L’US Navy développe des drones autonomes pour exterminer les œufs d’oiseaux près des aéroports

us navy developpe drones pour exterminer oeufs oiseaux pres aeroports
| Rebecca Cole/Alamy/Trust My Science

Les lignes qui suivent semblent tirées du synopsis d’un film de science-fiction, et pourtant… Dans la lutte contre ce qu’ils appellent des « nuisibles d’aérodromes » (les oiseaux), la marine américaine a conçu un drone autonome capable de rechercher et localiser les nids d’oiseaux à proximité des pistes. Armé d’un dispositif destiné à « empêcher l’éclosion des oeufs », l’engin agira ainsi selon eux à la source du problème.

Il ne faut pas le nier, il est bien connu que les collisions avec les oiseaux constituent un risque sérieux dans les aéroports. Aux États-Unis, le Pentagone dépense environ 50 millions de dollars par an pour le contrôle des animaux autour des aérodromes. Mais n’existe-t-il pas un moyen plus pacifique de diminuer la population d’oiseaux à proximité des pistes ?

Une mort par asphyxie

Comment le dispositif empêchera-t-il l’éclosion des oeufs ? Par huilage… Le huilage est un procédé qui consiste à enduire les œufs d’une huile de qualité alimentaire afin de bloquer les pores de la coquille pour priver les embryons d’oxygène. Lorsqu’il est effectué correctement, il est considéré comme un moyen humain, du moins par la Human Society of the United States, d’empêcher les embryons de se développer, et ne pousse pas les oiseaux parents à fonder un nouveau nid ou à pondre davantage d’œufs. Cette méthode permet de réduire sélectivement les populations d’oiseaux nichant au sol tout en protégeant les espèces menacées et en voie de disparition.

Par le passé, des drones ont déjà été utilisés pour localiser les nids d’oiseaux, qui pouvaient ensuite être traités par des opérateurs humains. Mais beaucoup de ces nids se trouvent dans des endroits inaccessibles, notamment des falaises, des tours ou d’autres infrastructures.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs de la NASA, du MIT et de la DARPA se réunissent pour discuter de technologies "antigravité"

Hitron Technologies, à Lexington (Kentucky), met au point le système intelligent de localisation à distance des œufs d’IREOS pour la marine américaine, en collaboration avec l’université de Caroline du Sud. IREOS est un quadcoptère commercial qui est donc équipé d’un dispositif de détection des nids en temps réel basé sur l’apprentissage profond — une forme d’apprentissage automatique inspirée du fonctionnement du cerveau — et d’un système d’huilage des œufs.

IREOS : un drone presque 100% autonome

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

IREOS manœuvre de manière autonome autour des obstacles, tels que les lignes électriques et les antennes, tout en trouvant les nids et les œufs. Une fois le nid localisé, un opérateur humain confirme s’il faut procéder au huilage. IREOS devrait être capable de s’attaquer à plusieurs nids en une session de 20 à 30 minutes avec une seule charge de batterie. Le prototype IREOS effectue actuellement des tests en vol dans un environnement contrôlé. Les essais ultérieurs sur le terrain pourraient nécessiter des autorisations de la part de l’US Fish and Wildlife Service.

Graham White, de la Royal Society for the Protection of Birds au Royaume-Uni, s’interroge sur l’impact du drone sur les oiseaux et se demande s’il pourrait effectivement huiler un œuf, y compris sa face inférieure. « L’huilage des œufs peut entraîner des problèmes de santé pour les oiseaux adultes (s’il est incomplet) et, en outre, l’huilage doit être effectué avec soin », explique White. Il ajoute que certaines espèces, comme les mouettes, protègent beaucoup leurs nids. « Les mouettes adultes attaqueraient très probablement le drone, se mettant en danger. Les drones pourraient aussi être endommagés ou perdus ».

À LIRE AUSSI :
Un implant neuronal minuscule pourrait redonner aux blessés médullaires le contrôle de leurs membres

Les tests seront terminés en juin de l’année prochaine, après quoi IREOS pourrait être déployé pour une utilisation par la marine américaine. Une version commerciale pourrait suivre pour les exploitants d’aéroports et autres qui auraient besoin d’une gestion améliorée des oiseaux.

Laisser un commentaire