Une enquête mondiale sur les émotions humaines a classé 2017 comme étant l’année la plus sombre et la plus misérable, depuis plus d’une décennie.

Bien que les expériences positives soient restées relativement stables, le rapport annuel Gallup Global Emotions Reports démontre que les gens du monde entier sont actuellement plus stressés, inquiets et tristes qu’en 2015. « C’est la première fois que nous observons une augmentation significative des émotions négatives », a déclaré Julie Ray, l’auteur principal et rédacteur en chef du rapport et de l’enquête Gallup 2018.

De la propagation du terrorisme et de la guerre, à la crise mondiale des réfugiés, en passant par le fait que notre planète est en plein réchauffement climatique… en 2017, le monde a continué de paraître encore moins stable et de plus en plus dangereux.

indice experience negative postive etude monde sentiments emotions

Crédits : Gallup Global Emotions Report for 2017

Même dans des sociétés apparemment pacifiques, la peur et la polarisation politique ont fait que les citoyens se sentent isolés et opprimés.

En effet, c’est en interrogeant plus de 154’000 personnes à travers le monde, que les chercheurs ont constaté que près de 4 personnes sur 10 avaient des inquiétudes ou un stress excessifs la veille de l’entretien (pour l’étude). Il s’agit d’une augmentation totale de deux pour cent par rapport à l’année précédente. Bien que cela puisse ne pas sembler élevé, avec un tel nombre de participants, cela représente une augmentation très importante.

Vous aimerez également :

Selon la science, les gens qui jurent beaucoup auraient un meilleur vocabulaire que ceux qui ne jurent jamais

Tandis que le stress et l’inquiétude sont en première position quant aux émotions négatives, la tristesse et la douleur physique ont augmenté de 1%. Un peu plus de 3 personnes sur 10 ont déclaré avoir éprouvé des douleurs physiques la veille, et 1 sur 5 a déclaré avoir éprouvé de la tristesse. La colère était la seule émotion négative qui soit restée stable par rapport à l’année précédente.

Comme vous vous en doutez, certaines régions du monde éprouvent plus d’émotions et d’expériences négatives que d’autres : jusqu’en 2017, l’Irak affichait le score le plus élevé de l’indice d’expérience négative depuis quatre ans. Mais l’année dernière, la République centrafricaine (RCA) a pris cette place, obtenant le score le plus élevé jamais enregistré par Gallup au cours de la dernière décennie.

De plus, à cause des différents combats dans le pays, de nombreuses personnes ont été poussées à fuir ou à se cacher. De ce fait, Gallup n’a pas été en mesure d’étudier environ 40% de la population de la RCA. Parmi les réponses recueillies, 3 personnes sur 4 ont déclaré avoir éprouvé des douleurs physiques et beaucoup d’inquiétude la veille de leur entretien pour Gallup, ce qui représente le taux le plus élevé jamais enregistré.

experience negative etude

Crédits : Gallup Global Emotions Report for 2017

Le rapport indique que l’enquête « reflète un pays en crise », et de nombreux autres pays de la région sont dans la même situation. En Afrique subsaharienne, 28 pays sur les 35 interrogés ont obtenu des résultats négatifs (de 10 points) par rapport à 2010.

Concernant l’Amérique latine, les résultats ont été plus encourageants. Chaque année, cette région continue d’être une des parties du monde à compter le plus d’expériences positives, et les auteurs de l’étude affirment que cela peut s’expliquer (du moins en partie) par la tendance latino-américaine à se concentrer sur les aspects positifs de la vie.

index experience negative etude emotions

Crédits : Gallup Global Emotions Report for 2017

Cependant, bien que les facteurs culturels semblent jouer un rôle important ici, il est important de noter que presque tous les pays affichant les scores les plus bas sur l’indice d’expérience positive, connaissent actuellement un certain type de conflit (interne ou externe).

En bref, avoir une attitude culturelle positive, c’est bien, mais cela a ses limites : « Nos recherches au fil des ans nous ont appris que le suivi de la façon dont les gens vivent leur vie est sans doute plus important que leur score global en une seule année », explique Mohamed S. Younis, rédacteur en chef pour le nouveau rapport de Gallup. « Bien que les développements au niveau national et mondial aient tendance à dominer les titres de l’actualité, saisir les tendances de l’espoir – ou du désespoir – au niveau individuel, fournit les informations les plus précieuses », ajoute-t-il.

Source : Gallup

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.