Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [+ supprimez la pub] [-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

La Terre aurait capturé une nouvelle petite lune (de la taille d’une voiture)

petit satellite naturel temporaire terre 2020
| Kacper Wierzchos/Twitter

La Lune, cette compagne fidèle à la Terre depuis plus de quatre milliards d’années, pourrait bien avoir une nouvelle (petite) concurrente. En effet, la semaine dernière, des astronomes du Catalina Sky Survey en Arizona ont repéré un objet sombre se déplaçant rapidement dans le ciel. Après analyse, ce dernier a été confirmé comme étant gravitationnellement lié à la Terre, constituant ainsi officiellement un nouveau petit satellite naturel. Cependant, ce dernier ne serait que de passage, et nous abandonnera d’ici quelques mois.

Suite à sa découverte par les astronomes Kacper Wierzchos et Teddy Pruyne le 15 février, des astronomes de six autres observatoires du monde entier ont confirmé la présence de l’objet, nommé « 2020 CD3 ». Après avoir calculé son orbite, il a été confirmé comme étant gravitationnellement lié à notre planète et ce, depuis plus de 3 ans.

Une annonce publiée par le Minor Planet Center, qui surveille les petits corps célestes, déclare « qu’aucun lien avec un objet artificiel connu n’a été identifié », ce qui implique qu’il s’agit très probablement d’un astéroïde capturé uniquement par la gravité de la Terre, lors de son passage à proximité.

La Terre n’en est pas à son premier coup d’essai

Notre planète n’en est pas à son premier coup d’essai de capture de « mini-lunes ». En effet, il s’agit du deuxième astéroïde connu à avoir été capturé par la gravité terrestre. Le premier, 2006 RH120, nous a tenu compagnie entre septembre 2006 et juin 2007 avant d’être libéré.

À LIRE AUSSI :
Des indices dans la lumière du Big Bang révèleraient-ils enfin la nature de l'énergie noire ?

À lire également : Découverte de 20 nouvelles lunes autour de Saturne, portant le total à 82

L’astéroïde fait probablement entre 1.9 et 3.5 mètres de diamètre, soit à peu près la taille d’une voiture. Il effectue une orbite complète autour de notre planète environ une fois tous les 47 jours, sur une large orbite elliptique qui arrive bien plus loin que celle de la Lune.

Instable, l’orbite finira par éjecter CD3 2020 loin de la Terre. « Il s’éloigne du système Terre-Lune au moment même où nous parlons », explique Grigori Fedorets, de l’Université Queen’s de Belfast au Royaume-Uni. Selon lui, il est probable que l’objet quitte le système d’ici avril déjà.

Cependant, les différentes simulations de sa trajectoire effectuées par les chercheurs ne sont pas toutes en accord. Pour être certains du destin de notre mini-lune, nous aurons besoin de plus d’observations pour prédire avec précision la trajectoire et confirmer qu’il s’agit bien d’un satellite naturel temporaire, et non d’un débris spatial. « Notre équipe internationale s’efforce en permanence de trouver de meilleurs moyens de contrôle », explique Fedorets.

L’étude de ce type d’objets peut nous en apprendre davantage sur la façon dont l’attraction gravitationnelle de la Terre influence les objets célestes alentours, et sur comment nous pourrions mieux les détecter à l’avenir. Quoi qu’il advienne donc de notre petit compagnon éphémère, son passage n’aura pas été vain.

Plus d'articles
rapport dépendance économie monde nature
Un pays sur cinq menacé par la disparition de ses écosystèmes