Les Amazones de la mythologie grecque ont-elles réellement existé ?

amazones mythologie grecque rellement existe
| Musée du Louvres
Écoutez la version audio de l'article en vous abonnant !

Si à Athènes et dans l’ensemble de la Grèce antique le statut des femmes est plus que précaire, il n’en va pas de même dans la mythologie grecque. Avec Athéna ou Artémis, les poètes antiques n’hésitent pas à conférer une grande puissance aux femmes et une place importante parmi les hommes. Il en va de même pour les légendaires Amazones, qui apparaissent dans les écrits d’Homère comme un peuple de femmes guerrières puissantes, filles du dieu de la guerre Arès, parcourant la Scythie. Mais les Amazones sont-elles uniquement un mythe ou les auteurs grecs se sont-ils inspirés de faits réels ?

Les historiens modernes ont supposé que les Amazones, décrites pour la première fois par le poète Homère au huitième siècle avant J.-C., n’étaient qu’une légende. Mais ensuite, dans les années 1990, les archéologues ont commencé à identifier d’anciens squelettes féminins enterrés dans des tombes de guerriers dans la même région.

Certains squelettes ont été retrouvés avec des blessures de combat, telles que des pointes de flèches incrustées dans leurs os, et ont été enterrés avec des armes qui correspondaient à celles détenues par les Amazones dans des œuvres d’art grecques anciennes, selon Adrienne Mayor, chercheuse au département d’histoire des sciences à l’Université de Stanford.

« Grâce à l’archéologie, nous savons maintenant que les mythes amazoniens, autrefois considérés comme fantastiques, contiennent des détails précis sur les femmes nomades des steppes, qui étaient les homologues historiques des Amazones mythiques », déclare Mayor, qui est également l’auteure de « Les Amazones : vies et légendes des femmes guerrières de l’ancien monde ».

À LIRE AUSSI :
La disparition de Néandertal pourrait être liée à une inversion des pôles magnétiques

Les Amazones : des guerrières inspirées du peuple scythe

Ces guerriers nomades faisaient partie d’un ancien groupe de tribus connues sous le nom de scythes, qui étaient des maîtres de l’équitation et du tir à l’arc. Ils vivaient sur un vaste territoire de la steppe eurasienne, s’étendant de la mer Noire à la Chine, à partir d’environ -700 jusqu’à l’an 500.

Les Scythes étaient un peuple redouté ; ils avaient la réputation de boire des quantités excessives de vin non dilué (contrairement aux Grecs, qui mélangeaient du vin avec de l’eau), buvaient du lait de jument fermenté et se droguaient même avec du chanvre, selon le British Museum. Les corps gelés de Scythes momifiés conservés dans le pergélisol révèlent qu’ils portaient de nombreux tatouages d’animaux.

femme guerriere scythe
Illustration montrant une guerrière scythe armée. © CT History

Les sociétés scythes n’étaient pas exclusivement féminines, comme dans le mythe grec ; elles incluaient simplement des femmes qui vivaient comme les hommes. En substance, certaines (mais pas toutes) des femmes scythes ont rejoint les hommes dans la chasse et la bataille. Mayor explique que pour un petit groupe se déplaçant à travers les terres difficiles des steppes, sous la menace constante d’ennemis, il était logique que tout le monde aide à la défense et aux raids, indépendamment de l’âge ou du sexe.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Des guerrières actives, de 10 ans jusqu’à 45 ans, ont été retrouvées dans des lieux de sépulture scythes. « Jusqu’à présent, les archéologues ont identifié plus de 300 restes de guerrières enterrées avec leurs chevaux et leurs armes, et d’autres sont découverts chaque année », indique Mayor.

À LIRE AUSSI :
Des paléontologues isolent le plus ancien ADN du monde, issu de dents de mammouths

Des nombreuses femmes guerrières dans d’autres cultures

Les Scythes n’étaient pas le seul peuple à faire participer des femmes à la guerre et à la chasse, et les Grecs n’étaient pas les seuls à raconter des histoires sur les Amazones et les femmes guerrières. « Il y avait des histoires passionnantes – certaines imaginaires et d’autres fondées sur la réalité – sur des femmes amazoniennes de la Rome antique, de l’Égypte, de l’Afrique du Nord, de l’Arabie, de la Mésopotamie, de la Perse, de l’Asie centrale, de l’Inde et de la Chine. Et les femmes guerrières ont existé dans des cultures du monde entier, du Vietnam aux terres vikings, en Afrique et dans les Amériques ».

Le nom du fleuve Amazone en Amérique du Sud est lié à une de ces histoires. Selon l’Encyclopedia Britannica, le soldat espagnol Francisco de Orellana — crédité comme le premier Européen à explorer l’Amazone, en 1541 — a donné son nom au fleuve après avoir été apparemment attaqué par des guerrières qu’il a comparées aux guerrières mythologiques de l’Amazone dont nous savons maintenant qu’elles sont basées sur les Scythes.

Laisser un commentaire