Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [et supprimez la pub]
[-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

Les 12 missions spatiales à ne pas manquer en 2021

12 missions spatiales pas manquer 2021
| NASA

Alors que l’année 2020 vient de s’achever, 2021 commence avec un programme chargé en nouvelles missions spatiales. De la Lune à Mars en passant par le lancement de nouvelles fusées et la Station spatiale internationale, cette année se montre déjà passionnante. L’année 2021 devrait ainsi constituer un jalon d’importance pour l’exploration spatiale, dans le Système solaire et au-delà. 

L’année 2020, et sa pandémie mondiale auront eu de lourdes conséquences sur l’exploration spatiale, entraînant de nombreux retards et obstacles à surmonter. Mais 2021 devrait être l’année de tous les défis. Explorer des astéroïdes, ramener des échantillons martiens, étudier la Lune plus en détail pour l’établissement de futures bases, etc. Un programme duquel nous avons sélectionné et résumé 12 missions principales.

Trois pays à la conquête de Mars

L’industrie spatiale est en pleine expansion et la planète rouge est la destination la plus prisée pour les prochaines missions. La NASA poursuivra sa longue recherche de vie martienne avec le rover Perseverance, qui prélèvera des échantillons martiens pour une éventuelle analyse sur Terre et testera le tout premier hélicoptère martien, appelé Ingenuity.

Animation montrant de manière réaliste les étapes d’entrée, descente et atterrissage sur Mars du rover Perseverance :

L’ambitieuse mission Tianwen-1 de la Chine, la première mission sur Mars pour le pays, verra un orbiteur, un atterrisseur et un rover explorer la planète rouge. Les Émirats arabes unis ont également envoyé leur première mission, avec l’orbiteur Hope, sur Mars, pour inspirer la « prochaine génération ».

Deuxième mission de test sans équipage pour Starliner

Boeing a rencontré un certain nombre de problèmes lorsque son programme commercial Starliner Orbital Test Flight-1 (OFT-1) a été lancé dans l’espace en 2019 — il n’a pas atteint la Station spatiale internationale comme prévu et la NASA et la société ont enquêté et mis en œuvre certaines leçons apprises pour un autre essai en 2021.

Boeing espère effectuer une deuxième tentative le 29 mars 2021 après avoir résolu les problèmes logiciels qui ont empêché Starliner d’atteindre sa destination pour la première fois. Si Boeing réussit, cela fera de Starliner le deuxième vaisseau spatial commercial pour équipage certifié pour amener des astronautes en orbite, après le Crew Dragon de SpaceX.

Vol d’essai habité dans le cadre de Starliner

En supposant que Starliner réussisse son test en vol sans équipage, Boeing prévoit d’envoyer trois astronautes sur la Station spatiale internationale au plus tôt en juin 2021. Les astronautes de la NASA Mike Fincke, Nicole Mann et Barry « Butch » Wilmore voleront avec la première mission habitée de Boeing. L’astronaute de Boeing Chris Ferguson avait initialement été chargé de commander la mission, mais a annulé sa participation pour des raisons personnelles en octobre 2020.

À LIRE AUSSI :
Un trou noir mystérieusement disparu ? Non...

Un rover japonais en direction de la Lune

Le premier rover lunaire du Japon, appelé Yaoki, prendra son envol à bord de la nouvelle fusée Vulcan Centaur de United Launch Alliance en 2021. Le nouveau propulseur supprimera progressivement les moteurs de fabrication russe qui alimentaient la longue ligne Atlas de l’ULA, les remplaçant par des moteurs de Blue Origin.

fusee vulcan centaur ula
La fusée Vulcan Centaur de l’entreprise ULA. © ULA

Yaoki s’envolera vers la Lune avec l’atterrisseur Peregrine de la société Astrobotic, basée à Pittsburgh, dans le cadre d’une mission parrainée par le programme CLPS (Commercial Lunar Payload Services) de la NASA. Si la mission se déroule comme prévu, les restes incinérés du célèbre écrivain de science-fiction Arthur C. Clarke seront déposés sur la Lune.

Lancement de la nouvelle fusée Glenn de Blue Origin

La société Blue Origin, basée dans l’État de Washington, enverra sa première fusée orbitale en 2021, si tout se passe comme prévu. Nommée New Glenn d’après l’astronaute de la NASA Mercury John Glenn, la fusée peut envoyer jusqu’à 13 tonnes en orbite géostationnaire et 45 tonnes en orbite terrestre basse.

La NASA et Blue Origin ont récemment annoncé que la fusée serait ajoutée à la flotte de lanceurs commerciaux de la NASA. La NASA a déjà utilisé la fusée suborbitale de Blue Origin New Shepard (du nom de l’astronaute de la NASA Mercury Al Shepard).

Le télescope spatial James Webb sera lancé le 31 octobre

Le télescope spatial James Webb de la NASA a terminé une série de tests marquants, des tremblements et des cliquetis créés pour simuler les conditions qu’il subira lors de son lancement dans l’espace. Les tests sont plus formellement connus sous le nom d’essais « acoustiques » et de « vibration sinusoïdale » et ont été réalisés dans deux installations distinctes du Northrop Grumman’s Space Park en Californie.

L’ambitieux télescope spatial James Webb (JWST) de la NASA, dont les scientifiques espèrent qu’il en révélera davantage sur les atmosphères des exoplanètes et l’Univers primitif, a déjà été retardé de plusieurs années depuis sa date de lancement initiale en 2007. Mais, malgré ces retards, le télescope est maintenant presque prêt.

