TikTok : des chercheurs s’alarment des conséquences d’une « armée de grenouilles » élevée par un étudiant

tiktok armée grenouilles
| "Army of Frogs", une création originale par Jonathan Paiano pour Trust My Science (licence accessible ici)
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Dans la nature, chaque être vivant a une place bien précise au sein de l’écosystème. La présence de chacun contribue à un cycle naturel vital, et la surabondance des uns peut conduire à l’extinction des autres. Cependant, lorsque l’on introduit ou élève des espèces en masse— surtout celles exotiques ou non natives—, cela peut avoir des conséquences majeures. Et bien que les avancées dans le domaine de la biologie aient largement contribué à la sensibilisation sur l’importance des écosystèmes, de nombreux chercheurs et surtout d’expérimentateurs amateurs se montrent irresponsables, comme le révèle une récente vidéo devenue virale sur TikTok. Probablement dans une puérile quête de popularité, un jeune utilisateur anglais avec le pseudonyme « thinfrog » a élevé clandestinement des millions d’amphibiens, en disant ironiquement vouloir créer sa propre « armée de grenouilles ». Les experts en conservation de l’environnement craignent l’irréparable, car l’espèce pourrait devenir envahissante. De plus, déjà vue par des millions de personnes, la vidéo pourrait inciter d’autres à la même pratique.

Au cours de ses milliers d’années d’évolution, la nature a su maintenir un délicat équilibre, en régulant les populations de chaque espèce qui la compose, au sein de ce que l’on appelle « l’écosystème global ». Pour parvenir à notre compréhension actuelle du fonctionnement des écosystèmes, plusieurs siècles de recherches ont été nécessaires. Aujourd’hui, nous savons notamment que ce sont des systèmes autonomes, dans lesquels il ne faut pas trop interférer, au risque de conséquences désastreuses.

À LIRE AUSSI :
Existe-t-il des méthodes naturelles et réellement efficaces pour repousser les moustiques ?

Au sein d’un écosystème, chaque être vivant interfère avec son habitat selon un cycle qui semble a priori chaotique, mais qui est pourtant étonnamment précis. Il s’agit notamment d’un réseau complexe où se mettent en place des cohabitations intraespèces (entre individus d’une même espèce) et interespèces (entre individus d’espèces différentes). Ces communautés utilisent des flux de nutriments et de matières constamment renouvelés dans leurs habitats, afin de maintenir un équilibre optimal.

Prenons comme exemple l’abeille qui, à la fois pollinise et permet à la plante de se reproduire, tout en y récoltant juste ce dont elle a besoin pour se sustenter. Mais les abeilles servent aussi de nourriture aux oiseaux et aux amphibiens (et même certaines plantes carnivores), qui à leur tour nourrissent d’autres animaux. Et en mourant, l’ensemble se décompose et nourrit les insectes nécrophages ou sert d’engrais aux plantes.

Tant que cet équilibre est maintenu, la loi de conservation des masses lors du changement d’état de la matière, résumée par la célèbre phrase « rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme » (citation d’Antoine Lavoisier), semble s’appliquer à la nature. Dans le temps, l’homme a tenté de « dompter » la nature en introduisant des espèces là où elles n’étaient pas présentes auparavant, perturbant par la suite les écosystèmes. Dans les années 1800, des colons ont par exemple introduit des mangoustes (Urva auropunctata) en Guadeloupe pour chasser les rats. Mais le vorace petit carnivore s’est largement répandu en consommant reptiles, oiseaux et amphibiens, … dont certains ont par la suite complètement disparu.

À LIRE AUSSI :
James Lovelock, père des théories Gaïa, décède le jour de son 103e anniversaire

Ce principe s’applique également à la flore : citons comme exemple le fait que certaines espèces d’acacias introduites dans de nombreux pays pour des projets de reboisement finissent par devenir envahissantes, car non adaptées aux écosystèmes locaux en question. Par ailleurs, les écosystèmes hautement endémiques (tels que ceux de Madagascar, de Nouvelle-Zélande, de la Nouvelle-Guinée, …) sont les plus fragiles et les plus sensibles à de telles perturbations.

Des conséquences imprévues

Selon sa vidéo TikTok, thinfrog aurait ramassé des oeufs dans un étang peu profond près de chez lui, en février de cette année. Il a affirmé avoir collecté plus de 1,4 million d’œufs, qu’il a laissé incuber dans une petite piscine qu’il a lui-même construite. Dans l’une de ses vidéos, il a déclaré vouloir créer la plus grande « armée de grenouilles » de l’histoire, et creuser ensuite un étang géant pour élever 10 millions de ces amphibiens, l’an prochain.

La tendance semble populaire, car un autre utilisateur du réseau social a affirmé avoir relâché 100 millions de coccinelles à Central Park, à New York. Bien que l’on ne puisse pas encore confirmer la véracité des vidéos, la communauté scientifique s’inquiète, car elles pourraient influencer des millions de personnes à travers la planète. Certains spectateurs auraient même demandé comment élever leurs propres amphibiens.

