La Voie lactée serait remplie de civilisations disparues

voie lactee remplie civilisations disparues couv
| NASA

En 1961, l’astrophysicien Frank Drake présente une équation destinée à évaluer l’occurrence de civilisations intelligentes dans la galaxie. Bien qu’intéressante, cette équation comporte plusieurs variables dont les valeurs (à l’époque) sont inconnues ou très peu contraintes. Récemment, une équipe de chercheurs a développé une version plus précise de l’équation, basée sur des ensembles de données mieux contraintes. Leurs résultats ont révélé que si la Voie lactée était peuplée de civilisations intelligentes, la plupart auraient déjà probablement disparu après s’être autoanéanties.

La plupart des civilisations extraterrestres qui ont parsemé notre galaxie se sont probablement déjà tuées. C’est le résultat d’une nouvelle étude, publiée sur le serveur de préimpression arXiv, qui a utilisé l’astronomie moderne et la modélisation statistique pour cartographier l’émergence et la mort de la vie intelligente dans le temps et l’espace à travers la Voie lactée. Leurs résultats correspondent à une mise à jour plus précise d’une célèbre équation que le fondateur du Search for Extraterrestrial Intelligence, Frank Drake, a écrite en 1961.

L’équation de Drake, popularisée par le physicien Carl Sagan dans sa minisérie Cosmos, reposait sur un certain nombre de variables mystérieuses — comme la prévalence des planètes dans l’Univers. Ce nouvel article, rédigé par trois physiciens de Caltech, est beaucoup plus pragmatique. Il indique où et quand la vie est la plus susceptible de se produire dans la Voie lactée, et identifie le facteur le plus important affectant sa prévalence : la tendance des créatures intelligentes à s’auto-annihiler.

À LIRE AUSSI :
Des astronomes détectent un disque permettant la formation de lunes autour d'une exoplanète

« Depuis l’époque de Carl Sagan, il y a eu beaucoup de recherches. Surtout depuis le télescope spatial Hubble et le télescope spatial Kepler, nous avons beaucoup de connaissances sur les densités [de gaz et d’étoiles] dans la galaxie de la Voie lactée et les taux de formation d’étoiles et d’exoplanètes… ainsi que le taux d’occurrence des explosions de supernovas », déclare le co-auteur de l’étude Jonathan H. Jiang, astrophysicien au Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

Les facteurs influençant le développement de la vie intelligente

Les auteurs ont examiné une gamme de facteurs supposés influencer le développement de la vie intelligente, tels que la prévalence d’étoiles semblables au Soleil abritant des planètes similaires à la Terre ; la fréquence des supernovas mortelles et explosives ; la probabilité et le temps nécessaires pour que la vie intelligente évolue si les conditions sont réunies ; et la tendance possible des civilisations avancées à se détruire.

graphique emergence vie intelligente voie lactee
Graphique présentant l’âge de la Voie lactée en milliards d’années (axe y) en fonction de la distance du centre galactique (axe x), révélant un seuil pour le développement de civilisations 8 milliards d’années après la formation de la galaxie et 13’000 années-lumière du centre galactique. © Xiang Cai et al. 2020

En modélisant l’évolution de la Voie lactée au fil du temps avec ces facteurs à l’esprit, les chercheurs ont constaté que la probabilité d’émergence de la vie basée sur des facteurs connus culminait à environ 13’000 années-lumière du centre galactique et 8 milliards d’années après la formation de la galaxie. La Terre, en comparaison, est à environ 25’000 années-lumière du centre galactique et la civilisation humaine est apparue à la surface de la planète environ 13.5 milliards d’années après la formation de la Voie lactée (bien que la vie simple soit apparue peu de temps après la formation de la planète).

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

À LIRE AUSSI :
Jeff Bezos offre 2 milliards de dollars à la NASA afin qu'elle choisisse son atterrisseur lunaire

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

En d’autres termes, nous sommes probablement une civilisation frontière en matière de géographie galactique, et des retardataires dans l’émergence de la vie intelligente au sein de la Voie lactée. Mais, en supposant que la vie survient assez souvent et devienne finalement intelligente, il existe probablement d’autres civilisations — principalement regroupées autour de cette bande de 13’000 années-lumière, en raison de la prévalence d’étoiles semblables au Soleil.