Et les derniers tests sont en cours de préparation sur certaines de ses pièces les plus complexes, comme son pare-soleil. En juillet 2020, la pandémie a contraint le projet à être retardé de sept mois en 2021, reportant le lancement de mars à octobre.

Lancement de la mission Lucy de la NASA sur huit astéroïdes

Une nouvelle mission ambitieuse de la NASA, appelée Lucy, devrait être lancée en octobre ou novembre pour étudier huit roches spatiales sur près d’une décennie. Le vaisseau spatial sera le premier de la NASA à visiter les astéroïdes troyens de Jupiter, qui tournent autour du Soleil en deux groupes : un groupe est derrière Jupiter et un autre devant. Lucy passera également devant un astéroïde de la ceinture principale en route vers la planète géante gazeuse.

À LIRE AUSSI :
Des astronomes révèlent le premier Jupiter chaud dont l'atmosphère est dépourvue de nuages

Vidéo détaillant la mission Lucy de la NASA :

La première mission lunaire du SLS megarocket

Si l’ambitieux système de lancement spatial de la NASA Megarocket peut surmonter les obstacles posés par les tests cette année et que la construction est terminée à temps, la mission Artemis I de l’agence volera autour de la Lune après un lancement en novembre 2021. Ce sera le premier lancement pour SLS et le deuxième pour le vaisseau spatial Orion de la NASA, qui a opéré pour la première fois une mission spatiale non habitée en 2014.

Artemis I est la clé des plans de la NASA visant à ramener des humains sur la Lune, alors que l’agence prévoit une mission lunaire orbitale avec équipage en 2023, puis un alunissage en 2024. Cependant, le respect de la date limite peut également être conditionné par le budget alloué à la NASA, a averti l’administrateur Jim Bridenstine au Congrès.

La Russie vise le pôle Sud lunaire pour 2021

L’agence spatiale russe Roscosmos a pour objectif de lancer l’atterrisseur lunaire Luna-25 en octobre 2021, avec neuf instruments à bord. Luna-25 atterrira au pôle Sud de la Lune pour étudier le régolithe lunaire et l’exosphère (atmosphère). Cette région est envisagée pour des missions lunaires avec équipage par la NASA et d’autres agences spatiales à l’avenir.

L’Union soviétique a envoyé plusieurs missions sans équipage sur la Lune entre les années 1950 et 1970, y compris le premier vaisseau spatial à atteindre la surface (Luna 2 en 1959), le premier vaisseau à se poser en douceur (Luna 9 en 1966) et le premier robot lunaire (Luna 17/Lunokhod 1 en 1970).

Test de nettoyage des déchets spatiaux Astroscale

La mission ELSA-d d’Astroscale sera lancée en mars 2021 pour tester la technologie d’élimination des déchets spatiaux. La mission ELSA-d (End-of-Life Services by Astroscale-Demonstration) devrait être lancée en mars 2021 sur une fusée russe Soyouz depuis le Kazakhstan, dans le but de faire face au problème croissant des débris spatiaux en orbite.

À LIRE AUSSI :
Les ondes gravitationnelles qui « imprègnent » l'Univers enfin détectées ?
nettoyeur debris spatiaux astroscale
Le nettoyeur de débris spatiaux d’Astroscale. © Astroscale

La mission à deux engins spatiaux comprend un servicer de 175 kg et un client de 17 kg qui utilisera la technologie de rendez-vous et un mécanisme de capture magnétique en orbite. Les débris orbitaux devraient augmenter dans les années à venir, car de plus en plus d’entreprises envoient de petits engins spatiaux en orbite terrestre basse.

Alunissage pour la société Intuitive Machines

La société basée à Houston, Intuitive Machines, prévoit de piloter l’atterrisseur robotique Nova-C sur un vol sponsorisé par la NASA en 2021, lancé par une fusée SpaceX Falcon 9. L’atterrisseur disposera à la surface cinq charges utiles des services commerciaux lunaires (CLPS) de la NASA et enverra des données sur Terre pendant 13.5 jours.

D’autres charges utiles voleront à bord du Nova-C, car l’atterrisseur dispose d’une grande capacité de stockage. « Notre partenariat avec Intuitive Machines est un excellent exemple de deux sociétés privées travaillant avec la NASA pour faire progresser l’exploration spatiale », déclare le président de SpaceX, Gwynne Shotwell.

De nouvelles fusées prennent leur envol

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

L’United Launch Alliance, Blue Origin et SpaceX, ne sont pas les seules entreprises qui prévoient de lancer de nouvelles fusées en 2021. Plusieurs sociétés de lancement de petits satellites espèrent également atteindre l’orbite dans l’année à venir, notamment Firefly Aerospace, Relativity Space et Virgin Orbit.

Firefly Aerospace, basée au Texas, espérait initialement lancer sa première fusée Alpha, un propulseur à deux étages pour les lancements de petits satellites, en 2020, mais vise maintenant plusieurs missions en 2021. Relativity Space est une startup de Los Angeles qui construit la fusée Terran 1, un propulseur entièrement imprimé en 3D qui lancera de petits satellites depuis Cap Canaveral et Vandenberg.

Virgin Orbit est une société de lancement de petits satellites fondée par le milliardaire britannique Sir Richard Branson, issue de la société de tourisme spatial Virgin Galactic de l’entrepreneur. Virgin Orbit construit notamment LauncherOne, une fusée destinée aux lancements de petits satellites. Un premier test a déjà été effectué, mais sans succès.

Laisser un commentaire