Un bébé naît avec trois pénis, pour la première fois au monde

bebe trois penis
| Unsplash

Cet enfant né en Irak l’année dernière a vivement suscité l’attention du corps médical. Et pour cause : il est venu au monde avec une anomalie urogénitale congénitale extrêmement rare, à savoir trois pénis distincts. La duplication du pénis, appelée diphallia, concerne environ une naissance sur 5 à 6 millions !

Ce bébé est donc véritablement entré dans l’Histoire : c’est le premier cas jamais enregistré d’humain né avec trois pénis. C’est pourquoi il fait l’objet d’un article dans la revue International Journal of Surgery Case Reports. Les pénis surnuméraires sont une anomalie urogénitale extrêmement rare, signalée pour la première fois en 1609 par Wecker. Après quoi, seule une centaine de cas environ de diphallia ont été rapportés dans la littérature.

L’ampleur de cette anomalie et d’autres anomalies associées varient fortement d’un patient à l’autre. Dans la forme la plus commune, les patients atteints présentent un pénis supplémentaire rudimentaire ; il existe d’autres cas où seul le gland est dupliqué, ou encore des cas de duplication, voire de triplication complète du pénis. Bien souvent, les personnes atteintes présentent d’autres anomalies congénitales associées (telles qu’une duplication de la vessie et de l’urètre, une exstrophie de la vessie, une malformation anorectale, une duplication du côlon, etc.), qui sont bien plus problématiques.

Un aspect à la fois médical, éthique et esthétique

L’enfant en question a été porté à l’attention des chirurgiens à l’âge de 3 mois, après que les parents ont remarqué un gonflement au niveau de son scrotum, aux côtés d’étranges saillies qui ressemblaient à de petits pénis. Un examen approfondi a mis en évidence une hydrocèle — une accumulation de liquide dans une « poche » entourant le testicule, ainsi que deux protubérances supplémentaires. L’une, de deux centimètres de long, s’étendait depuis la racine du pénis d’origine et possédait un gland, tandis que l’autre, d’environ un centimètre, se trouvait en dessous du scrotum.

À LIRE AUSSI :
La récente vidéo d'OVNIS confirmée par le Pentagone trouve enfin une explication plausible

Dans un cas comme celui-ci, il est important de prendre en compte non seulement la santé du patient, mais également les aspects éthiques et esthétiques. Le fait d’avoir plusieurs pénis est en lui-même davantage gênant que dangereux, mais la diphallia est souvent associée à d’autres problèmes congénitaux, y compris des problèmes du système digestif et des voies urinaires. Sur les conseils de divers experts en santé, l’enfant a donc subi une intervention chirurgicale visant à retirer l’hydrocèle et les deux pénis supplémentaires. L’opération a été un succès et l’enfant ne présente aucun effet indésirable à ce jour, après un an de suivi.

Les nourrissons atteints de malformations congénitales associées ont tendance à vivre moins longtemps, mais cet enfant né avec trois pénis ne semble présenter aucune autre anomalie au niveau de l’abdomen, ni au niveau des reins et de la vessie ; il semble donc extrêmement probable qu’il vive une vie tout à fait normale. L’équipe médicale responsable de son cas prévoit tout de même d’effectuer de nouveaux examens une fois qu’il aura atteint la puberté.

Une cause encore méconnue

Dans la majorité des cas de duplication du pénis, chaque organe ne possède qu’un seul corps caverneux, on parle alors de pénis bifide. Si chacun possède deux corps caverneux et un corps spongieux, il s’agit d’une vraie diphallia (duplication complète). Le terme pseudo-diphallia est, quant à lui, utilisé pour décrire la présence d’un pénis supplémentaire plus petit ou rudimentaire. L’urètre du pénis peut présenter un large éventail d’anomalies associées : il peut être complètement normal et fonctionnel, ou au contraire, complètement absent.

À LIRE AUSSI :
Thérapies ARN : un patient aveugle recouvre la vue pendant un an après une seule injection
formes anomalies pénis
Répartition des différentes formes anatomocliniques des anomalies numériques du pénis répertoriées jusqu’à présent. © Association française d’urologie

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Seules une échographie ou une IRM permettent de détecter la présence ou l’absence de corps caverneux et de corps spongieux, et de repérer d’éventuelles autres anomalies associées. Un examen indispensable pour prendre une décision chirurgicale adaptée. Ce premier cas signalé de triphallia permettra sans aucun doute d’enrichir la littérature sur le sujet.

Quelle est l’origine de cette étrange malformation ? Les causes sont encore aujourd’hui mal connues. Cette condition survient pendant le développement embryonnaire du pénis entre la 3e et la 6e semaine de gestation. Selon certains experts, elle peut également survenir au cours du processus de migration ventrale et de fusion de l’anlagène mésodermique à la 15e semaine de gestation. Des facteurs environnementaux tels que des médicaments ou des infections peuvent affecter la masse caudale fœtale du mésoderme pendant cette période, ce qui suggère que le mécanisme épigénétique peut jouer un rôle dans la pathogenèse de la diphallia. Dans le cas de triphallia décrit ici, l’enfant n’a pas été exposé à des médicaments pendant la grossesse. Les médecins n’ont par ailleurs relevé aucun antécédent familial d’anomalie génétique ni aucun antécédent psychosocial pertinent.

Cette malformation n’a en tout cas pas empêché un utilisateur de Reddit, surnommé « Double Dick Dude » de vivre pleinement sa vie, doté de deux pénis pleinement fonctionnels. Il y a quelques années, il a lancé une session Ask Me Anything pour raconter au monde entier sa vie hors du commun. Sa position originale lui a également donné l’occasion d’écrire un livre sur le sujet.

À LIRE AUSSI :
La psilocybine s'avère prometteuse dans le traitement de la dépression
Source : International Journal of Surgery Case Reports, S. S. Jabali et A. A. Mohammed

Laisser un commentaire