Des civilisations disparues à cause de l’autoannihilation

La plupart de ces autres civilisations qui existent encore dans la galaxie aujourd’hui sont probablement jeunes, en raison de la probabilité que la vie intelligente soit assez susceptible de s’éradiquer sur de longues périodes. Même si la galaxie a atteint son apogée civilisationnel il y a plus de 5 milliards d’années, la plupart des civilisations qui existaient à l’époque se sont probablement auto-anéanties, écrivent les chercheurs.

Ce dernier point est la variable la plus incertaine de l’article : à quelle fréquence les civilisations s’autoanéantissent-elles ? Mais c’est aussi le plus important pour déterminer l’étendue de la civilisation. Même un risque extrêmement faible pour une civilisation donnée de s’anéantir au cours d’un siècle donné — par exemple, via l’holocauste nucléaire ou le changement climatique incontrôlable — signifierait que l’écrasante majorité des civilisations avancées de la Voie lactée ont déjà disparu…

Sources : arXiv

Laisser un commentaire
  1. Lorsqu’une population d’hyménoptères atteint une démographie qui met en péril son existence (donc un facteur d’auto-anéantissement, certainement le plus fréquent d’ailleurs) on assiste à la formation spontanée d’essaimages, c’est à dire la création de nouveaux « noyaux » (nucleus au singulier, nuclei au pluriel) à des distances suffisamment éloignées pour ne plus interférer avec l’essaim d’origine mais suffisamment proches pour ne pas perdre tout l’acquis en matière de ressources dans l’environnement. Les apiculteurs créent d’ailleurs eux-mêmes des nuclei de leurs ruches pour garantir la pérennité de leur élevage.

    On peut supposer que les civilisations intelligentes ayant atteint un niveau de technicité suffisant soient elles aussi capables d’essaimer, c’est à dire de créer de tout nouveaux « noyaux » sur des planètes proches, et avec très rapidement (mais pas instantanément) un isolement par rapport à la « planète mère » et le début d’une divergence dans l’évolution darwinienne. Une sorte de « spéciation civilisationnelle ». Certes la « civilisation mère » va probablement disparaître par auto-anéantissement… mais les « civilisations filles » ne partent plus de rien, elles disposent déjà d’un énorme acquis en termes d’évolution tant biologique qu’intellectuelle et philosophique et en termes de connaissances technologiques.

    Et c’est probablement le scénario le plus fréquent.

    Je ne crois donc pas que la majorité des civilisations ayant commencé plus tôt que la nôtre dans la galaxie soient anéanties (réduites à néant). Je pense plutôt qu’une grande part d’entre elles (celles qui en ont été capables AVANT l’anéantissement sur la planète mère) ont essaimé et que les civilisations filles ont alors utilisé partiellement (mais en part non négligeable) leur héritage biologique, intellectuel, philosophique, et technique. Avec à la clé une évolution civilisationnelle à chaque fois en partie à refaire mais pas totalement, ne repartant plus du tout de zéro… donc bien plus rapide au fil des essaimages et très probablement une rétention de plus en plus fréquente des « leçons du passé », donc peu à peu une réduction générale du nombre d’auto-anéantissements dans toute la région galactique sur les quelques années-lumière autour du point de départ.

    En fait les seules civilisations intelligentes qui disparaissent totalement sont celles qui n’ont pas réussi à essaimer avant l’auto-anéantissement (ça risque fortement d’être notre cas d’ailleurs).

    Je suis donc persuadé que le nombre de civilisations intelligentes actuellement existantes dans la galaxie est beaucoup, beaucoup plus élevé que ce que cet article sur ArXiv peut nous faire penser.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

definition galaxie grande structure Une galaxie est une grande structure cosmique composée d'un assemblage d'étoiles, de gaz et de poussières. Il en existe plusieurs types, classés selon leur masse et leur morphologie, formées à différentes... [...]

Lire la suite

annee lumiere distance astronomie L'année-lumière est une unité de longueur utilisée pour exprimer des distances astronomiques. Elle est définie par l'Union Astronomique Internationale (UAI) comme la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année julienne (365.25 jours). Elle vaut environ... [...]

Lire la suite