Thinfrog a accumulé plus de 20 millions de likes, et le jeune Anglais compte désormais plus de deux millions d’abonnés. La vidéo du lâché de coccinelles quant à elle, a été « likée » près de 42 millions de fois. De plus, après avoir reçu des commentaires encourageants, les deux utilisateurs auraient promis de lâcher davantage d’essaims d’animaux dans la nature, et auraient même laissé entendre une rencontre éventuelle.

À LIRE AUSSI :
Des impacts de météorites géantes seraient à l’origine de la formation des continents

« Cela me fait grincer des dents », s’exaspère Tierra Curry, biologiste de la conservation de la nature au Centre pour la diversité biologique, à Tucson. Au lieu de les aider, ces « pseudo-naturalistes » font à la fois du mal aux animaux qu’ils élèvent ainsi qu’à ceux présents dans les zones où ils sont relâchés, d’après l’experte.

En devenant envahissantes, ces grenouilles pourraient réduire la population de pollinisateurs, et entraver la production alimentaire. Elles pourraient aussi augmenter la prédation pour d’autres animaux et conduire à l’extinction des plus vulnérables. Elles peuvent également devenir des vecteurs de maladies pour d’autres animaux, mais aussi pour l’Homme.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« C’est la loi des conséquences imprévues », conclut Chris Nagano, expert des espèces menacées à l’US Fish and Wildlife Service.

Un biologiste réagit à la vidéo en question sur TikTok :

@froggiebiologist #greenscreenvideo @thinfrog #frogs #frogarmy #savethefrogs #frogtok #frogspawn #frogtiktok #froggy #frogman ♬ original sound – Great Brendini

Laisser un commentaire
  1. Ou peut on envoyer dans le monde ces million de grenouille. Ou elles seraient bénéfiques. Un endroit avec bcp de serpents de lézard géants en court d’extinction

  2. Dommage que l’article ne fasse pas aussi référence à l’espèce la plus envahissante, hautement perturbatrice et même destructrice de la plupart des milieux dans lesquelles elle se développe, homo sapiens. Cela ouvrirait des perspectives à la réflexion globale…

    1. Vous devriez alors commencer par vous, non ? C’est incroyable le nombre de gens qui pensent qu’il y a trop d’humains sur terre et qui voudraient que ce soit les autres qui disparaissent.

  3. C’est que le problème écologique majeur sur lequel rédiger des articles c’est des tiktokeurs qui élèvent des grenouilles et pas les activités destructrices des multinationales type Total… ಠ_ಠ

  4. La bêtise n’a pas de limite ni de frontière. C’est aussi le résultat de l’existence des « réseaux sociaux » qu’on doit liker.

  5. C’est quand même étonnant que, face à un fléau qui s’annonce, ni les autorités ni les scientifiques ne fassent rien d’autre que se lamenter…
    N’est-il pas possible de localiser ces personnes afin de détruire leurs productions ?
    Vraiment, incroyable, un tel laxisme.

  6. Le risque c’est d’avoir une espèce qui pourrait coloniser l’ensemble de la planète, détruire tous les écosystèmes, engendrer des extinctions d’autres espèces, consommer toutes les ressources naturelles, provoquer des dérèglements dans l’équilibre de la nature comme un réchauffement climatique par exemple…. Ah mais en fait on y est déjà.

  7. Je voulais écrire quelque chose d’intelligent mais la j’avoue que les bras m’en sont tombés et je n’est pas pu les ramasser…

  8. Au deux crétins qui prennent l’homme pour un parasite, ça serait pas mal de ne pas mélanger les pays hyper pollueurs comme l’Inde, la Chine et les USA, avec la France qui est plutôt un bon élève. Ensuite, l’homme n’a pas toujours était aussi débile qu’aujourd’hui. Il n’y a pas si longtemps, les élèves étaient même capable d’écrire sans faire de faute d’orthographe… Notre époque est maintenant plus proche du film Idiocatie que des Lumières…
    Sinon, comme dit plus haut c’est incroyable que les autorités n’intervient pas. Dans cette société malade, pour lez trucs grave, y’a jamais personne ! Par contre, pour faire ch*er les automobilistes ou nous foutre des gays sur tous les programmes TV là y’a du monde

    1. Je résume votre pensée :
      – « L’homme n’est pas un parasite, et il n’y en a pas trop. » Ah? Vous vous fondez sur un bouquin qui recommande de croître et de se multiplier ainsi que de dominer la Terre qui lui appartient pour asséner ça ?
      – « L’homme était plus intelligent autrefois » Au Néolithique ? Parce que, à part envahir la planète jusque dans ses derniers recoins, l’exploiter jusqu’au trognon, la dégueulasser au delà du raisonnable tout en se foutant avec enthousiasme sur la gu…, je ne vois pas trop en quoi nos prédécesseurs brillaient davantage.
      – « La voiture c’est l’avenir, les LGBT sont la cause de tout mal! » OK… je retire tout ce que j’ai dit. Vous êtes un sage, puisse votre pensée éclairer notre route!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.