économiser autant d’énergie que possible et permettre à la SGL « d’observer plusieurs planètes/lunes d’un système exosolaire » en même temps. Une affaire à suivre de très près.

Sources : Cornell University, NASA

Plus d'articles
communication subliminale fonctionne réellement couv
Les messages subliminaux fonctionnent-ils réellement ?
  Les amas de galaxies massifs peuvent être utilisés comme des lentilles gravitationnelles (ou télescopes gravitationnels) afin d’observer des galaxies lointaines. En effet, l’étude des... [...]

Lire la suite