Un test ADN ne trouve aucune trace de thon dans les sandwichs au thon de Subway

test adn trouve aucune trace thon sandwichs thon subway
| AFP

Récemment, l’entreprise de restauration rapide Subway a été confrontée à une étrange accusation en justice : ses sandwichs au thon ne comporteraient pas… de thon. Dans l’objectif de faire la lumière sur cette affaire, un journaliste du New York Times a envoyé des échantillons de plusieurs sandwichs au thon Subway à un laboratoire d’analyse génétique. Les tests ADN n’ont révélé aucune trace de thon. Cependant, cela ne signifie pour autant pas l’absence réelle du poisson dans les sandwich. La détérioration de l’ADN à l’arrivée au laboratoire pourrait également expliquer ces résultats.

Après qu’un procès a prétendu que la gigantesque chaîne de sandwichs Subway mentait sur l’utilisation de vrai thon dans sa nourriture, un journaliste du New York Times a décidé d’enquêter. Après avoir acheté des sandwichs au thon dans différents Subway, congelé la viande mystérieuse et l’avoir envoyée à un laboratoire d’analyse de poissons, l’enquête du NYT a révélé qu’il n’y avait absolument aucune trace d’ADN de l’espèce de thon que Subway prétend offrir.

Des résultats surprenants qui pourraient révéler un approvisionnement douteux par la marque de restauration rapide, mais illustre plus probablement les limites de l’analyse génétique. Subway a, naturellement, insisté auprès du NYT sur le fait qu’il sert bien du thon dans ses sandwichs au thon, et plusieurs experts et employés de la chaîne ont déclaré au NYT qu’ils ne pouvaient pas imaginer pourquoi Subway tenterait si scandaleusement de faire des économies sur une viande déjà si bon marché.

Mais l’enquête révèle à quel point il peut être difficile de déterminer ce que nous mangeons réellement — et à quel point cela semble avoir peu d’importance pour de nombreux consommateurs. « Je m’occupais du thon tout le temps. Les ingrédients sont sur l’emballage et le thon est une viande relativement bon marché. Il ne servirait à rien de fabriquer du thon de remplacement pour le rendre moins cher », déclare un ancien employé anonyme.

Une détérioration probable de l’ADN

Il y a de nombreuses raisons de considérer les tests ADN non concluants. Les échantillons qui ont finalement été testés ont subi de nombreux voyages avant d’arriver au laboratoire. Et il convient également de noter qu’Inside Edition a effectué un test similaire plus tôt cette année et a découvert que les sandwichs au thon de Subway contenaient effectivement du thon.

À LIRE AUSSI :
Les humains peuvent théoriquement vivre jusqu’à 130 ans
analyse adn echantillon subway
Schéma illustrant le fonctionnement d’une analyse ADN. Dans le cas du test impliquant Subway, les nombreuses étapes par lesquelles est passé le thon pourraient avoir suffisamment détérioré son ADN pour rendre toute analyse infructueuse. © ResearchGate

La viande, quelle qu’elle soit, est pêchée, découpée, cuite, congelée, expédiée à une conserverie pour emballage, expédiée à un restaurant, mélangée à la main avec de la mayonnaise et pressée dans un sandwich devant le client, avant même que ce dernier ne puisse commencer à consommer son sandwich. Après tout ceci, le thon a été ramené au domicile du journaliste, emballé une fois de plus, congelé et expédié au laboratoire avant d’être traité et analysé.

Chaque étape de ce processus a probablement endommagé l’ADN qu’un laboratoire aurait théoriquement trouvé, et il est impossible de dire si la viande provenait d’un autre poisson ou si les échantillons étaient simplement dans un état trop abîmé à la fin du processus pour une analyse ADN réellement précise. « Pour la défense de Subway, ou de bon nombre de ces poissonniers, plus vous éloignez le poisson de sa prise initiale dans le temps, plus difficile il sera de le reconnaître », déclare Peter Horn, directeur du projet Ending Illegal Fishing du Pew Charitable Trusts.

Laisser un commentaire