Une tempête géomagnétique est en cours, avec des aurores boréales visibles à des latitudes inhabituelles

tempete geomagnetique en cours avec aurores boreales visibles-latitudes inhabituelles
Le Soleil, le 28 septembre 2021 (cette image combine trois clichés différents). | NASA/SDO

Une tempête solaire est en cours, et cela pourrait engendrer la formation d’aurores boréales à des latitudes plus basses que d’habitude. Les principales agences de météorologie spatiale ont averti que la tempête solaire aurait lieu du lundi 27 au mardi 28 septembre. Son intensité varie de modérée à mineure, respectivement pour les deux dates.

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine et le Met Office britannique ont tous deux publié des prévisions pour cette tempête, qui serait le résultat de plusieurs éjections de masse coronale (EMC) et de vents solaires libérés par une « brèche » qui s’est ouverte dans la couronne solaire.

Bien qu’il puisse y avoir jusqu’à quatre EMC susceptibles d’affecter la Terre, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. La tempête n’atteindra que le niveau G2, relativement faible sur l’échelle des tempêtes solaires à cinq niveaux, où G5 est le niveau le plus fort jamais détecté.

Un (probable) spectacle visuel

Aux hautes latitudes, la tempête G2 prévue pourrait avoir entraîné des fluctuations du réseau électrique, l’orientation des satellites pourrait avoir été affectée, avec une traînée accrue sur l’orbite terrestre basse, et la propagation radio haute fréquence pourrait s’affaiblir.

« Des aurores boréales pourraient être observées de l’État de New York à l’État de Washington en passant par le Wisconsin », écrit la NOAA dans son communiqué. Les tempêtes solaires font partie intégrante de la météo spatiale normale et, dans les années à venir, nous pouvons probablement nous attendre à en voir davantage. Elles se produisent lorsque le Soleil s’agite, sous la forme d’EMC et de vents solaires, provoquant des perturbations dans le champ magnétique et la haute atmosphère terrestres.

À LIRE AUSSI :
Plus d'un millier d'explosions cosmiques détectées en 47 jours intriguent les astronomes

Lors d’une EMC, la couronne solaire (la région la plus externe de son atmosphère) entre en éruption, éjectant du plasma et des champs magnétiques dans l’espace. Si l’EMC est orientée vers la Terre, la collision des éjectas solaires avec le champ magnétique terrestre peut provoquer un orage géomagnétique, également appelé tempête solaire.

Les vents solaires quant à eux émergent de « trous » dans la couronne du Soleil. Il s’agit de régions de plasma plus froides et moins denses dans l’atmosphère du Soleil, avec des champs magnétiques plus ouverts. Ces régions ouvertes permettent aux vents solaires de s’échapper plus facilement, soufflant les radiations électromagnétiques dans l’espace à grande vitesse. Si le trou est orienté vers la Terre, ces vents peuvent souffler directement en sa direction, s’engouffrant dans notre magnétosphère.

Le Soleil est actuellement confronté aux deux phénomènes. « Il y a quatre EMC qui peuvent affecter la Terre », explique le Met Office britannique sur son site web. « Trois d’entre elles pourraient arriver séparément ou en tant qu’élément combiné unique le 27 septembre, et une autre EMC pourrait toucher la Terre plus tard le 27 ou le 28 septembre ».

Cycle solaire : des éruptions de plus en plus fréquentes

Un vent solaire rapide pourrait également toucher la Terre les 27 et 28 septembre, bien que les effets de ce vent soient considérés comme incertains. « Il existe également un faible risque que les EMC et le vent rapide touchent la Terre à des moments similaires, ce qui aurait un effet plus important. Tout renforcement s’atténuerait alors au cours des 28 et 29 septembre », ajoute le Met Office.

À LIRE AUSSI :
Le vaisseau spatial BepiColombo relaye les premières images rapprochées de Mercure

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Toutes les particules chargées qui entrent en collision avec le champ magnétique de la Terre sont envoyées le long des lignes du champ magnétique vers les pôles, où elles excitent ou ionisent les gaz de la haute atmosphère de la Terre. L’ionisation de ces molécules génère les étonnantes lumières dansantes que nous appelons les aurores.

Selon les prévisions d’aurores de Space Weather, le niveau Kp 6 pourrait être atteint — sur l’indice Kp de dix points de l’activité géomagnétique. Cela signifie qu’il y a une forte possibilité de formation d’aurores polaires lumineuses et dynamiques.

Nous pouvons également nous attendre à davantage de tempêtes solaires dans les mois et les années à venir. En effet, le Soleil se dirige actuellement vers la période la plus active de son cycle de 11 ans, appelée maximum solaire. Pendant le maximum solaire, le champ magnétique solaire — qui contrôle les taches solaires (des régions temporaires de champ magnétique intense), les éruptions solaires et les éjections de masse coronale — est à son maximum, tout comme l’activité solaire.

Laisser un commentaire