Les USA veulent atténuer le rayonnement solaire avec la géo-ingénierie, mais le risque est bien réel

Dans le film "Le Transperceneige", à la suite d'une tentative ratée de géo-ingénierie ayant conduit à l'éradication de presque toute l'humanité, les survivants vivent désormais tous dans un train.

À l’heure où les conséquences du réchauffement climatique sont de plus en plus visibles et alarmantes, toutes les solutions potentielles pour remédier à la situation doivent être explorées. C’est le constat des Académies nationales des sciences américaines, dont le rapport publié récemment préconise de s’intéresser sérieusement à la géo-ingénierie solaire dans le but de diminuer l’impact de notre étoile via des modifications atmosphériques. Toutefois, le rapport explore également les questions politiques, sociales, éthiques et scientifiques relatives à cette technologie.

Les États-Unis devraient mettre en place un programme de recherche de plusieurs millions de dollars sur la géo-ingénierie solaire, selon l’Académie nationale des sciences du pays. Le rapport recommande un financement de 100 à 200 millions de dollars sur cinq ans pour mieux comprendre la faisabilité des interventions visant à atténuer l’action du Soleil, le risque de conséquences imprévues néfastes et comment cette technologie pourrait être gouvernée de manière éthique.

La géo-ingénierie atmosphérique pour contrer l’impact du Soleil

Les Académies nationales des sciences (NAS) ont déclaré que la réduction des émissions de combustibles fossiles restait l’action la plus urgente et la plus importante pour lutter contre la crise climatique. Mais le groupement a déclaré que la lenteur inquiétante des progrès en matière d’action climatique signifiait que toutes les options devaient être abordées.

Les expériences à l’échelle terrestre ne devraient être autorisées que si elles fournissent des connaissances critiques qui ne peuvent être obtenues par d’autres moyens, indique le rapport, et le programme de recherche « ne doit pas être conçu pour faire progresser le déploiement futur de ces interventions ». L’Université Harvard espère obtenir l’approbation imminente d’un comité indépendant pour les premiers essais, auxquels s’opposent les groupes environnementaux.

À LIRE AUSSI :
Revégétaliser les déserts : un défi d'ingénierie environnementale planétaire

Vidéo de l’université Harvard expliquant le principe de sa technologie de géo-ingénierie solaire :

Le rapport considère trois types de géo-ingénierie solaire pour permettre à plus de chaleur de s’échapper de l’atmosphère terrestre : l’injection de minuscules particules réfléchissantes dans la stratosphère pour bloquer la lumière du Soleil ; utiliser les particules pour rendre les nuages ​​bas au-dessus des océans plus réfléchissants ; et l’amincissement des cirrus de haute altitude. Les éruptions volcaniques majeures sont déjà connues pour refroidir le climat en pompant des particules haut dans l’atmosphère.

Entre partisans et critiques : la mise en balance de la géo-ingénierie solaire

Les partisans de la géo-ingénierie soutiennent que les impacts du réchauffement climatique pourraient être si importants que toutes les options pour les limiter doivent être explorées. Les opposants soutiennent qu’une telle recherche augmente le risque que de telles technologies puissent être déployées, peut-être par des États peu consciencieux, au lieu de réduire les émissions. Les critiques préviennent également que la géo-ingénierie solaire pourrait causer des dommages tels que des mauvaises récoltes, et devrait être entretenue pour éviter une hausse soudaine de la température, à moins que les émissions de carbone ne diminuent rapidement.

« Compte tenu de l’urgence de la crise climatique, la géo-ingénierie solaire doit être étudiée plus avant. Mais tout comme avec les progrès dans des domaines tels que l’intelligence artificielle ou l’édition de gènes, la science doit inciter le public à demander non seulement le pouvons-nous, mais le devrions-nous ? », déclare la professeure Marcia McNutt, présidente de l’académie. Elle indique que les questions de gouvernance — qui décidera de déployer cette technologie et pour combien de temps — sont aussi importantes que les questions scientifiques.

À LIRE AUSSI :
La pollution entraine une réduction progressive de la taille du pénis humain
ballon aérosols stratosphériques
ScoPEx est un projet de géo-ingénierie solaire qui consiste à injecter des particules réfléchissantes dans la stratosphère pour réfléchir les rayons solaires, de façon à ce que moins de chaleur parvienne jusqu’à la surface de la Terre. Ces technologies suscitent de nombreuses critiques éthiques et environnementales. © Keutsch Group

« Le programme de recherche américain en géo-ingénierie solaire devrait viser à aider la société à prendre des décisions plus éclairées. Sur la base de toutes les preuves issues des sciences sociales, des sciences naturelles et de la technologie, ce programme de recherche pourrait soit indiquer que la géo-ingénierie solaire ne devrait pas être considérée plus avant, soit conclure qu’elle justifie des efforts supplémentaires », déclare le professeur Chris Field de l’Université de Stanford.

Le rapport indique : « Un investissement initial raisonnable pour ce programme de recherche en géo-ingénierie solaire se situe dans une fourchette de 100 à 200 millions de dollars au total sur cinq ans ». Le programme ne représenterait qu’une petite fraction du budget américain pour la recherche sur le changement climatique et ne devrait pas détourner l’attention d’autres projets.

Une solution gouvernée par l’éthique et la responsabilité sociale

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Le rapport explique que le programme devrait être conçu pour « avancer d’une manière socialement responsable » avec les chercheurs, suivant un code de conduite, la recherche cataloguée dans un registre public et l’engagement du public. Les expériences atmosphériques devraient être soumises à une gouvernance appropriée, y compris des évaluations d’impact.

L’académie déclare que le programme devrait inclure la recherche scientifique sur les résultats climatiques possibles de la géo-ingénierie et les impacts sur les écosystèmes et la société. Les dimensions sociales citées pour la recherche comprennent « les conflits et la coopération nationaux et internationaux » et « la justice, l’éthique et l’équité ».

À LIRE AUSSI :
Nourrir les bovins d'élevage avec des algues réduit leurs émissions de méthane de 82%

Le professeur Gernot Wagner de l’Université de New York, dont la recherche comprend la géo-ingénierie, déclare : « L’accent mis par le rapport sur la recherche et la gouvernance de la recherche est important pour une raison simple : la discussion actuelle porte — et devrait être — entièrement consacrée à la recherche en géo-ingénierie solaire, certainement pas déployer la technologie, là où, le cas échéant, un moratoire ferme serait approprié ».

Sources : Rapport des NAS

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.