Twitter, comme toutes les plateformes de réseaux sociaux, est un lieu où toutes les opinions s’expriment, ouvrant ainsi la voie à la désinformation et à la propagation de fake news. Des chercheurs ont analysé les donnés de plusieurs milliers de comptes d’utilisateurs afin de déterminer quels profils sont les plus susceptibles de se livrer à ce genre de comportement.

Selon une nouvelle étude, la majorité des personnes impliquées dans le relais d’informations erronées sur Twitter dans la période qui a précédé les élections présidentielles américaines de 2016 étaient des utilisateurs plus âgés et conservateurs. Une étude de plus de 16’000 électeurs américains inscrits qui ont partagé de fausses nouvelles sur la plate-forme a révélé que leur engagement était concentré sur ce groupe démographique.

Donald Trump a utilisé le terme « fake news » pour discréditer le journalisme légitime de médias bien établis. Aux fins de l’étude, publiée dans la revue Science, les chercheurs de la Northeastern University et de Harvard ont défini les fausses informations comme des informations erronées destinées à imiter les médias traditionnels dans leur apparence en ligne, mais dépourvues des « normes éditoriales des médias ».

En analysant 16’442 comptes Twitter liés à des registres publics d’électeurs, les chercheurs ont constaté que seulement 0.1% étaient à l’origine de 81% des fausses informations partagées, dont la plupart étaient « plus âgés, conservateurs et politiquement engagés ».

Sur le même sujet : La Chine a lancé son « système de crédit social », et il semble tout droit sorti d’un film de science-fiction dystopique

La publication de ces résultats intervient moins d’un mois après que des chercheurs de l’Université de New York et de l’Université de Princeton aient publié leur propre étude sur la diffusion de la désinformation sur Facebook. Leurs résultats ont révélé que les conservateurs auto-identifiés âgés de plus de 65 ans étaient sept fois plus susceptibles de partager du contenu contrefait que les personnes âgées de 18 à 29 ans.

Malgré des conclusions similaires, les études n’expliquent pas pourquoi les conservateurs sont tellement plus enclins à diffuser de la désinformation en ligne que les libéraux. Selon le chercheur en informatique Derek Ruth, les recherches futures sur la manière dont les rumeurs se propagent pourraient être un moyen de mieux comprendre ce phénomène.

Commentant les résultats de Science, le Dr Ruths a déclaré : « Les recherches actuelles ont un angle mort important : les rumeurs. Bien que des travaux aient été menés sur le vaste phénomène de la rumeur en ligne et son lien avec la désinformation, il existe un besoin urgent de mieux comprendre comment les fausses informations se transforment en rumeurs, et dans quelle mesure ces rumeurs peuvent amplifier les croyances et infiltrer les communautés ».

« Les progrès ici pourraient aider à expliquer l’une des conclusions les plus curieuses et inexpliquées du document: les conservateurs sont nettement plus enclins à partager et à voir de fausses nouvelles que les libéraux ». Selon lui, une explication à cela serait que les libéraux incorporent la désinformation de différentes manières, et la propagent par des moyens qui ne peuvent être mesurés de manière fiable.

Sources : Science

Une réponse

  1. Olivier MONTULET

    Mais qu’est-ce qu’une fausse nouvelle ? Toute information est construite (y compris les chiffres) donc est partielle et partiale, bref subjective, bref toujours contestable, donc toujours fausse à partir d’un autre point de vue.
    Le regard du censeur est lui même biaisé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.